Deux candidates péquistes à une tribune d’extrême-droite

Que faisaient Catherine Fournier – députée de Marie-Victorin – et la candidate Farida Sam dans les studios de Stu Pitt?

Il s’agit d’un minuscule média financé par et pour l’extrême-droite. On y reçoit surtout des porte-paroles de La Meute, de l’Alt-right local, ainsi que des conspirationnistes et xénophobes en tout genre.

Pour vous donner une idée, le principal protégé de Stu Pitt est actuellement Philippe Magnan, celui qui a été récemment jugé coupable pour diffamation envers Dalila Awada (60 000$ + intérêts et frais de justice). Il a sa propre émission dans le « Stu-Dio », bien sûr axé sur des préjugés islamophobes. Il reçoit lui aussi La Meute :

z1b magnan4

Philippe Magnan semble, depuis quelques mois, être devenu un pilier du « Stu-Dio », André Pitre – alias Stu Pitt – organisant lui-même une collecte de fonds pour financer l’appel judiciaire de Magnan :

z1bb

Bref, dans quelle galère nos deux candidates péquistes sont-elles embarquées? Pourquoi aller courtiser quelques centaines d’extrémistes de droite?

z2a

 

Sur Stu Pitt

Vous l’aurez deviné, le « Stu-Dio » est la créature de Stu Pitt. C’est lui à la caméra et on l’entend interagir, hors-champ, durant les entrevues.

Stu Pitt est lui-même un ancien membre de La Meute, qui faisait partie du Clan 01 :

z2aa pitre clan01

Sa photo de profil FB, en 2017, louangeait explicitement La Meute:

z2ab

Comme cela le fut amplement documenté dans les médias, M. Pitre est reconnu pour avoir fait une tournée provinciale avec La Meute l’été dernier, pour vanter leur philosophie et faire du recrutement :

z2c stu pitt la meute1
(Notez l’impressionnant service de sécurité « lupin » qui l’accompagnait)

 

Et pour ce qui est du Stu-Dio en tant que tel, il a déjà été dénoncé à l’émission Médium Large, sur Ici Radio-Canada Première (mai 2017). On pointait du doigt les tribunes de Stu Pitt comme étant des « chaînes Youtube d’extrême droite » :

z2dd
(Ces six images réfèrent toutes à des émissions produites par Stu Pitt)

 

z2b deux candidates péquistes1
(Catherine Fournier au centre, la candidate Farida Sam à droite)

 

Entrevues de Catherine Fournier et Farida Sam

Catherine Fournier est donc députée du Parti québécois, qui plus est, responsable aux dossiers « d’immigration et de diversité » :

z3 fournier2

Dans un segment surréaliste (à 33min20), elle explique qu’il est important de s’informer aux bonnes sources, de sensibiliser les gens à cette cause :

Intervieweur, M. Le Ray « (Si vous étiez élue), vous auriez une loi qui permettrait de lutter contre les fake news? ». Mme Fournier : « Exact, et surtout on parle d’encouragement, c’est sûr qu’on ne peut pas tout contrôler ce que les gens écrivent sur les réseaux sociaux (…) ».

Ironiquement, Mme Fournier se trouve pourtant les deux pieds dans la salle de média de fake news la plus connue au Québec, ayant même été dénoncée à Radio-Canada. À leurs côtés, on aperçoit d’ailleurs Souhail Ftouh, un important contributeur de Dreuz.info.

z3b farida sam avec souhail ftouh
Où sont les propagateurs de fake news? Tout autour…

Ftouh fera une entrevue commune avec la candidate péquiste Farida Sam, juste après de départ de Catherine Fournier. Je compte 429 articles publiés sur Dreuz.info par M. Souhail Ftouh, l’un des médias de fake news les plus célèbres et proche de l’extrême-droite :

z3c

 

Sur l’animateur, Éric Le Ray

Quant à l’animateur de l’émission « Occident », il s’agit d’Éric Le Ray, qui s’avère également un amateur de fake news. Il partage notamment des articles de Dreuz.info sur Facebook et autres trucs choquants comme cette fake news à propos de l’attentat de Toronto, la semaine dernière :

z4 bissonette

Le « même » en question présentait le visage d’un garçon qui n’a rien à voir avec la tragédie de Toronto. Le magazine L’Actualité le précise dans l’une de ses enquêtes :

z4a actualité

Le Ray plaide pour un monde « sans journaliste » pour contrer par exemple les méchantes attaques subies par Donald Trump par des journalistes trop soucieux de vérité :

z4 journal sans journaliste

Quand on regarde ses préférences Facebook, on y remarque de forts penchants à droite :

z4b mentions J'aime

Son béguin pour le Mouvement républicain (MRQ) n’est pas anodin. Il est ami de Guy Boulianne – alias le « Prince fou » (qui prétend être un protecteur du Saint Graal) – depuis de nombreuses années (au moins 2010). M. Le Ray participera à de multiples conférences et colloques pour le MRQ, après que Boulianne ait fondé ce groupe d’extrême-droite en 2017.

C’est sûrement par l’entremise du MRQ de Boulianne que Stu Pitt recrutera Éric Le Ray pour animer des émissions. On voit ici Pitt lors du lancement du Mouvement républicain, à un party de La Meute à Sainte-Sophie :

z4d stu pitt et boulianne à un party de La Meute
(Guy Boulianne à gauche avec sa conjointe, Pitre au centre, La Meute autour, ils concluaient des accords quant à la fondation du Mouvement républicain)

L’éminent intellectuel Éric Le Ray sera donc un invité naturel de Guy Boulianne, lors de leurs différents événements de propagande :

z5 le ray et stu pitt
(Le gars plus à droite a vraiment l’air crédible…)

z5 MRQ 2018

z5 MRQ 2018b

Puis Le Ray aboutira dans les studios de Stu Pitt, accueillant des candidates du Parti québécois…

Le pire c’est qu’il annonça aussi, lors de l’entrevue avec Catherine Fournier, qu’une autre candidate péquiste sera bientôt présente à l’émission, soit Mme Michelle Blanc : « J’ai invité Michelle Blanc qui doit venir » (à 21min).

Le Ray et Mme Blanc se connaissent effectivement de longue date, via leur intérêt pour le « numérique » :

z6 avec michelle blanc2

 

Je vous laisse avec une vidéo-montage préparée par « Le Troupeau » :

La fondation de La Meute : grâce à l’«étincelle» Benhabib

La Meute a été fondée en octobre 2015, par des vétérans des Forces armées canadiennes.

