La Meute, au bord de l’éclatement

La crise s’aggrave de jour en jour au sein de la formation raciste d’extrême-droite, depuis qu’un putsch fut lancé le 16 septembre dernier.

Ayant renversé leur ex-gourou Patrick Beaudry, les nouveaux leaders subissent une chute de crédibilité qu’ils ne parviennent pas à atténuer: des clans régionaux entiers les ont désavoué, des militants.es de premier plan désertent pour rejoindre les rangs de la Storm Alliance – leur principale rivale qui tire largement profit de la situation –, d’autres créent de nouveaux groupes dans toutes les directions, c’est le chaos total.

 

Pour quelques dollars de plus

À l’origine du conflit se trouve un magot de quelques centaines de dollars, disputé par les membres du Conseil, c’est-à-dire environ six personnes. Ils calculent que l’ex-despote Patrick Beaudry se serait emparé de 10% des 52 000$ générés par la boutique de La Meute – offrant toutes sortes de jolis produits dérivés avec papattes de loups –, au cours des derniers 17 mois.

z1 la boutique fermée

Il existerait un accord selon lequel 10% du montant des ventes retournerait à La Meute, mais les membres du Conseil n’en ont jamais vu la couleur. Beaudry est-il un escroc? En fait, si l’on déduit de ces 52 000$, le prix de la marchandise, les taxes, les frais de shipping, le salaire de l’employée (conjointe de Beaudry), y a-t-il vraiment des profits faramineux?

Il est fort possible que M. Beaudry n’ait engrangé que quelques centaines de dollars, et que 10% de tout cela fait en sorte qu’il leur devrait l’équivalent d’une bière chacun…
Mais peu importe, ne serait-ce que pour une question de principe, il est sûrement légitime d’exiger plus de transparence de sa part. Ouvrez les livres M. Beaudry!

Selon la version du nouveau chef putschiste Sylvain «Maikan» Brouillette, il y aurait déjà eu un comptable professionnel en charge d’évaluer les chiffres, mais le hic c’est qu’il a claqué la porte quand il s’est rendu compte que La Meute était un groupe xénophobe anti-islam: «mais lui a reculé car il a des clients musulmans»…

 

Ils croient en leurs propres sottises

Leur litige se terminera probablement en cour de Justice. Les deux camps sont persuadés qu’ils pourront faire fortune en exploitant les dizaines de milliers de sympathisants qu’ils ont pu embobiner depuis leur fondation, fin 2015.

C’est ainsi que le roi déchu, Patrick Beaudry, accuse ses adversaires de lui avoir subtilisé une source intarissable de richesses: «c’est un putsch dans le but de s’approprier un bassin potentiel de dizaines de milliers de clients en prétendant vouloir défendre une cause».

Maikan, quant à lui, fera le même calcul: «Si chaque membre donne 5$, on est 60 000, ça fait 300 000$». Wow!

zz Ils comptent leur argent
De gauche à droite: Maikan, Beaudry et Éric Proulx, qui étaient peut-être en train d’essayer de comprendre leurs chiffres…

Le seul hic réside dans le fait qu’ils ne sont pas du tout 60 000 membres. Pour parvenir à ce nombre élevé, il faut additionner chacune de leurs pages, où se trouvent des doublons et des milliers de gens qui ont été ajoutés par inadvertance.

Dans cette logique, on pourrait ainsi affirmer que les chroniqueuses de droite Lise Ravary et Myriam Ségal (co-animatrice d’Éric Duhaime) comptent pour quatre membres, car elles sont à la fois sur la page publique et le groupe secret.

Donc si on ne se fie qu’aux vrais membres faisant partie des clans régionaux, ils sont moins de 4000. Si les leaders étaient compétents et savaient compter, ils ne se battraient peut-être pas ainsi pour des miettes.

z2pitt maikan
Stu Pitt (à gauche) reçoit le putschiste Maikan

Une organisation de type militaire

Dans une entrevue récente accordée à Stu Pitt – vlogueur et propagandiste de La Meute – Maikan explique que les fondateurs ont toujours voulu que leur groupe extrémiste fonctionne selon un système «militaire» (donc pas d’élections): «Nous on a choisi une organisation militaire. L’organisation n’est pas démocratique mais on défend la démocratie!».

Passons outre leur inconséquence. Maikan avoue candidement avoir organisé une élection bidon juste après son coup d’État, afin de se donner une apparence de légitimité. En l’absence du principal intéressé et de l’un de ses plus fidèles alliés:

«Il y a eu un vote à main levée unanime pour sortir Patrick de La Meute, parce qu’il nuisait à la réputation de l’organisation. Pis on a décidé de ne pas retenir sa candidature pour le nouveau Conseil, car ils disaient que si Patrick revenait tout le monde s’en allait. On voulait pas que ça ait l’air d’un putsch, on a demandé des élections…»

Il est on ne peut plus clair que la décision de mettre M. Beaudry dehors avait déjà été décidée longtemps à l’avance. L’élection n’a été qu’une mascarade. M’enfin, les organisations militaires ça fait des coups d’État, et non des élections…

 

Ils se détestent viscéralement

Vers la fin de l’entrevue, Maikan explique que M. Beaudry lui a manqué de respect et qu’il ne lui pardonnera jamais. Son jugement est impitoyable:

«Il nous traite de voleurs. Pis de détourner des fonds. Je préférerais me retirer que de continuer de travailler avec Patrick Beaudry. Les anciens membres du Conseil aussi. J’aurais pris une balle pour ce gars-là, aujourd’hui, si la balle arrivait, je me tasserais!»

Les deux camps multiplient les coups bas les uns envers les autres, au risque de détruire La Meute au grand complet.

Il y a par exemple ce chef de clan du Bas Saint-Laurent, Éric «Rotikwaho» Rioux qui est allé révélé publiquement tout l’organigramme des officiels de La Meute! Des militants estomaqués lui reprochent de mettre en danger la vie de dizaines de familles:

z3 L'organigramme dévoilé

 

Un autre désespéré, proche de Beaudry, a menacé de pirater la page officielle de La Meute pour essayer de la désactiver.

Quant à Beaudry lui-même, il promet de reprendre le pouvoir et de se venger de tous les traîtres…

Comme sa dernière intervention Facebook laissait entendre que les putschistes détournaient des fonds, ces derniers ont fait appel à la Sûreté du Québec pour faire cesser la diffamation. Coup de théâtre, Beaudry a republié son texte quelques heures plus tard, en l’intitulant «J’ASSUME».

