Depuis mardi, un reportage-choc de TVA Nouvelles enflamme les réseaux sociaux et déchaîne la colère de tout un chacun contre deux mosquées de Montréal ayant soi-disant exigé qu’un chantier de construction proscrive « les femmes » y travaillant le vendredi, jour de prières.

La journaliste de TVA fut bien claire sur ce point : « Au moins cinq femmes auraient été chassées » du chantier, en ayant été soit déplacée, « soit carrément privées de salaire ». On a aussi évoqué des cas d’intimidation, de menaces et de violence verbale.

Le sous-titre de l’article accusait les leaders religieux : « Les dirigeants de deux mosquées ont fait des pressions sur un entrepreneur pour qu’il n’y ait aucune femme sur des chantiers ».

Ces accusations sans fondement ont mis les responsables de la mosquée en danger, en plus d’alimenter l’islamophobie partout au Québec. Voir ce témoignage de l’avocat de la mosquée :

z2 menaces graves

 

Une histoire démentie

Dès la préparation du reportage, les responsables des mosquées visées ont pourtant clamé haut et fort leur innocence, mais la journaliste ne voulait rien entendre. Elle les interrompit sèchement : « Est-ce que ça vous dérange que je sois une femme pis que je vienne vous poser des questions? ».

Comme elle refusait d’écouter réellement leur version des choses – elle ne prend même pas la peine de mentionner leurs noms dans l’article – ils ont émis un communiqué niant vigoureusement avoir revendiqué quoi que ce soit à propos des femmes : « Nous avions effectivement demandé l’accès au stationnement, sur l’heure du midi les vendredis, mais n’avons jamais demandé l’exclusion de personne ».

CBC et La Presse ont ensuite accédé à l’entente elle-même pour se rendre compte qu’on n’y faisait aucune demande d’accommodement concernant les femmes :

z3 cbc

Même son de cloche de la part de Serge Boileau, qui gère le chantier :z4 boileau

 

Pourquoi TVA a lancé la nouvelle?

On peut très bien imaginer que l’entrepreneur M.-A. Perreault, qui revenait de deux semaines d’absence, ait mal interprété les faits. C’est lui qu’on aperçoit au début du reportage, affirmant qu’une de ses employées fut prise à partie : « on l’intimidait, on lui criait des injures, qu’elle avait pas d’affaire là. »

Mais si elle n’avait « pas d’affaire là », était-ce parce qu’elle se trouvait sur le site du stationnement un jour de prière – contrevenant ainsi à leur entente – ou parce qu’elle était femme?

z4 MAP
L’histoire semble surtout reposer sur la version de ce patron, Mark-Alexandre Perreault, qui avait dit à la journaliste que l’entente écrite existait

Perreault poursuit par un commentaire plutôt xénophobe : « On est chez nous ici pis les femmes ont les mêmes droits que tout le monde ». Le 11 décembre, il avait aussi publié un texte sulfureux dans lequel il paraissait investi d’une mission:

« Les musulmans doivent comprendre qu’ils doivent s’adapter au Canada et au Québec (…). Si vous pensez comme moi, envoyez-le à tous vos contacts. Sinon supprimez-le et laissez-nous envahir. Je respecte et ferai respecter mes racines!!!!!!!!! ».

Du côté de TVA, on s’en remettait aveuglément à la journaliste Cloutier qui laissait entendre qu’elle avait vu ledit contrat, stipulant que les femmes devaient être repoussées des chantiers. La chef d’antenne Julie Marcoux a ainsi déclaré avec conviction:

« Notre journaliste Marie-Pier Cloutier a la preuve du contracteur qu’il y a eu une demande des propriétaires des deux mosquées de retirer les femmes du chantier (…). La journaliste a la preuve papier! »

Que rétorquer à des gens qui ont « la preuve papier »?

 

Backlash islamophobe

Il n’en fallut pas plus au chef de La Meute pour déclarer la guerre à la mosquée en invitant tous ses membres à la manif de vendredi prochain :

z6 Maikan1

Dans son empressement, Maikan oublia même de fermer la section commentaire sur leur page publique, ce qui nous permet de voir maintes représailles proposées par leurs militants.es. Plusieurs promettent par exemple de concocter un « méchoui au porc » pour provoquer les méchants musulmans :

z7

Remarquons que dès l’origine (avant l’annonce de La Meute), le reportage TVA annonçait qu’une manifestation s’organisait expressément pour troubler la prière du vendredi : « Les collègues des femmes visées songent à perturber la prière de vendredi en organisant une manifestation devant ces mosquées ».

Quelles conséquences ont les « fakes news » islamophobes sur l’univers mental de certains militants identitaires? Je crois que ce Meuton résume très bien la situation :

z8

Messieurs les Meutons, vous ne disiez pas que l’islam c’est pas une « race »?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s