Dans une entrevue réalisée en octobre dernier – peu après le putsch qu’il venait de subir – l’ex-chef Patrick Beaudry explique quelles influences idéologiques déterminantes avaient motivé les pères de La Meute à démarrer leur projet militant : Djemila Benhabib et Fatima Houda-Pepin.

z1c

L’animateur Stu Pitt (lui-même membre du groupe d’extrême-droite à cette époque) posait cette question sur l’événement fondateur de La Meute :

« Là tu m’as dit qu’au départ vous êtes allés voir une conférence de Mme Djemila Benhabib, ça a créé comme une espèce d’étincelle »

Beaudry confirme :

« Oui, oui, oui! Mme Benhabib et Mme Houda-Pepin, qui sont des icônes pour la défense de la laïcité, les sonneuses de cloche les plus probantes. (…) On a ces deux personnes-là très vivantes dans notre esprit. Mme Benhabib donne une conférence. On se ramasse là trois. Presque assis sur le stage. Première rangée. Et on écoute le propos de Mme Benhabib (…). Ça sonnait comme quelque chose de très intellectuel où elle voulait, elle, témoigner de sa propre expérience et influencer une intelligentsia politique, à son propos ».

z1b
(Patrick Beaudry s’était fait renversé de force par Sylvain « Maikan » Brouillette, en septembre)

Stu Pitt lui explique que l’approche de Benhabib est « intellectuelle », tandis que La Meute va poursuivre la même œuvre, mais auprès de « monsieur et madame tout le monde ». Il reprend: « Mais disons que c’est l’esprit de Mme Benhabib qui allume quelque chose, et on s’en va? »

Beaudry : « Oui, absolument! Et j’irais même jusqu’à dire que, suite à ça, lentement (…) ça amène une réorientation de La Meute. Ce que Mme Benhabib avait déjà compris, nous pas ».

Quand on se rend sur la page Facebook publique de La Meute, on peut d’ailleurs remarquer que le premier grand « événement » auquel ils se sont joints fut une manifestation en soutien à Djemila Benhabib, poursuivie alors pour diffamation par un établissement scolaire privé :

z2 ben La Meute1a

 

À l’été 2017, les Meutons l’admiraient toujours, allant jusqu’à garantir les services de sécurité de l’un de ses colloques, selon les dires de Stu Pitt et des dirigeants eux-mêmes :

z3 confirmation

Sur cette photo, on peut apercevoir les chefs meutons qui s’étaient mobilisés pour l’occasion :

conférence benhabib

 

D’autres influences

Durant l’entrevue avec Stu Pitt, Patrick Beaudry affirme que d’autres intellectuels ont aussi, par la suite, profondément inspiré La Meute.

z6 martineau mbc The Buddies

On peut penser tout à bord au grand sociologue identitaire Mathieu Bock-Côté, qui semble toujours écrire la même chronique pourfendant le « multiculturalisme », la perte de l’identité québécois et la menace « islamiste ».

Voici ce qu’en pense « Maikan », porte-parole de La Meute :

z6 mbc pareil comme la meute

Un autre visionnaire qui impressionne fortement La Meute est Richard Martineau, qui a la chance d’avoir une section consacrée à ses chroniques sur leur site web officiel.

z7 richard-martineau-burka

 

Rappelons que Martineau a été ajouté au groupe secret depuis aussi loin que novembre 2015. Il le sait. Il l’a admis en ondes, mais il y reste. Allez savoir pourquoi…

zmartineau-2

 

« Maikan » a également une haute opinion de Martineau. Il le considère être « un loup qui s’ignore », qui finira peut-être bien par « sortir du placard ».

Chose certaine, à chaque fois « qu’il ouvre la bouche », « il a exactement le même discours que La Meute » :

z7 Maikan Martineau ouvre la bouche

Ces loups qui aiment les nazillons d’Atalante

Le groupe d’extrême-droite Atalante Québec est l’un des plus violents qui soient au Québec, prônant carrément la révolution afin d’instaurer un régime fasciste, ce qui mettrait supposément un terme à la « décadence » du monde moderne.

Comme l’a déjà noté un article de La Presse, plusieurs de leurs membres ont un passé criminel impliquant des actes sanglants à caractère raciste :

z2a

Au cours de l’été, les activistes néonazis d’Atalante ont réalisé quelques coups d’éclat, notamment en posant des banderoles « Remigration » à Québec et au Stade Olympique, qui accueillait des demandeurs d’asile principalement d’origine haïtienne:

z2 banderole-remigration-stade-olympique

 

Leur sortie spectaculaire, samedi dernier, sur les remparts à Québec, a vivement impressionné les manifestants.es identitaires qui voient désormais Atalante comme un précieux allié.

Si le chef de la Meute – Sylvain « Maikan » Brouillette – essaie de nous faire croire qu’il n’y a aucune sympathie entre les deux groupes, cela est démenti par la présence massive de militants.es de La Meute sur la page FB d’Atalante Québec.

Même le co-dirigeant Meuton, Éric Proulx, est allé y exprimer son enthousiasme par un gros cœur :

z3 Éric Proulx like Atalante

Je partage le statut d’Anarchopanda qui résume bien la situation :

z4

 

Une mosaïque de sympathie

Est-ce vrai qu’Éric Proulx n’est pas le seul Meuton à s’être laissé séduire par les boneheads d’Atalante? Après vérification, les loups se comptent par dizaines sous la dernière publication d’Atalante, qui a dépassé les 430 « J’aime »…

J’ai constitué une mosaïque de nombreux « profils FB », associés directement à La Meute, qui ont « liké » le statut d’Atalante Québec.

Leur nombre est renversant et inquiétant: il ne faudrait surtout pas que ces gens se radicalisent encore plus qu’ils ne le sont déjà, et ce n’est qu’un échantillon, car je n’ai pas examiné la totalité des 433 profils concernés.

Voici donc cette mosaïque de 54 Meutons.nes (et quelques fidèles de l’ex-chef Patrick Beaudry) :

 

Tous ces 54 individus, associés à La Meute, ont donc apprécié le dernier statut d’Atalante, appelant à défendre notre identité comme si nous voulions faire revivre la Nouvelle-France:

« La ville de Québec est un bastion nationaliste et le restera. Elle est le symbole de la civilisation européenne en Amérique, un joyau historique et identitaire. Ce ne sont pas quelques autobus remplis de parasites qui changeront ce fait ».

Le chef de La Meute a beau nous faire accroire que leur groupe anti-islam se veut parfaitement « pacifiste », nous savons très bien que leurs membres sont agressifs sur les réseaux sociaux, alors que d’autres aiment jouer aux paramilitaires durant les manifs.