Il faut dire que les putschistes ont déjà entamé une purge de leur côté, congédiant tous ceux et celles qui osent manifester leur mécontentement.

En conclusion, La Meute se dirige inéluctablement vers une scission interne qui diminuera passablement leur «membership». Mais que perdront réellement les membres déçus qui quitteront le groupe? Un forum où l’on pouvait chialer contre les musulmans et le lait halal à la semaine longue? Je pense que les Québécois.es ont mieux à faire que de perdre leur temps dans ce genre d’univers toxique et haineux qui les endoctrine.

Réponse à la campagne de diffamation lancée par Mme Benhabib

Dans un pamphlet catapulté sur sa page Facebook, la célèbre polémiste Djemila Benhabib prend prétexte d’un règlement de compte contre moi pour tenter de mousser la vente des billets de son prochain colloque.

Par tous les moyens possibles, elle me traîne dans la boue, m’accusant de tout et de rien, mais surtout de tout: je fomenterais des sabotages de l’événement qu’elle organise, en plus d’être à la tête de groupes antifas et islamistes, puis de prôner la violence faite aux femmes, et ainsi de suite.

Bien que son texte dresse un portrait de moi tout à fait abominable, je répondrai comme je le fais toujours, c’est-à-dire de manière posée, transparente et avec preuves à l’appui. Allons-y en examinant chacune des accusations.

 

1. Incritiquable parce qu’elle est une femme

L’ouverture de son texte se veut déjà hallucinante. Elle sous-entend que si je l’ai critiquée par le passé, ce serait en raison de son genre. Elle évoque même la violence faite aux femmes:

z Capture1 femme

À cette accusation je ne peux que répondre que je suis 100% solidaire avec elle. L’égalité hommes-femmes n’est pas encore atteinte dans notre société et nous avons encore bien des progrès à réaliser. Ceci dit, l’islamophobie est également un problème de société, dans la mesure où la discrimination à l’égard de concitoyens.nes ne doit pas être prise à la légère.

Les messages haineux envers les musulmans.es abondent sur les réseaux sociaux, et visent parfois tout immigrant en général. Pourquoi ne pas se liguer contre toutes ces formes de discrimination? Pour une position féministe en ce sens, qui conjugue anti-racisme et anti-sexisme, voir le point de vue de Camille Robert (R.-C., 15 sept.).

spvm11

2. Le SPVM la met en garde contre moi (?)

Mme Benhabib soutient que le 5 septembre dernier, un «enquêteur du SPVM» l’aurait prévenue que des «casseurs» songeaient à perturber son prochain colloque. Elle ajoute du même souffle – sans rire – que j’en serais la tête dirigeante, le «grand manitou», selon le SPVM:

z Capture2 spvm - Copie

z Capture2b spvm - Copie

Cette déclaration est tout à fait trompeuse, scandaleuse, diffamatoire. Voici les faits:

Le 4 septembre dernier, j’ai bel et bien écrit un billet reprochant à Benhabib ses positions tranchées vis-à-vis l’islam et surtout le fait que, selon les dirigeants de La Meute eux-mêmes, ce sont des membres de ce groupe d’extrême-droite qui avaient assuré la sécurité de son dernier colloque. Ils se sont d’ailleurs vanté d’avoir saisi deux couteaux et un tournevis aiguisé durant leurs fouilles (sans permis légal):

zz Pitre 2 couteaux et tournevis

Pour le reste, je n’ai jamais encouragé d’initiatives pour contrer le colloque à venir, pas même des appels au boycott. Tout au contraire, une amie m’avait proposé de me procurer des billets pour qu’on puisse aller y écouter les idées exposées et les critiquer dans mon blogue, si je le souhaitais.

Deux semaines ont passé depuis ce billet du 4 septembre et je n’ai plus entendu parlé de l’événement, ni en public, ni en privé. Si quelqu’un m’avait dit qu’il avait déjà eu lieu, je l’aurais cru…

 

3. Mes textes incitent à la violence

D’après Benhabib, il y aurait des appels à la violence dans mes textes:

z Capture3 incite à la violence - Copie

Ceux et celles qui me connaissent savent qu’on y retrouve surtout des appels à la tolérance, que je défends fermement l’égalité sous toutes ses formes, dans une perspective progressiste. Et ceux et celles qui me connaissent encore mieux savent que je suis pacifiste et antimilitariste jusqu’au bout des doigts.

Certes, mes billets déconstruisent des discours haineux et xénophobes. Est-ce cela qu’elle trouve violent?

 

4. Complaisant à l’égard des Frères musulmans

Là c’est vraiment du grand m’importe quoi:

Je ne connais absolument rien des Frères musulmans au Québec, en tout cas, pas suffisamment pour m’en faire une opinion. À ma connaissance, c’est elle qui en fait une fixation…

zz des islamistes
Mes amis.es islamistes?

 

5. Complice de théories qui défendent la violence envers les femmes

Encore une fois, on atteint les bas-fonds de l’indécence. Elle soutient qu’une personne parmi mes 6000 amis.es facebookiens – laquelle? elle ne le mentionne pas – serait favorable aux châtiments corporels sur les femmes:

z Capture5afrapper au visage - Copie

Come on! Bien sûr que je m’y oppose vivement! Je m’oppose d’ailleurs à tout châtiment corporel et à la peine de mort également. Mme Benhabib a-t-elle décidé qu’elle me faisait le même procès qu’elle réserve habituellement aux « méchants » islamistes?

zz lexluthor
Lex Luthor (Superman)

6. Je tirerais les ficelles des antifas et des islamistes au Québec

Bon, est-il possible de paranoïer encore plus fort? Elle avance que je n’ai qu’à claquer des doigts pour déchaîner mes troupes d’antifas et d’islamistes à ma guise, contre mes proies:

z Capture6 lancer 2 meutes - Copie

Du côté des anarchistes, ils n’ont pas de chef – lisez la définition d’anarchisme si vous ne me croyez pas – quant aux islamistes, je ne sais pas du tout de quoi elle parle: des Frères musulmans qu’elle hallucine partout?

 

7. Infopub

Après m’avoir rudement pilonné d’accusations mesquines et mensongères, elle lance cette publicité qui n’a aucun rapport avec le reste:

z Capture7 infopub - Copie

M’a-t-elle instrumentalisé – par le biais de 1001 coups bas – rien que pour promouvoir son événement?

Quoi qu’il en soit, je lui souhaite paix et bonheur, qu’elle fasse ce qu’elle veut, et moi, de mon côté, je continuerai à critiquer l’intolérance et la montée de l’extrême-droite, de par mes textes.