Je vous laisse avec ce message récent d’André Pitre (alias Stu Pitt), propagandiste de La Meute, message passablement menaçant:

z7

Les fachos se préparent pour la bataille, le 25 novembre

Que se trame-t-il pour samedi prochain à Québec : une manif ou une guerre? Par peur des antifascistes, l’extrême-droite québécoise semble plus unie que jamais afin de livrer bataille à ses opposants.es.

z storm alliance et meute
Rencontre au sommet dans les derniers jours, Stu Pitt qui semble servir de médiateur

À l’origine, il y a environ deux mois, La Meute et la Storm Alliance annonçaient un événement commun, devant l’Assemblée nationale, contre la Commission sur le racisme systémique :

z2a manif du 25

La commission ne sera jamais mise sur pied – sa forme ayant été complètement dénaturée par le PLQ – mais les xénophobes tiennent tout de même à se faire entendre, sans quoi leurs groupes respectifs risqueraient de s’effondrer. Ils ont besoin d’événements rassembleurs.

z2b noel

 

La Meute se réorganise

Les chefs meutons tentent de se faire rassurants par tous les moyens possibles. Leur porte-parole Sylvain «Maikan» Brouillette bombe le torse en affirmant que son organisation (parapolicière) a raffiné ses stratégies et est bien équipée :

z3a Maikan stratégies
(Quelles stratégies, sauteront-ils en parachute cette fois-ci?)

En fait, ils ont emprunté 3000$ pour équiper leur « cellule de sécurité » et ont ajouté un « bouton de don » à cet effet, sur leur site web. Ils n’avaient amassé que 1365$ aux derniers nouvelles.

Le groupe haineux nous apprend également qu’on vient d’inventer un nouveau grade hiérarchique, la « papatte jaune », qui permettra aux loups de mieux marquer leur territoire :

z3b papatte jaunes
C’est ça le raffinement de leurs stratégies?

Les mensonges de La Meute

La Meute et la Storm Alliance avaient laissé entendre, dans des messages de propagande, qu’ils allaient œuvrer «en partenariat» avec la Sûreté du Québec pour se défendre contre d’éventuels protestataires.

La SQ a contacté les chefs de ces formations afin de les obliger à se dédire publiquement : jamais la SQ n’appuierait des groupes racistes. Maikan et Dave Tregget ont dû ainsi démentir leurs publicités dans un message officiel.

Un autre chef, Éric Proulx, en rajoute toutefois en prétendant travailler « de concert » avec le SPVQ et l’escouade anti-émeute :

z4 proulx1

Le communiqué de M. Proulx est d’ailleurs fort instructif sur le déroulement de la manif à venir. Se préparant au pire, il prévient les manifestants.es qu’une sorte d’apocalypse pourrait survenir :

z4d proulx

Puis il décrète que les manifestants.es n’auront pas le droit de s’exprimer, les membres devront se taire «comme d’habitude» :

z4e proulx3

À quoi bon manifester si on les prive du droit de s’exprimer librement? Ah oui, bien sûr, on craint que des opinions extrémistes puissent être entendues à la caméra…

 

La Storm Alliance se cherche une raison d’être

Les partenaires de La Meute accepteront-ils de marcher en silence eux aussi? Cette fois-ci, la coopération entre diverses formations d’extrême-droite devenait nécessaire, car elles sont toutes effrayées par les antifas, dans la foulée de la manif du 20 août dernier.

Dave Tregget, fondateur de la Storm Alliance (et ex-Soldier of Odin) justifie leur alliance par une pensée digne d’un Confucius pour les nuls:

z5 dave treg confucius

Ce même Tregget a ensuite multiplié les capsules vidéos afin de donner un sens à leur manif, qui en manque cruellement : protester contre les maudits impôts, contre le registre des armes à feu, contre les failles du système de santé… Trouvez-vous des raisons, tant que vous êtes là, ça va faire la job :

z5 dave treg contre le registre des armes à feu
(tristement pour Tregget, il s’est fait dénoncer par le Troupeau pour s’être égo-filmé au volant de sa voiture, sur la route)

Mais trop, c’est comme pas assez. Le gourou de la S.A. peine à mobiliser ses troupes autour d’un objectif commun, comme s’en est plaint un membre avisé, qui trouve tout cela trop « cacaphonique » :

z5b dave treg cacaphonique

 

Les Patriotes d’extrême-droite à la rescousse

Les groupuscules indépendantistes d’extrême-droite évitent habituellement de marcher aux côtés des fédéralistes/binationalistes. Mais comme ils tremblent également devant les antifas, ils n’ont plus d’autres choix que de faire front commun, pour réaffirmer leur haine des musulmans.es.

Le chef du Front patriotique du Québec, Guy Bélanger, invite tous ses membres à le joindre devant l’Assemblée nationale, pour affronter ces « macaques » anti-racistes en leur souhaitant « Joyeux Noël !» :

z6 front patriotes boulanger

Dans un autre communiqué, on annonce qu’une « équipe de sécurité complète » a été conçue au sein des Patriotes :

z6b patriotes paquette

 

Un membre zélé appelle à écraser les antifas, à « leur foncer dedans » :

z6a front patriotique du qc panique

Notons au passage que plusieurs autres groupuscules extrémistes promettent aussi d’être présents, telle la Northern Guard, qui n’accepte que des hommes dans ses rangs :

z6c northern

 

Un succès à prévoir?

Les différents chefs prévoient bien sûr une foule record, ça fait partie de leur stratégie de mobilisation. Dave Tregget affirme qu’il a convaincu 1000 personnes à lui seul, tandis que Maikan y va d’une vision prophétique :

z7 vision de Maikan

La réalité risque d’être plus cruelle, car des clans régionaux ont de la misère à remplir leurs autobus, pouvant coûter jusqu’à 1500$ chacun :

z8 autobus vides

Chose certaine, ils se préparent pour la guerre et ils seront prêts. Ils manifestent pourquoi? Who cares?

Des élections municipales décevantes pour La Meute

En juillet dernier, un mouvement anti-cimetière musulman à Saint-Apollinaire avait constitué un premier test électoral pour La Meute. Le groupe xénophobe avait réussi à mettre sur pied un «camp du Non», à provoquer la tenue d’un référendum et à remporter cette consultation populaire.

Le porte-parole des Meutons, Sylvain «Maikan» Brouillette, s’était excité et avait déclaré que le groupe tenterait d’influencer les élections futures, par un travail de terrain.

Les élections municipales du 5 novembre furent un échec cuisant pour les islamophobes du Québec. En voici quelques exemples.

 

À Montréal

Comme le maire sortant, Denis Coderre, était étiqueté comme étant «libéral» et qu’il avait promis de faire de Montréal une « ville sanctuaire » pour les sans-papiers, il était cible de mépris par La Meute.

Mais malencontreusement pour les racistes, Valérie Plante s’avérait une rivale progressiste, ne partageant pas du tout leur haine de la diversité. Ils ont donc dû rabattre leur choix sur Gilbert Thibodeau, un candidat plus ouvert à leur idéologie identitaire. André Pitre (alias Stu Pitt), l’invita à son émission afin de lui donner une visibilité :

thibodeau1

Un autre proche de La Meute, Guy Boulianne (chef du Mouvement républicain du Québec), s’entretint également avec M. Thibodeau pour le faire connaître:

thibodeau2

Ces coups de pouce et la campagne qui s’ensuivit sur les réseaux sociaux donnèrent très peu de résultats probants :

thibodeau3

Au grand dam de Stu Pitt qui annonce quasiment l’apocalypse à Montréal et invite ses partisans montréalais à déménager :

pitre1

pitre

 

À Québec

Dans la Capitale-Nationale, le mot d’ordre était de battre Régis Labeaume, jugé trop près de la communauté musulmane. Rappelons que Labeaume avait soutenu le Centre culturel islamique dans ses tentatives d’obtenir un cimetière confessionnel, et qu’il avait taxé La Meute de «milice potentiellement dangereuse».

Le responsable Meuton de la région de Québec (et ex-policier) a appelé ses membres à battre Labeaume:

labeaume

Ils ont ainsi jeté leur dévolu sur son rival le plus à droite, Jean-François Gosselin. Ce dernier ne fut toutefois pas de taille :

gosselin1

 

À Saint-Apollinaire

Dans cette petite municipalité près de Québec – là où se trouve d’ailleurs l’entreprise de Sylvain Maikan – une équipe d’opposants au cimetière musulman a voulu réitérer ses succès de l’été en convoitant des postes de conseiller.

Telle était leur équipe, toujours menée par leur leader Sunny Létourneau, amie de Maikan :

Équipe de Létourneau

Les élections furent un échec lamentable pour eux, ils échouèrent sur toute la ligne:

stapo4

stapo5

stapo1

stapo2

stapo3

À Saint-Chrysostome

L’un des candidats du jour le plus ouvertement islamophobe fut sans aucun doute Michel Labonté.

Il estime sur Facebook que l’islam est une maladie, et produisit une vidéo haineuse caractérisant cette religion comme étant un fourre-tout terroriste. Il fait aussi partie de nombre de groupes extrémistes identitaires:

z michel labonté2

En fin de compte, il mordit la poussière lui aussi :

michel labonté

 

Ce fut une dure journée pour La Meute, et le Québec ne s’en portera que mieux.

Autopsie du passage de La Meute à 100% Normandeau

Il est d’emblée périlleux d’inviter le ratoureux porte-parole de La Meute – Sylvain «Maikan» Brouillette – à une émission de grande écoute comme 100% Normandeau, sachant que l’animatrice est plutôt anti-progressiste et plus ou moins experte sur le sujet.

Même si Mme Normandeau avait préparé de bonnes questions embarrassantes pour Maikan (des amis lui avaient envoyé des informations troublantes sur La Meute) elle s’est quand même laissé berner, de manière à ce que l’organisation d’extrême-droite s’en tire à bon compte.

zz maikan2
(Maikan lors d’une entrevue avec Stu Pitt)

 

Sur le nombre

Normandeau commence l’entrevue en proposant que la formation possède 63 000 membres, Maikan acquiesce. Pour le coincer, elle demande s’il y a toujours des personnalités qui sont membres sans leur consentement, telle Colette Provencher, spécialiste de la météo à TVA. Il lui dit simplement que c’est réglé, et elle accepte tout bonnement la réponse.

Elle poursuit en reprenant les chiffres trompeurs comme si c’était une réalité : «63 000 personnes, c’est beaucoup de monde, comment vous vous décrivez comme groupe?».

En fait, La Meute compte à peine de 3000 à 4000 vrais membres faisant partie des «clans» régionaux. Parmi ces membres, certains leaders comptent pour 17 membres, puisqu’ils font partie de tous les clans. Il faudrait aussi soustraire les clans qui sont présentement en sédition, car ils appuient l’ancien gourou Patrick Beaudry, qui a subi un putsch le mois dernier.

Mme Normandeau ne posera aucune question sur le sujet.

 

Le mot en « i »

Le propre d’une mauvaise entrevue sur les Meutons est de ne jamais les talonner à propos de leur islamophobie, qui est leur seule raison d’être.

zcarica2
La Meute se vante de faire fuir l’islam sur leur page web officielle

L’animatrice a ainsi laissé Maikan nous raconter que La Meute est un groupe de pression politique voulant changer les choses au Québec. «C’est sûr qu’on va approcher les candidats pour voir ce qu’ils ont à nous offrir, localement».

Pour changer quoi, ça n’intéresse pas Normandeau? Elle s’est contentée de le questionner quant à la «neutralité religieuse de l’État».

 

Sur les accommodements religieux

Maikan soutient que les partis politiques négligent la population depuis trop longtemps, en laissant des minorités prendre trop de place aux dépens de la majorité. Mme Normandeau ne le réfute pas.

Il faut dire que de son côté, elle a étonné cette semaine en invitant les Québécois à voter pour la CAQ, alors qu’elle était vice-première ministre sous les Libéraux, il y a peu de temps. Elle s’opposerait justement à ce positionnement des libéraux quant aux minorités :

«Il y a une affaire qui ne me rentre pas dans la tête, c’est cette fameuse commission [sic] sur le racisme systémique : Philippe Couillard qui tente de nous faire croire, nous Québécois, qu’on est racistes, qu’on est xénophobes. Les immigrants choisissent le Québec comme terre d’accueil, « fine », parfait, mais les immigrants doivent s’intégrer au Québec, doivent se conformer à nos valeurs d’égalité homme-femme», a-t-elle ajouté (TVA Nouvelles).

 

Sur les motards dans La Meute

La question la plus lourde que posa Normandeau fut à propos de Patrick Guilbault, un ex-membre des Dark Souls – affiliés aux Hells Angels – qui s’est ensuite trouvé une niche dans La Meute.

Darksouls

Maikan rétorqua qu’il ne s’agit que d’un «simple membre» sans pouvoir décisionnel, puis qu’il est libre même s’il attend un procès. Donc pas question de l’expulser tant qu’il ne sera pas condamné formellement. « Nous on représente la population, il y a des criminels, ex-criminels, dans La Meute, comme dans toute organisation ». « On a 63 000 membres! ».

 

Un chef de La Meute, ex-policier

L’animatrice taraude ensuite le porte-parole lupin sur le cas de Jacques Gagné, membre de l’exécutif de La Meute (Le Conseil) qui avait fait une blague à l’effet qu’il aimerait avoir « l’adresse de députés » pour mettre à profit son nouveau « permis de chasse ».
Maikan esquive habilement la question en parlant du cas Luc Lavoie, puis en ajoutant que Jacques Gagné est un gars très propre, un « ex-policier ».