 

Bilan de la première journée de putsch dans La Meute

Ce fut un turbulent samedi pour les xénophobes de La Meute, car leur vaillant gourou Patrick Beaudry s’est fait tasser de force par trois membres du «Conseil», plongeant ainsi les troupes lupines dans un marasme sans précédent.

 

Un putsch par année

Patrick Beaudry est un ex-militaire qui avait cofondé La Meute à l’automne 2015. Il occupa tout d’abord un rôle d’auxiliaire, car le premier grand leader fut Éric Venne (alias Eric Corvus), un mégalomane qui aimait exprimer des pensées pseudo-philosophiques tout en se donnant des airs de croisé en mission contre l’islam :

zz corvus
Éric Corvus, premier chef de La Meute

Le règne de Corvus fut toutefois de courte durée.

En janvier 2017, il fut poussé à la démission par le Conseil, de sorte que Patrick Beaudry devint le nouveau maître de l’organisation d’extrême-droite. Selon le magazine VICE, ce sont des allégations de détournements de fonds qui auraient eu raison de Corvus. Tandis que selon la version officielle présentée aux membres, Corvus disait s’être retiré de lui-même, pour la «cause».

Coup de théâtre. D’après la nouvelle narration des événements proposée par le porte-parole Sylvain «Maikan» Brouillette samedi soir, c’est Patrick Beaudry seul qui aurait «expulsé» Corvus en début d’année :

zzMaikan1 -expulsé

Certains ne digèrent pas ce révisionnisme historique:

zz un frustré - révisionnisme

 

L’ère Patrick Beaudry

Une fois calife à la place du calife, Patrick Beaudry semblait bien s’acquitter de son rôle de gourou, feignant être un sage visionnaire freinant l’avancée des vicieux islamistes. Lors de la manifestation anti-immigration du 20 août dernier à Québec, il autoproclama le triomphe de La Meute, en s’imaginant avoir gagné une guerre d’images auprès des médias :

zzz Beaudry victoire

D’ailleurs cette journée-là, ce fut sa propre conjointe, Manon Lacerte, qui était à la tête de leurs forces para-policières. Elle en sortie toute auréolée de sa supposée victoire contre les «antifas» :

zcouple infernal
La Meute perd ainsi à la fois son chef et la leader de la sécurité

Force est de constater que leur soi-disant triomphe à Québec n’a guère impressionné les hommes forts de La Meute qui l’ont renversé samedi. Qui est ce triumvirat l’ayant trahi sans vergogne? Sylvain «Maikan» Brouillette (porte-parole), Stéphane Roch (chef des opérations) et Éric Proulx (leader au Saguenay).

En un sens, on sert à Patrick Beaudry la même médecine qu’il avait servie à Corvus : il est accusé d’avoir utilisé les «dons» au groupe pour son propre usage :

zz dons détournées

Dans une autre accusation lancée par Stéphane Roch, on précise qu’il aurait négligé de remettre de 5000 à 6500$ au groupe, mettant tous les profits des produits dérivés dans ses poches (PTRK Design était enregistrée à son nom) :

zz Beaudry fraudeur

Les putschistes avaient donc prévu leur coup depuis plusieurs semaines, en créant une nouvelle entité nommée «Groupe la Meute Inc. », qui sera une société par actions (qui veut financer la haine?)…

 

Un coup d’État savamment planifié

La nouvelle direction de La Meute essaie de faire passer le putsch pour une décision démocratique du Conseil. Mais il n’en est rien. L’un des principaux membres du Conseil, Shérif Constantin, n’a même pas été convoqué pour ce vote. Il s’en plaint amèrement dans ce message :

zz Sherif1 - plainte

Autrement dit, les trois putschistes ont tout décidé tout seuls, les autres membres n’avaient pas été mis au courant de leur démarche. Ils ont ensuite l’effronterie de prétendre que leur mutinerie était nécessaire pour instaurer davantage de transparence au sein de l’organisation.

De nombreux membres outrés menacent de claquer la porte :

zzcash7 - outré1

Est-ce le gouvernement libéral qui a fomenté ce putsch?

zz cash4 - gouvernement
Ou bien sont-ce des gauchistes (peut-être Soros) qui auraient corrompu les Maikan, Roch et Éric Proulx?

zzz cash5 - gauchistes

 

 

Le retour du roi?

Un nouveau Conseil provisoire a été désigné – le leader de Québec, Jacques Gagné, semble avoir pris du galon – mais il reste une grande inconnue : qui sera le prochain chef?

Au cours des dernières semaines, les tensions grimpaient entre La Meute et sa grande rivale xénophobe de Québec, la Storm Alliance. Le torchon brûlait, notamment lorsqu’on a aperçu Éric Corvus (ancien leader déchu) s’acoquiner avec Dave Tregget, grand manitou de la Storm Alliance :

zztreg et corvus

Le 19 août, Corvus et Tregget avaient manifesté ensemble à Québec (un jour avant la grande manif de La Meute). 6 jours plus tard, Corvus fut définitivement renvoyé de La Meute, mais il regagna aussitôt la Storm Alliance, sa nouvelle famille.

Si Corvus semble toujours posséder les droits sur le logo, son grand retour ne semble plus possible. Il y eut par exemple des rumeurs sur son passé militaire qui serait loin d’être glorieux. Au mieux pourrait-il faciliter les rapprochements futurs entre la S.A. et La Meute.

Qui d’autre alors?

Un indice de taille pourrait être le fait que la nouvelle entreprise créée fut enregistrée au nom des principaux putschistes. Et celui qu’on désigna comme principal administrateur est nul autre Sylvain «Maikan» Brouillette, celui-là même qu’on voit sur toutes les tribunes depuis des mois:

zzzprésident maikan

M. Brouillette a notamment gagné du prestige chez les islamophobes, en étant l’architecte de la lutte contre l’arrivée d’un cimetière musulman à Saint-Apollinaire, en juillet dernier.

Les choses peuvent néanmoins encore bouger. Les loups s’entre-dévoreront pendant un bon bout de temps, laissant un certain répit à leurs proies habituelles…

Réplique à Richard Martineau

Dans une chronique à RadioX, Richard Martineau a répondu à mon billet analysant les révélations selon lesquelles plusieurs chroniqueurs conservateurs, dont Martineau lui-même, sont membres du « groupe secret » de La Meute.