 

Conclusion

En somme, l’entrevue s’est avérée complaisante, un autre coup de pub pour La Meute, malgré les questions pseudo-épineuses. Les administrateurs de la page secrète ne se sont pas gênés pour partager l’entrevue, qui fut fort appréciée par les militants.es.
Voici leurs réactions enthousiastes :

zz commentaires pro normandeau

zz commentaire pro2

 

 

Une équipe pro-Meute se lance en politique municipale

Dans un article récent, nous apprenions de manière invraisemblable que de fiers alliés de La Meute, dont Sunny Létourneau, se lançaient en politique municipale afin de briguer des postes de conseillers à Saint-Apollinaire. Pourquoi veulent-ils s’approcher de la mairie ?

zbobody1

Le 15 juillet dernier, je publiais un article dans Ricochet révélant qu’un «camp du Non», à Saint-Apollinaire, avait reçu le soutien logistique du groupe raciste d’extrême-droite La Meute, pour faire barrage à un projet de cimetière musulman. Ce projet – reposant sur une transaction privée – avait reçu l’aval du maire actuel.

La porte-parole du camp du Non, Sunny Létourneau, était membre du clan 12 de La Meute, ainsi que sa garde rapprochée et de nombreux membres de sa famille (son conjoint, ses deux parents, etc.). Ils ont fait battre le projet en réclamant la tenue d’un référendum contestant les règles de zonage (à peine quelques dizaines de citoyens.es à proximité du terrain bénéficiaient d’un droit de vote).

Cette Mme Létourneau a déjà admis connaître personnellement le nouveau dirigeant de La Meute, Sylvain «Maikan» Brouillette. Elle est d’ailleurs toujours membre du groupe secret à ce jour, et ce, depuis aussi loin que février 2016…

z1xSunny Létourneau
Remarquons que c’est Maikan lui-même qui l’avait recrutée

z Sunny et Maikan
Sur cette photo, on peut voir Mme Létourneau et ses parents, de dos, discuter avec le porte-parole de La Meute, Maikan, alors que le camp du Non s’organisait.

 

Le camp du Non

Sunny Létourneau tente aujourd’hui de minimiser ses liens avec La Meute en laissant entendre qu’elle n’y occupait qu’un rôle «passif». Des captures d’écran prouvent toutefois le contraire. Elle participait activement à leurs conspirations:

z tractations
Déjà on peut apercevoir Mme Létourneau, son conjoint et ses deux parents (sa mère est Mme Lacroix), faisant partie de la liste des militants.es actifs
z tractations1
On voit Sunny Létourneau ci-dessus qui transmet de l’information «activement» au leader de La Meute, pour l’aider à mieux organiser ses combines
z tractations3
La conversation se poursuit ainsi pendant longtemps. Il ne fait aucun doute que Sunny Létourneau discute directement avec des leaders de La Meute, leur transmettant des infos et participant à leurs conspirations.

Notons que lorsque les grands médias se sont rendu compte que Mme Létourneau faisait partie de La Meute, sa première réaction fut de dire qu’elle voulait tempérer leurs opinions extrémistes :

«Je me suis inscrite parce que c’était le seul moyen pour commenter certains propos que j’avais lus et que je trouvais extrémistes. Je ne suis pas impliquée dans La Meute»

Cette réponse est assez cocasse quand on pense au fait que c’est son propre père, Réal Létourneau, qui a lancé les commentaires les plus radicalement islamophobes lors des séances de consultation. Il fit par exemple des liens entre le cimetière et les actes terroristes ayant cours dans d’autres pays.

Mme Létourneau a-t-elle adhéré à La Meute pour calmer son propre père ? Plus sérieusement, rappelons qu’elle y est depuis février 2016.

 

Les autres candidats aux postes de conseiller

Mme Létourneau est entourée d’une équipe de quatre autres candidats dont la majorité est également liée au groupe xénophobe.

Il y a par exemple Valmont Rioux, dont l’ancienne photo de profil était carrément une tête de loup et une photo de lui accompagnée du logo de «membre officiel»:

zxValmont Rioux profil
Il fait aussi partie du groupe secret depuis mars, donc peu avant la constitution du camp du Non

Ensuite il y a un certain Mario Casavant, qui fut ajouté récemment au groupe secret, le 30 septembre dernier :

zxMario Casavant - Copie

Puis il y a Victor Hugo Castro, dont on sait qu’il s’impliquait dans l’entourage du camp du Non durant les séances de consultation, car les médias ont rapporté quelques-unes de ses sorties.

Le 6 mars il s’indigna : « «Pourquoi faire ça ici? Avez-vous réfléchi aux conséquences?», puis, le 29 mars, il trouva insensé que les musulmans refusent d’être « enterrés avec lui ». « Ce qui nous dérange, a-t-il dit, c’est qu’il ne nous reste que huit lots et qu’on va accorder une privatisation “VIP” pour vous, les musulmans».

Victor-Hugo Castro (…) s’est ensuite livré à une charge en règle contre l’islam et le Coran. «Il y a 25 versets du Coran qui appellent à tuer les mécréants. Nous, dans notre religion, on n’est pas comme ça. Notre religion nous dit de pardonner» (Le Soleil).

Reste enfin M. Alain Caron, dont je ne sais pas s’il a joué un rôle dans le camp du Non, mais publie à l’occasion des statuts anti-islam et s’était fortement réjoui de la victoire du Non sur Facebook, partageant même une vidéo de Stu Pitt (propagandiste de La Meute), qui prenait la défense du groupe d’extrême-droite contre Régis Labeaume :

zzAlain Caron stu pitt

 

En conclusion, il nous semble que la majorité des candidatures entourant Sunny Létourneau paraît vouloir surfer sur l’infâme succès du référendum du 16 juillet dernier, où seulement 36 personnes avaient voté.

Veulent-ils isoler le maire actuel – Bernard Ouellet – pour l’entourer de gens à tendance raciste? Je doute que Saint-Apollinaire ait besoin de ça.

Le colloque Benhabib (encore) sous la protection de militants islamophobes

En juillet dernier, j’avais publié un article dans Ricochet déplorant le fait que le dernier colloque organisé par Mme Djemila Benhabib – ayant eu lieu le 9 mai 2017 – ait fait appel à La Meute pour assurer la sécurité de l’événement.

Comme je l’ai fait valoir à plusieurs reprises, La Meute est un groupe d’extrême-droite raciste qui utilise ce type d’événements pour normaliser sa présence dans l’espace public.

pitre 2 couteaux tournevis

 

Bien que mes articles sur le sujet étaient solidement fondés sur de nombreuses preuves et témoignages, ils provoquèrent un « backlash » d’une sévérité inouïe, culminant avec une lettre de Benhabib elle-même – tout à fait diffamatoire à mon endroit – publiée il y a deux semaines sur Facebook.