En partant, il n’a clairement pas lu le billet car il m’attribue une thèse farfelue que je n’ai jamais soutenue :

« C’est qui ce bozo-là, Xavier Camus? Moi je suis dans La Meute avec Lise Ravary? (…) Chu pas dans La Meute, pas dans la Meute! »

Rappelons que mon analyse posait la question de savoir s’il était conscient d’être membre de ce groupe Facebook, car les loups utilisent son image pour promouvoir leur idéologie haineuse – une section de leur site officiel est notamment consacrée à des textes d’opinion de Martineau sur l’islam – et pour recruter, ils se targuent d’avoir un nombre impressionnant de «membres» en incluant leur groupe secret dans le calcul :

zzz Martino Maikan sur la force du mombre
Oui, la force du mombre!

Durant son intervention à RadioX, Martineau nous apprend qu’il sait depuis plusieurs mois faire partie du groupe, ayant déjà écrit une chronique là-dessus. C’est bien beau d’en parler, mais il a visiblement décidé d’y rester, puisqu’il y est toujours.

Passant à l’offensive, il a tenté de me discréditer pour éviter d’avoir à se justifier :

« Xavier Camus (…) y’est enseignant en PHILOSOPHIE au cégep – écoute ça s’invente pas – et y’est allé à… l’UQÀM. Quelle surprise! Je tombe… en bas de ma chaise. Prof de philo au cégep : ça doit être le Cégep du Vieux. Écoute, c’est sûr et certain ».

Donc, en plus de ne jamais aborder les questions soulevées dans mon texte, tout ce qu’il trouve à faire est de s’attaquer à la philosophie en tant que domaine d’études et aux institutions que sont l’UQÀM et le Vieux-Montréal…

Son co-animateur, en revanche, cite directement mon texte, ce qui embarrassera Martineau au plus haut point : « Pour La Meute, t’es un loup qui s’ignore (…). Bah oui, le porte-parole, Maikan a dit : « Je le dis souvent, Richard Martineau est un loup qui a peur de sortir du garde-robe ». Coincé et gêné, Martineau lâche un : « Bin oui, my god… ».

En fait, Maikan est plus motivé que jamais à embrigader Martineau, car selon lui, à chaque fois que ce maître d’opinion « ouvre la bouche », on croirait entendre La Meute. Le porte-parole d’extrême-droite invite désormais son idole à carrément s’afficher avec leur logo, en l’appelant affectueusement « mon Rick » :

zz Maikan Martineau ouvre la bouche

Bon, est-ce exagéré d’avancer que le franc-tireur puisse avoir un discours intolérant semblable à celui de La Meute? Selon une étude qui se penchait sur 438 textes publiés entre 2006 et 2014, on pouvait conclure que, selon les mots de Radio-Canada : « Les chroniques de Richard Martineau alimentent l’islamophobie ». Pire encore, il a continué à taper sur le même clou durant les deux années suivantes, à un rythme plus effréné :

« Depuis le dépôt du mémoire, la cadence des chroniques consacrées en tout ou en partie à l’islam n’a pas diminué, au contraire. Il en a publié plus de 200 au cours des deux années 2015 et 2016 ».

zz richard-martineau-burka

D’après l’auteure du mémoire: « L’islamisme (…) est toujours présenté de manière à créer un climat et un lien entre musulmans et extrémisme, entre islam et islamisme, musulmanes et voile. Ça crée un climat de société où ces enjeux-là sont toujours mélangés où on réduit les musulmans à l’islamisme et au voile. » » (R.-C., 5 mars).

Si l’on se réfère aux tout derniers jours, sur la page Facebook de Martineau, la même obsession pour l’islam refait surface. Soit il se moque d’un colloque sur l’islamophobie qui aura lieu à Québec, soit il vilipende un spécialiste en sécurité nationale d’après lequel la « droite identitaire » serait plus dangereuse que l’ « islam radical » dans le contexte québécois:

zMartico sur Katsuya

Devinez quel commentaire fut l’un des plus populaires sous cette publication de Martineau?

zz Martino je supporte la meute

En dernière analyse, nous attendons toujours de voir Martineau réellement prendre ses distances avec La Meute, car leurs dirigeants sont persuadés qu’il finira par admettre qu’il est bel et bien l’un des leurs. Il pourrait commencer par quitter leur groupe secret, surtout que sa présence y est d’autant plus troublante qu’il martèle fréquemment des opinions anti-islam.

Enfin, il pourrait aussi faire preuve d’autocritique en reconnaissant que l’islamophobie devient un phénomène préoccupant au Québec. Mais j’imagine que les poules auront des dents avant que ça arrive…

Onde de choc à Québec : un gars se fait virer d’un centre commercial en raison de son t-shirt de La Meute

L’un des dirigeants de La Meute, Éric Proulx, réclame une campagne de représailles contre le centre d’achats Fleur de Lys à Québec.

Pourquoi? Parce que trois agents de sécurité auraient expulsé «manu militari» un de leur vaillant guerrier qui s’y affichait fièrement avec son chandail :

zProulx1

M. Proulx est le grand leader de La Meute au Saguenay. Il est réputé pour combattre tout ce qui implique l’islam, de près ou de loin, dans sa région, notamment en prônant le boycottage d’industries laitières locales – qui feraient supposément du «lait halal».

Proulx salut maladroit
Durant la manif à Québec, il fit ce salut malhabile

Cette fois-ci, il se met à persécuter la directrice-générale du centre commercial, ainsi que les responsables du service de sécurité, à partir de son divan au Lac-Saint-Jean :

zProulx2

 

Ironiquement, les loups affirment qu’il est contraire aux droits de la personne d’empêcher quelqu’un de porter les vêtements qu’il désire. Ils passent pourtant leurs journées à se lamenter de la tenue vestimentaire des femmes musulmanes, qu’ils aimeraient faire interdire.

Mais la seule chose qui compte dans cette logique «lupienne» c’est d’haïr encore et encore plus les musulmans :

z Mercier

Enfin, de nombreux militants ont promis de porter plainte par téléphone, d’autres disent qu’ils vont se commander des t-shirts de La Meute et aller prendre un café «en gang» pour constater les réactions, puis un autre, plus malin, précise: «on y va, mais on achète rien» …

Ma réplique à Lise Ravary

La chroniqueuse Lise Ravary utilise les gros canons de Québecor pour intimider ses critiques et régler des comptes personnels.

Son dernier article, «Le roi de l’amalgame», n’a d’autre but que de me discréditer sur les plans public et professionnel, en plus de me menacer de poursuites judiciaires.

Pire encore, tout son argumentaire n’est qu’un tissu de sophismes et de mauvaise foi. Puisqu’elle m’accuse de manquer de rigueur intellectuelle, passons en revue chacune des principales affirmations.

 

  1. Sa thèse principale est un mensonge éhonté

Selon la thèse de départ de son article, j’aurais affirmé que Ravary et quatre autres personnalités sont «membres de La Meute», que je serais trop bête pour me rendre compte qu’elle n’était que sur une «page FB secrète» :

Capture1

Ce qu’elle déclare est archi-faux.

Pour commencer, le titre de mon article la réfute déjà en moins de deux secondes : «Richard Martineau et Éric Duhaime, membres du groupe secret de La Meute». De la première ligne à la dernière, mon texte rappelle plusieurs fois qu’on ne sait pas s’ils ont conscience de faire partie du groupe secret, mais que leur présence sert les intérêts des dirigeants de La Meute.

Ravary a-t-elle lu mon billet avant d’aller me démolir dans le Journal de Montréal? Ment-elle volontairement afin de me causer du tort? Chose certaine, sa thèse principale est aberrante et elle part de ce point pour m’insulter en titrant : «Le roi de l’amalgame».

Par ailleurs, mon billet n’a jamais mentionné l’historien Éric Bédard, là aussi elle invente n’importe quoi.

Lise_Ravary_2

 

  1. Attaque à ma crédibilité professionnelle

Dans son texte, Ravary met à profit son imposante tribune pour nommer l’un de mes employeurs – le cégep Ahuntsic (d’où sort-elle cette info?) – me traîner dans la boue, puis laisser entendre que je n’aurais pas la hauteur d’esprit pour enseigner la philo :

Capture2a

Capture2b

Dans ma publication Facebook précédente, j’affirmais avoir été menacé par une dame xénophobe, militante sur les réseaux sociaux, qui avait porté plainte à mon Collège pour me faire perdre mon emploi. Ravary rajoute ainsi davantage de pression sur mon poste de précaire.

 

  1. Elle me taxe de multiculturaliste extrémiste

D’après Ravary, je cultiverais une vision «extrême» du multiculturalisme. Honnêtement, je ne sais même pas à quoi ça ressemblerait… un respect mutuel? Je m’oppose aux discours racistes, xénophobes, islamophobes, surtout lorsqu’ils sont véhiculés par des meneurs d’opinion tels certains chroniqueurs-poubelles. Voici son invective :

Capture3

Pour fonder son accusation, elle lance que j’aurais traité Benhabib de «troll anti-islam». «Troll» signifie «intervenant initiant des polémiques». En quoi l’évocation de Benhabib en tant que «polémiste» au sujet de l’islam fait-elle de moi un extrémiste multiculturaliste? Et que veut dire cette notion de toute façon?

 

  1. Elle prétend s’être jointe à la page secrète par professionnalisme

Lise Ravary raconte qu’elle aurait adhéré au groupe secret par devoir professionnel, car elle préparait une série de trois articles sur La Meute.

Comme elle est une journaliste, une vraie de vraie, il fallait qu’elle observe de l’intérieur comment fonctionne La Meute «avant» de pouvoir se faire une opinion sur eux :

Capture4a

Capture4b

Ces bons gentlemen de La Meute l’ont donc accueillie avec courtoisie. Curieusement, elle a mis fin à sa série d’articles il y a deux semaines (fin août) et elle est toujours membre du groupe secret. Son professionnalisme exige-t-il qu’elle y demeure ad vitam aeternam, sous sa vraie identité en plus?

En dernière analyse, je ne vois pas ce qui reste de cette chronique à part une volonté manifeste de ternir un opposant idéologique, quitte à mettre à profit les mensonges les plus flagrants. Les lecteurs du Journal de Montréal ne retiendront que sa version falsifiée des faits, et elle le sait.

Richard Martineau et Éric Duhaime, membres du groupe secret de La Meute

Plusieurs personnalités sont abonnées à la page secrète du groupe d’extrême-droite La Meute. Elles grossissent ainsi les rangs de la formation xénophobe qui s’enorgueillit d’avoir plus de 44 000 membres sur cette page.

De surcroît, les chefs de La Meute instrumentalisent ces vedettes pour se normaliser et recruter davantage. Ont-elles été embrigadées sans leur consentement? Il conviendrait de voir ces personnalités se dissocier fermement de La Meute en quittant leurs rangs.

 

  1. Richard Martineau

Lorsque le célèbre franc-tireur critique La Meute à demi-mots, c’est pour aussitôt lancer des attaques mieux senties contre la gauche, les antifas, les libéraux, le multiculturalisme, tout en niant vivement qu’il puisse y avoir du «racisme systémique» au Québec.

Dans une série de révélations circulant en de nombreux endroits sur le web (dont ici et ici), on apprend que Martineau fait partie de la page secrète de La Meute depuis aussi loin que novembre 2015!

zMartineau (2)

Martineau n’étant toutefois pas membre à part entière, le porte-parole Sylvain «Maikan» Brouillette de La Meute est convaincu qu’il finira par sortir du placard, car Martineau est un «loup dans l’âme», «il pense exactement comme nous» :

zzMartineau 3

zz Martineau - 4

Autrement dit, il serait temps que Martineau prennent solidement ses distances avec ce groupe extrémiste en exigeant aussi le retrait de la section qui lui est consacrée, sur la page web officielle de La Meute :

Actualités Martineau

 

  1. Éric Duhaime et Myriam Ségal

Le chroniqueur réactionnaire Éric Duhaime est lui aussi membre du groupe secret depuis novembre 2015.

zz éric duhaime

A-t-il adhéré au groupe «par accident» ou plaidera-t-il la curiosité journalistique? Dans tous les cas, sa présence ne fait que renforcer le sentiment de force de La Meute.

Myriam Ségal, quant à elle, est la nouvelle co-animatrice d’Éric Duhaime à RadioEgo (donc successeure de Bernard Drainville depuis la mi-août).

zz myriam ségal - 2

Sa présence dans La Meute est d’autant plus troublante qu’elle fait également partie de leur groupe public ET d’un groupe public tout à fait odieux intitulé «Non aux produits halal», dont l’objectif déclaré est de «Faire en sorte que les citoyens n’achètent plus halal».

zzMyriam Ségal Halal - Copie

Dans ce cas-ci, il n’est plus question de s’en prendre aux islamistes radicaux : on souhaite carrément embêter tout musulman qui voudrait consommer des produits halal.

La page est publique, c’est-à-dire que n’importe qui peut constater qu’elle y est abonnée dans ses groupes Facebook favoris. Ne nous y trompons pas : il s’agit d’un sous-groupe de La Meute, administré par les principaux chefs!