Mme Benhabib inventa de toutes pièces une histoire de policiers l’ayant mise en garde contre une éventuelle « casse » de son prochain colloque, dont j’en serais moi-même le « grand manitou »!

Capture2b spvm

Non seulement elle a menti sur ce point important pour me salir et promouvoir son événement, mais elle laissa aussi entendre toutes sortes d’autres choses scandaleuses…

 

Le nouveau colloque Benhabib, 28 septembre à Montréal

C’est donc avec surprise que j’entendis le témoignage de trois personnes crédibles m’assurant que (1) les policiers ne se sont rendus sur place que pour garder un œil sur «l’extrême-droite et La Meute» (2) le service de sécurité était encore opéré par des amateurs, faisant des fouilles sans permis légaux, et semblaient conseillés par Stéphane Roch en personne, chef des « opérations » de La Meute…

 

Je vous propose donc cet entretien avec Éric Émond, chef du parti politique provincial Changement Intégrité pour Notre Québec (CINQ). Il a aussi pris des photos et vidéos qui prouvent ses dires.

 

Entretien avec un témoin direct, Éric Émond

XC : Bonjour M. Émond. Premier aspect curieux de votre soirée : vous dites que c’est André Pitre lui-même (alias Stu Pitt, propagandiste de La Meute) qui vous a offert des billets gratuits?

M. Émond : Oui, on s’était parlé il y a quelques semaines. Je lui ai dit que je n’irais pas au colloque à mes frais. Je suis féministe et anti-raciste, ça ne m’intéressait pas de payer de ma poche pour investir dans un truc qui ne correspond pas à mes valeurs. Je sais que lui est dans La Meute et je suis anti-Meute. J’ai dit que j’allais accepter les billets si je venais accompagné de deux personnes. Et il l’a fait avec plaisir.

pitre clan01

XC : Cet événement était organisé par Mme Benhabib. Pourquoi Stu Pitt, qui n’a pas l’air riche, offre ainsi des billets à droite pis à gauche?

M. Émond : Lui-même se présentait accompagné de ses deux « bodyguards » de La Meute. Il a ajouté qu’il pouvait m’en avoir à moi aussi et il a un peu insisté. Moi j’avais pas peur pour ma sécurité. Je pense qu’il essaie de se rapprocher d’amis plus progressistes, pour essayer de convaincre le monde que La Meute est plus de centre-gauche (comme mon parti qui est de centre-gauche).

XC : Donc tu étais assis avec lui pendant le colloque, vous avez parlé?

M. Émond : Non, il m’a juste dit « Salut Éric, comment ça va? », mais c’est tout. Il était assis quelques sièges plus loin, avec ses gardes du corps.

XC : Quand tu es arrivé sur les lieux, au départ, avec deux femmes de ton parti, as-tu noté quelque chose d’inhabituel?

M. Émond : Il n’y avait pas de policiers. C’était bizarre car Benhabib disait qu’elle avait reçu des menaces. À l’entrée nous voyons la sécurité, des gens qui semblent de La Meute qui fouillent les sacoches des femmes (sans montrer leurs permis) j’en compte cinq officiels et plus de deux qui entourent la personne qui nous a invités (Stu Pitt).

 

XC : Comment peux-tu savoir que c’étaient des Meutons?

M. Émond : J’ai déjà fait un débat avec Stu Pitt par le passé et je pense les avoir déjà vus. Il y en a même un qui avait un bandana autour de la tête. Ça faisait pas professionnel. Un gars de la sécurité en arrière de moi a dit à ses acolytes: « Hey, le grand avec des lunettes, check-le! ».

XC : Quelle était l’ambiance?

M. Émond : Voir le monde réagir à ceux qui m’accompagnaient était sans prix : une confusion totale. C’étaient deux femmes racisées. Une arabo-musulmane et une d’origine indienne. Les gens dans la salle arrêtaient pas de les regarder croche. D’ailleurs celle qui est musulmane, qui ne porte pas de hijab, s’est quand même sentie inconfortable et a dû quitter le colloque avant la fin. De mon côté, j’avais vu des policiers et j’étais sorti pour aller leur parler.

XC : T’as parlé directement aux policiers?

M. Émond : Oui, ils étaient dehors. Je suis allé à leur rencontre. Après un temps, je leur ai demandé s’ils étaient là pour les menaces (car je sais qu’un de mes contacts avait préalablement appelé le SPVM pour demander s’il y avait eu menace et ils ont répondu par la négative).

XC : Ils t’ont parlé des « méchants antifas »?

M. Émond : Pas du tout! Je cite textuellement leur réponse (car je l’ai notée sur un papier) : « Nous sommes ici à cause de l’extrême-droite et La Meute, il n’y a eu aucune menace envers le colloque ou Benhabib dont nous sommes au courant et donc aucun inspecteur n’y a été assigné »…

XC: Ils t’ont donc dit qu’ils venaient surveiller La Meute?

M. Émond: Oui. L’homme qui était debout avec les services de sécurité (Stéphane Roch) est même venu me parler directement. Il m’a demandé si j’allais faire d’autres débats comme dans le bar (un débat du 28 juin avec Stu Pitt, lors duquel La Meute faisait la sécurité). Son visage me semblait familier. J’ai reconnu plusieurs visages de ce soir-là:

roch au bar
Le débat opposait M. Émond à Stu Pitt

 

XC : Et aucune trace des antifas durant la soirée?

M. Émond : Rien. La salle était composée principalement d’un public d’un certain âge, très peu diversifiée (sauf pour les amis de Benhabib). Ils se retournaient souvent pour dévisager mes amies racisées à côté de moi. D’ailleurs la salle applaudissait surtout quand il y avait des remarques islamophobes.

XC : Par exemple?

M. Émond : Quand Benhabib a présenté les panélistes, elle a salué leur courage malgré les menaces qu’elle aurait reçues de la part de musulmans. Elle a ajouté en blague qu’ils voulaient la « lapider ». La salle a ri fortement.

Peu après, elle a monté le ton en disant que le hijab est le «voile de la honte et de l’indignation». Là encore la foule l’a acclamée.

Ensuite, après les conférences, un homme s’approche du micro et dit : « Je fais mon coming out, j’étais un islamophobe sous médication et là j’ai arrêté les traitements et je m’assume pleinement » et la salle quasi entière applaudit son islamophobie… Étant en ligne un peu derrière lui j’en profite pour «engeler» les gens qui applaudissent, ne pouvant me contenir devant cette affirmation et acclamation de la haine…

L'islamophobe2
L’homme fièrement islamophobe en bleu, avec Stu Pitt en arrière qui attend son tour au micro

 

XC : Une fois que tu étais au micro, qu’as-tu dit?