Halal la meute

 

  1. Lise Ravary

Autre chroniqueuse de droite, Lise Ravary fut ajoutée au groupe secret le 23 août dernier, soit quatre jours avant la parution de ses billets complaisants envers La Meute.

zz Lise Ravary - 3

 

Le porte-parole du groupe raciste extrémiste a tellement aimé son premier article qu’il a dit de Ravary qu’elle est « une dame de conviction pour qui j’ai toujours eu du respect».

zz Ravary Sylvain - Copie

 

En conclusion, quelles que puissent être les raisons pour lesquelles ces personnalités ont abouti dans le groupe secret de La Meute, on ne peut que souhaiter leur dissociation immédiate et une dénonciation des stratagèmes utilisés par La Meute pour grossir leurs rangs et se faire un capital de prestige sur le dos de chroniqueurs conservateurs respectés.

*Mise à jour: la plupart des personnalités visées ont désormais admis être membres du groupe secret. Deux s’en sont dissociées, tandis que Lise Ravary s’est expliquée sur ma page Facebook en affirmant qu’elle avait elle-même fait les démarches pour entrer dans le groupe:

« Ben oui, j’ai demandé d’avoir accès au groupe secret pour préparer mon entrevue de trois heures avec le porte-parole (…) je plaide le professionnalisme » (11 septembre).

Josée Rivard, agente de radicalisation?

Josée Rivard est une figure incontournable de l’extrême-droite québécoise, toujours férue de théories conspirationnistes : nos gouvernements islamiques, George Soros, les reptiliens, les Chemtrails, le «grand remplacement» (orchestré ici par les libéraux), etc.

Sa page Facebook est suivie par plus de 24 000 personnes, ses vidéos atteignent plusieurs milliers de visionnements.

nombre de fans

Certes, on peut imaginer qu’une bonne partie de son auditoire ne l’écoute que pour se moquer d’elle, mais son influence demeure significative: ses vidéos se retrouvent régulièrement partagées dans les cercles ultranationalistes.

 

La patriote à la défense des «de souche»

Par-delà ses références éclectiques au paranormal, son motif principal est la haine des immigrants.es. Sa xénophobie achevée transparaît dans la quasi-totalité de ses vidéos, qu’elle dépose notamment sur Youtube. Elle y appelle à l’action, à la rébellion contre nos gouvernements pro-immigration et contre les nouveaux arrivants.

Elle a d’ailleurs été membre du groupe de droite radicale La Meute – qui l’a vite rejetée – ensuite elle s’est tournée vers les Soldiers of Odin, puis la Storm Alliance, sa nouvelle complice :

z idoles5 meuteb

Étant donné sa forte tête, Josée Rivard semble mal cadrer avec les structures hiérarchiques d’extrême-droite. Elle démarre donc ses propres projets.

En 2015, elle lança notamment la page raciste «NON aux migrants», où les opinions les plus abjectes pouvaient être applaudies.

En commentaires, par exemple, des lecteurs islamophobes ont proposé d’«égorger» des musulmans à la place des moutons durant la fête de l’Aïd. Josée Rivard a «liké» la blague haineuse en tant qu’administratrice de la page :

égorgez1

 

Elle a aussi appuyé l’idée de lancer une bombe au napalm sur la foule:Napalm1

Un autre projet de page, mené par Josée Rivard, s’avère être UPLQ (Union Patriotique pour la liberté du Québec). Cette nouvelle initiative est elle aussi à saveur raciste. On nous y invite à «protéger nos us et coutumes» de manière paranoïaque, quitte à s’armer.

z Projets de page2

 

Dans une section consacrée à la survie en situation de guerre civile, ce lecteur explique comment l’on peut se procurer armes et munitions, sans laisser «aucune trace» :Armes et munitions.jpg

Le brassard blanc

Le succès de Josée Rivard tient surtout à ses capsules vidéos dans lesquelles on la voit piquer des crises à propos de tout et de rien. À vrai dire, ses monologues agressifs en viennent toujours à cibler l’immigration et la communauté musulmane.

Dans une vidéo éloquente, elle utilise par exemple le terme «guenilles» pour traduire «hijab», et tient des propos parfaitement odieux:

«quand c’est des côlisses de musulmans, (…) ostie de fauteurs de trouble (…) retournez dans le côlisse de désert, c’est tu clair?» (octobre 2016).

Voulant transmettre sa rage fascisante à l’ensemble du peuple québécois, elle a récemment lancé l’idée du port d’un «brassard blanc», qui enverrait ce message à nos gouvernements : «Commencez par gérer le pays comme du monde avant de nous envoyer des gens».

Enthousiasmés, des dizaines de fans ont affirmé vouloir se joindre au mouvement :

z brassards best

Officiellement, elle prétend que le brassard «blanc» est synonyme de paix, mais dans la même vidéo, elle véhicule un message de pureté raciale, car nos gouvernements nous forceraient à nous «mélanger» avec des étrangers :

«Le brassard blanc, là, je dis : Non à une immigration massive!». « Plus qu’ils nous envoient des mélanges de même, mieux que c’est pour nous faire oublier notre patrie».

Il faut noter qu’elle s’oppose à tous les immigrants sans exception. Comme par exemple dans ce commentaire où l’intervenant traite les immigrants originaires du Honduras d’«indésirables».

z Honduras1

Enfin, soulignons aussi que Josée Rivard aime jouer les instigatrices de révolte réactionnaire, reprochant constamment à ses auditeurs leur lâcheté face à l’invasion étrangère: «Vous avez toujours une ostie de défaite pour pas vous investir!», «on parle d’une immigration massive sans aucun sens pendant que nous ici on n’est pas nourris» (26 août).

Telle une gourou, elle puise sa sagesse dans un univers paranormal – celui des thèses conspirationnistes – puis elle redescend sur Terre nous révéler notre condition d’esclave qui serait causée par de méchants «banksters» nous imposant l’immigration. Elle finit, en pratique, par nous braquer contre des minorités vulnérables.
La harceleuse

Comme bien des personnalités narcissiques d’extrême-droite, elle adore persécuter ses détracteurs.

L’une de ses proies favorites est une militante progressiste qu’elle traite de toutes sortes de noms méprisants. Comme cette dernière porte le hijab, elle la traite sans cesse de «grosse charrue» qui «s’habille en guenilles», etc. Elle utilise constamment des noms grossiers et blessants pour intimider ses critiques.