M. Émond : J’ai posé quatre questions. À ma deuxième, j’ai demandé à Benhabib le nom de l’inspecteur qui l’aurait mise en garde contre de supposées menaces, au cas où j’aurais des informations à lui transmettre. La salle a figé. Je suis du genre à attendre les réponses une minute de temps…

Suite à sa non-réponse, j’ai demandé : « Vu que vous ne croyez pas que les parents devraient rentrer les enfants d’un si jeune âge dans la religion (en leur mettant un hijab) est-ce que c’est l’avis de ce panel que nous ne devrions pas faire baptiser nos enfants? Et aucune première communion, confirmation, etc.? ». Les murmures se sont fait entendre dans la salle, la tension était palpable…

XC : Merci pour cet entretien.

M. Émond : Ça fait plaisir. J’aimerais préciser en terminant que je crois toujours que nous devons combattre la peur, la haine et l’ignorance par l’amour, la communication et l’éducation. Je continuerai d’être un allié du féminisme intersectionnel et de défendre les droits à l’égalité de toutes les femmes sans exception.

 

**Les deux personnes ayant accompagné M. Émond au colloque me confirment que son récit est conforme à leur propre version des faits.

 

 

 

 

Galerie de maîtres harceleurs

Je blogue sur Facebook depuis quelques années maintenant. Ce n’est qu’à la fin de juin que je me suis intéressé à un groupe d’extrême-droite nommé La Meute.

À peine ai-je écrit un premier article assez généraliste que des hordes de trolls ont envahi ma page pour m’accuser d’être à la solde de George Soros et faire censurer mes billets Facebook. J’ai décidé de leur tenir tête en écrivant un deuxième article, puis un troisième, qui ont tous été retirés suite à des vagues massives de signalements.

Grâce au soutien de Ricochet, j’ai quand même pu révéler que La Meute avait organisé un « camp du Non à Saint-Apollinaire » pour faire battre un projet de cimetière, qu’un colloque organisé par Benhabib avait bénéficié des services de sécurité de La Meute, et que les dirigeants du parti politique de Rambo Gauthier se rapprochaient de plus en plus du même groupe islamophobe.

Ma page Facebook est la cible de censures systématiques, c’est pourquoi j’ai démarré ce blogue wordpress il y a quelques semaines. Le harcèlement dont je suis la cible s’est tout même intensifié: insultes et menaces en messages privés, de nombreuses campagnes pour me faire perdre mon emploi, placardage de lieux publics pour m’intimider, calomnies dans de grands médias sans possibilité d’y répondre…

 

campagne d'affichages

Je propose un tour d’horizon des différents types d’harcèlement, sous forme de «galerie d’art».

 

La Meute

L’un des premiers à ouvrir le bal fut le vlogueur André Pitre (alias Stu Pitt), propagandiste de La Meute, qui fit une vidéo de 8 minutes dirigée  contre moi et fut visionnée des milliers de fois:

z1a
Des menaces à mon emploi ont commencé à circuler par la suite:

z1b

z1c

La machine à propagande s’est aussi mise en marche. On a tout d’abord fait un photo-montage truqué pour tenter de faire croire aux gens que j’effaçais moi-même mes statuts Facebook. J’ai été contraint de montrer les captures d’écran de mes avis Facebook pour répondre aux rumeurs (surréaliste!).

Les «loups» ont ensuite repêché des photos de moi pour en faire des «mèmes» d’un goût artistique certain:

z0

 

z2b
M. Lamontagne aime multiplier les mèmes sur la droitosphère

z2a

z2c

 

Une tendance scatologique

D’autres artistes préfèrent exprimer leur préférence pour le scatologique:

z3a

z3b

z3c

 

Louise Duval et Marie-Élaine Boucher

Ces deux copines islamophobes comptent parmi les harceleuses les mieux aguerries du web. Dès mes premiers articles, elle se sont mises à organiser de véritables campagnes de menace à mon emploi. On voici quelques preuves flagrantes (j’ai biffé les # de tél.):

z4a Louise Duval et Boucher

z4b louise menaces Marie-Élaine Boucher menaces

Dans le cas de Louise Duval, elle est allée jusqu’à enregistrer la conversation d’une des plaintes logées à mon collège. Non satisfaite de ses démarches déjà odieuses, elle espère également une certaine violence physique à mon endroit:

z4c
NoName est le compte Twitter de Louise Duval

Richard Desnoyers

Bon, je ne connais pas ce M. Desnoyers proche des groupes d’extrême-droite, mais ce gars-là s’acharne sur mon emploi et laisse aussi entendre que je serais lié au terrorisme…

z5a
À noter que M. Grim Hunter est prêt à acheter mes recueils de texte pour prouver que je pervertis la jeunesse…

z5b

 

François Doyon

La palme du meilleur harceleur revient sans doute à M. Doyon, qui écrit frénétiquement sur moi, en ajoutant de grosses photos de mon visage et parfois en «sponsorisant» ses billets afin de rejoindre le plus de gens possible:

z6a Doyon sponsorisé

Comme il est lui aussi enseignant en philosophie, il a déjà promis de me faire bloquer toute perspective d’emploi future, en interférant dans les comités de sélection:

z6b

Il a aussi essayé de convaincre ses amis de faire fermer mon blogue wordpress en leur montrant la marche à suivre:

Doyon 2

 

Puis quand sont survenus les actes de vandalisme samedi et dimanche derniers, au métro Joliette, M. Doyon en a fait sa bannière Facebook:

Doyon6a

Non seulement il s’est réjoui de ces méfaits publics – m’associant au terrorisme et me traitant de «pute du Canada» et de «sodomite» – mais il en rajouta même une couche en «likant» un commentaire souhaitant que les méfaits se poursuivent et en demandant si j’étais «bottom»:

Doyon6b

s2

 

En conclusion, ce n’est là qu’un minuscule échantillon de tout ce que peuvent subir les personnes s’opposant publiquement à la xénophobie ambiante. Et s’il n’y a pas de racisme au Québec, alors pourquoi tous ces «maîtres» de l’indimidation s’acharnent-ils sur les antiracistes de manière aussi virulente?

La Meute, au bord de l’éclatement

La crise s’aggrave de jour en jour au sein de la formation raciste d’extrême-droite, depuis qu’un putsch fut lancé le 16 septembre dernier.

Ayant renversé leur ex-gourou Patrick Beaudry, les nouveaux leaders subissent une chute de crédibilité qu’ils ne parviennent pas à atténuer: des clans régionaux entiers les ont désavoué, des militants.es de premier plan désertent pour rejoindre les rangs de la Storm Alliance – leur principale rivale qui tire largement profit de la situation –, d’autres créent de nouveaux groupes dans toutes les directions, c’est le chaos total.

 

Pour quelques dollars de plus

À l’origine du conflit se trouve un magot de quelques centaines de dollars, disputé par les membres du Conseil, c’est-à-dire environ six personnes. Ils calculent que l’ex-despote Patrick Beaudry se serait emparé de 10% des 52 000$ générés par la boutique de La Meute – offrant toutes sortes de jolis produits dérivés avec papattes de loups –, au cours des derniers 17 mois.

z1 la boutique fermée

Il existerait un accord selon lequel 10% du montant des ventes retournerait à La Meute, mais les membres du Conseil n’en ont jamais vu la couleur. Beaudry est-il un escroc? En fait, si l’on déduit de ces 52 000$, le prix de la marchandise, les taxes, les frais de shipping, le salaire de l’employée (conjointe de Beaudry), y a-t-il vraiment des profits faramineux?

Il est fort possible que M. Beaudry n’ait engrangé que quelques centaines de dollars, et que 10% de tout cela fait en sorte qu’il leur devrait l’équivalent d’une bière chacun…
Mais peu importe, ne serait-ce que pour une question de principe, il est sûrement légitime d’exiger plus de transparence de sa part. Ouvrez les livres M. Beaudry!

Selon la version du nouveau chef putschiste Sylvain «Maikan» Brouillette, il y aurait déjà eu un comptable professionnel en charge d’évaluer les chiffres, mais le hic c’est qu’il a claqué la porte quand il s’est rendu compte que La Meute était un groupe xénophobe anti-islam: «mais lui a reculé car il a des clients musulmans»…

 

Ils croient en leurs propres sottises

Leur litige se terminera probablement en cour de Justice. Les deux camps sont persuadés qu’ils pourront faire fortune en exploitant les dizaines de milliers de sympathisants qu’ils ont pu embobiner depuis leur fondation, fin 2015.

C’est ainsi que le roi déchu, Patrick Beaudry, accuse ses adversaires de lui avoir subtilisé une source intarissable de richesses: «c’est un putsch dans le but de s’approprier un bassin potentiel de dizaines de milliers de clients en prétendant vouloir défendre une cause».

Maikan, quant à lui, fera le même calcul: «Si chaque membre donne 5$, on est 60 000, ça fait 300 000$». Wow!

zz Ils comptent leur argent
De gauche à droite: Maikan, Beaudry et Éric Proulx, qui étaient peut-être en train d’essayer de comprendre leurs chiffres…

Le seul hic réside dans le fait qu’ils ne sont pas du tout 60 000 membres. Pour parvenir à ce nombre élevé, il faut additionner chacune de leurs pages, où se trouvent des doublons et des milliers de gens qui ont été ajoutés par inadvertance.

Dans cette logique, on pourrait ainsi affirmer que les chroniqueuses de droite Lise Ravary et Myriam Ségal (co-animatrice d’Éric Duhaime) comptent pour quatre membres, car elles sont à la fois sur la page publique et le groupe secret.

Donc si on ne se fie qu’aux vrais membres faisant partie des clans régionaux, ils sont moins de 4000. Si les leaders étaient compétents et savaient compter, ils ne se battraient peut-être pas ainsi pour des miettes.

z2pitt maikan
Stu Pitt (à gauche) reçoit le putschiste Maikan

Une organisation de type militaire

Dans une entrevue récente accordée à Stu Pitt – vlogueur et propagandiste de La Meute – Maikan explique que les fondateurs ont toujours voulu que leur groupe extrémiste fonctionne selon un système «militaire» (donc pas d’élections): «Nous on a choisi une organisation militaire. L’organisation n’est pas démocratique mais on défend la démocratie!».

Passons outre leur inconséquence. Maikan avoue candidement avoir organisé une élection bidon juste après son coup d’État, afin de se donner une apparence de légitimité. En l’absence du principal intéressé et de l’un de ses plus fidèles alliés:

«Il y a eu un vote à main levée unanime pour sortir Patrick de La Meute, parce qu’il nuisait à la réputation de l’organisation. Pis on a décidé de ne pas retenir sa candidature pour le nouveau Conseil, car ils disaient que si Patrick revenait tout le monde s’en allait. On voulait pas que ça ait l’air d’un putsch, on a demandé des élections…»

Il est on ne peut plus clair que la décision de mettre M. Beaudry dehors avait déjà été décidée longtemps à l’avance. L’élection n’a été qu’une mascarade. M’enfin, les organisations militaires ça fait des coups d’État, et non des élections…

 

Ils se détestent viscéralement

Vers la fin de l’entrevue, Maikan explique que M. Beaudry lui a manqué de respect et qu’il ne lui pardonnera jamais. Son jugement est impitoyable:

«Il nous traite de voleurs. Pis de détourner des fonds. Je préférerais me retirer que de continuer de travailler avec Patrick Beaudry. Les anciens membres du Conseil aussi. J’aurais pris une balle pour ce gars-là, aujourd’hui, si la balle arrivait, je me tasserais!»

Les deux camps multiplient les coups bas les uns envers les autres, au risque de détruire La Meute au grand complet.

Il y a par exemple ce chef de clan du Bas Saint-Laurent, Éric «Rotikwaho» Rioux qui est allé révélé publiquement tout l’organigramme des officiels de La Meute! Des militants estomaqués lui reprochent de mettre en danger la vie de dizaines de familles:

z3 L'organigramme dévoilé

 

Un autre désespéré, proche de Beaudry, a menacé de pirater la page officielle de La Meute pour essayer de la désactiver.

Quant à Beaudry lui-même, il promet de reprendre le pouvoir et de se venger de tous les traîtres…

Comme sa dernière intervention Facebook laissait entendre que les putschistes détournaient des fonds, ces derniers ont fait appel à la Sûreté du Québec pour faire cesser la diffamation. Coup de théâtre, Beaudry a republié son texte quelques heures plus tard, en l’intitulant «J’ASSUME».

Il faut dire que les putschistes ont déjà entamé une purge de leur côté, congédiant tous ceux et celles qui osent manifester leur mécontentement.

En conclusion, La Meute se dirige inéluctablement vers une scission interne qui diminuera passablement leur «membership». Mais que perdront réellement les membres déçus qui quitteront le groupe? Un forum où l’on pouvait chialer contre les musulmans et le lait halal à la semaine longue? Je pense que les Québécois.es ont mieux à faire que de perdre leur temps dans ce genre d’univers toxique et haineux qui les endoctrine.