Dans cette capture d’écran, elle annonce que ladite militante sera présente à un événement comme contre-manifestante. Une amie de Josée Rivard – la très xénophobe Louise Duval (Guindon87) – lui rétorque : «Si elle te crie dessus, crisse-lui une droite de ma part».

z Rivard et Louise Duval 1
AntidjihadQuébec = Louise Duval

Pour la petite histoire, elles se sont réellement rencontrées dans la manif : la militante est restée silencieuse pendant que Josée Rivard criait tellement qu’elle a perdu le sens de l’orientation et est rentrée tête première dans la cigarette d’une dame…

Pour l’heure, Mme Rivard a vu son compte Facebook fermé pour 30 jours. Elle a contre-attaqué publiquement que les coupables finiront en «bœuf haché»…

Qu’elle en soit consciente ou non, Mme Rivard apparaît bien être une agente de radicalisation: lâche ces immigrants qui ne t’ont rien fait!

Djemila Benhabib et l’islamophobie

Mme Benhabib s’est fait connaître en 2009 par son premier essai, Ma vie à contre-coran. Elle y annonçait déjà ses couleurs de troll anti-islam, en quelque sorte, car elle consacrera les années suivantes à dénigrer cette religion de mille et une manières, pour le plus grand bonheur des militants islamophobes.

Dans le sillage de la Charte des valeurs (2012), elle deviendra une incontournable héroïne pour ceux et celles qui estiment que la seule façon de sauver l’identité québécoise doit se résumer à casser du sucre sur le dos de la communauté musulmane, étant donné les forces obscures qui s’y cacheraient pour nous imposer un éventuel agenda totalitaire.

Islamophobe

Dans une entrevue récente, elle expliquait notamment que les méchants «libéraux» auraient volontairement érigé certains sujets en «tabous» : «les accommodements religieux, la laïcité, l’immigration (sic) et la langue. Le déni permanent de notre québécitude, conjugué à la québécophobie ambiante» (25 août).

Au fil des années, Mme Benhabib s’est ainsi démarquée comme ardente défenderesse de l’identité québécoise, pro-charte, anti-islam, anti-commission sur le racisme systémique, etc., répétant ad nauseam exactement ce que les xénophobes veulent entendre.

Elle va jusqu’à remettre en cause, six mois après la tragédie, que le meurtrier de la Grande Mosquée de Québec, Alexandre Bissonnette, ait commis un acte islamophobe, préférant se réfugier dans de possibles théories du complot :

Bissonnette1

Bissonnette2

Bissonnette4

«Opacité dans les procédures», deux tireurs plutôt qu’un? Comment Mme Benhabib peut-elle avoir l’effronterie de nier le pire acte terroriste des dernières années au Québec? N’est-ce pas censé être l’une de ses principales expertises, la question du terrorisme?

Cet été, elle fit aussi les délices des islamophobes en accusant les Frères musulmans d’avoir organisé des prières provocatrices au Parc Safari, dans le dessein machiavélique d’humilier les Québécois.es et faire avancer leurs objectifs totalitaires. Elle évoqua leur islamisme et même leur terrorisme larvé.

Safarigate
Les interventions paranoïaques de Benhabib sur la Safarigate avaient été partagées près de 2000 fois.

Or, tout cela n’était qu’un tissu de divagations sournoises : les faits ont démontré que le groupe musulman en question avait réservé un espace privé en bonne et due forme afin de s’amuser. Leurs activités festives étaient leur réelle motivation, si bien que le responsable religieux avait permis qu’on puisse regrouper deux prières en une, pour que ce soit plus bref (moins de 10 minutes au total).

Puis que pense-t-elle de ses détracteurs, ceux qui tenteront de faire valoir les faits ou la tolérance en général? Elle juge que ce sont des «idiots utiles» de l’islamisme, mieux encore : des «crétins de la gauche régressive» :

gauche régressive

 

Les colloques Benhabib

Le 28 septembre prochain, aura lieu un colloque mis sur pied par Mme Benhabib, dont le thème d’ensemble sera le rapport entre féminisme et religion.

En invitant des militantes zélées «anti-voile» telles que Louise Mailloux, Nadia El-Mabrouk et Annie-Ève Collin, on sait d’ores et déjà que les discussions prendront une tournure islamophobe.

Le Panel

En ce sens, le programme rédigé par Benhabib annonce, entre autres, une critique du «soi-disant féminisme islamique». Et on se questionne : «Devient-on raciste dès lors que l’on remet en cause la condition des femmes inhérente à l’ensemble des religions monothéistes?».

Lors du colloque précédent, le 9 mai à Montréal, La Meute s’était targué d’avoir pris en charge le service de sécurité (voir mon bilan dans Ricochet).

Le propagandiste du groupe d’extrême-droite, André Pitre, affirmait que leur sympathisant, Farid Salem, avait fait appel à d’autres «loups» selon le souhait des organisateurs du colloque. C’est dans ce contexte que tous les chefs de La Meute se sont déplacés pour assister au colloque et garantir une sécurité sans faute :

Conf2 - Spotted
On peut apercevoir le chef de La Meute en train de dormir sur l’une des conférences

 

Farid Salem et Denis Ratté, tous deux des partisans de La Meute, étaient au départ des bénévoles engagés par Mme Benhabib. On la voit ici accepter un câlin de ces deux activistes ultranationalistes :

Farid Salem 2 Denis Ratté le 9 mai
On voit Farid Salem (à gauche) et Denis Ratté (à droite) qui ont leur étiquette « sécurité »

D’après la version défendue par La Meute, l’organisation craignait pour la sécurité, on a donc demandé à Farid Salem d’appeler du renfort, c’est-à-dire des forces para-policières amatrices – sans permis légal – qui ont opéré des fouilles au détecteur de métal, si bien qu’elles auraient saisi deux couteaux et un tournevis «aiguisé» sur les visiteurs:

Farid Salem confirme les fouilles

zz Pitre 2 couteaux et tournevis

 

Les dirigeants de La Meute ont accrédité cette version présentée par André Pitre (alias Stu Pitt) :

Confirmation des chefs

Chose certaine, Mme Benhabib était l’organisatrice en chef de ce colloque. Elle devait donc savoir que des gardes amateurs étaient postés tout autour de la salle pour les défendre contre une éventuelle invasion extérieure (surtout qu’on dit que les gens n’ont pas trop apprécié se faire fouiller sur le coup).

Agents1

Benhabib 3
En rouge, les gardes de sécurité qui se tiennent debout

 

Mme Benhabib a semblé participer de cette paranoïa sécuritaire. Par exemple lorsqu’elle a réclamé qu’on minimise l’usage de caméras (car Dieu sait que les actes terroristes islamistes fusent de partout au Québec…) :

z Rmerciments Benhabib précautions

Quels risques? Les risques qu’on se rende compte que La Meute faisait la sécurité?

La déconfiture des appuis politiques de La Meute

Dans un article sur Ricochet, je tentais une cartographie des principaux appuis politiques de La Meute, qui se révélaient être le parti Citoyens au Pouvoir (CAP) – dont Rambo Gauthier est le chef – et le Mouvement républicain du Québec, qui organise des colloques afin d’unir les nationalistes identitaires.

Ces deux appuis sont en voie de s’effondrer, pour des raisons distinctes : le premier vit une crise dans son équipe de direction (opacité décisionnelle et détournements de fonds), le deuxième en a marre d’être associé à La Meute et lui a tourné le dos.

 

Citoyens au Pouvoir : Rambo Gauthier

La raison d’être du parti CAP est de prôner la démocratie directe et une transparence absolue. Mais ces idéaux ne sont pas respectés par les dirigeants actuels, qui gèrent le parti comme s’il leur appartenait.

Parlons tout d’abord du chef Bernard «Rambo» Gauthier, aspirant premier ministre du Québec. Celui-ci avait admis, en août dernier, être membre de La Meute «depuis les tout débuts». Il ajouta: « la ligne de pensée de La Meute me rejoint» (11 août).

Son aveu n’a nullement ébranlé son statut au sein de CAP, puisque la grande majorité de leurs dirigeants sont également membres ou sympathisants de La Meute. Il peut donc se permettre des déclarations outrancièrement islamophobes comme lorsqu’il laissa entendre, cette semaine, que le président du Centre culturel islamique de Québec avait incendié sa propre voiture :

1 Rambo1

 

Sa réaction est odieuse quand on pense à tout ce qu’a subi M. Labidi depuis l’attentat meurtrier du 29 janvier, lors duquel il était présent. Mais Rambo Gauthier persiste et signe. Le lendemain, il appuya le commentaire d’un membre de La Meute affirmant que TOUS les actes haineux commis sur les musulmans sont perpétrés par eux-mêmes :

1a Rambo2

Rambo Gauthier a-t-il la légitimité morale pour se lancer en politique? Il semblerait que la question ne se pose même pas, car tout son passage à Citoyens au pouvoir ne serait que de la frime.

Selon un haut responsable de CAP avec lequel je me suis entretenu, Rambo Gauthier n’aurait aucun rôle dans le parti. Il ne sert qu’à donner de la visibilité à la formation grâce à sa notoriété. Son nom ne sert qu’à aller chercher des dons et son apport s’arrête là.

Bref, il ne connaît pas grand-chose à la politique et il serait erroné de croire qu’il se présentera aux prochaines élections, même s’il a prétendu le contraire. S’il se dit en « sabbatique » de la politique – lui qui n’a jamais rien fait – c’est uniquement pour éviter une éventuelle course à la chefferie.

 

Citoyens au Pouvoir : Yvon Simard

À la vérité, le véritable chef de CAP est Yvon Simard, qui a imposé sa mainmise sur l’exécutif du parti. C’est lui qui était allé chercher Rambo Gauthier en décembre 2016, puis il avait promu sa propre fille à l’exécutif afin de s’assurer d’un plein contrôle sur les prises de décisions.

Fier partisan de La Meute, on l’a notamment vu à la manif du 20 août à Québec, où il passa tout l’après-midi dans un brûlant parking souterrain :

3 Yvon Simard

Comme il favorisa le rapprochement du parti avec La Meute, personne ne lui reprocha sa présence à Québec, il fut même accompagné de Mario Roy, officiel de CAP.

Néanmoins, dans les jours qui suivirent, une véritable crise éclata au grand jour quand une membre de l’exécutif accusa Yvon Simard de fraude : selon les allégations, il aurait détourné plusieurs milliers de dollars en sa faveur, ce qui est énorme compte tenu du maigre budget du parti.

L’accusatrice, qui exige la destitution d’Yvon Simard, fut bloquée de la page Facebook du parti et tous ses codes d’accès lui ont été retirés sans qu’elle en soit avisée. M. Simard l’a bannie en dictateur, et il reçoit le soutien indéfectible du pantin politique qu’est Rambo Gauthier :

3b Rambo appuie Yvon

Humiliée et ayant reçu nombre de messages haineux, la dénonciatrice promet de s’en remettre à la Sûreté du Québec et possiblement à l’UPAC.

Le loup Mario Roy a également rendu sa démission et publia une série de trois vidéos déplorant l’autoritarisme d’Yvon Simard. Il reproche en outre à Yvon Simard de s’être entouré de deux nouvelles recrues agressives (fort appréciées dans les cercles xénophobes), soit Jean François Dubois et Sophie Robichaud :

3d fin

 

Ces loups voraces, se nourrissant de haine au quotidien, s’entre-dévorent désormais. On anticipe même la mort prochaine du parti :

3c fin

 

Le Mouvement républicain

Le Mouvement républicain (MRQ), lancé par M. Guy Boulianne en mai 2017, était l’autre grand pilier politique de La Meute.

Le but de cette organisation était d’organiser des colloques rassemblant divers intellectuels de droite nationaliste afin de mettre de l’avant la «république» québécoise de demain.

M. Boulianne avait prestement conclu un pacte avec les loups, tant d’un point de vue sécuritaire qu’idéologique : La Meute allait fournir des agents de sécurité pour leurs événements, tandis que le site officiel du MRQ vantait la pertinence et les valeurs de La Meute.

4
On peut apercevoir Boulianne, à gauche, serrant la main d’un loup, lors d’un BBQ de La Meute. L’alliance fut scellée durant ce meeting à Sainte-Sophie (27 mai).

 

Guy Boulianne était devenu membre en règle de La Meute, et André Pitre (alias Stu Pitt) – propagandiste en chef du groupe islamophobe – s’impliquait avec enthousiasme dans le MRQ.

L’alliance semblait solide, jusqu’à ce que Boulianne réalise que ses colloques devenaient de vrais casse-tête en raison de la présence des loups. En voici trois illustrations :

(1) Le premier colloque devait se tenir au Collège de Maisonneuve, le 17 juin. Devant le tollé médiatique, le cégep annula la réservation. Le colloque eut finalement lieu dans une écurie de Saint-Lazare, chez Mme Sophie Robichaud (oui oui, celle-là même qui est rendue une défenderesse de l’autoritaire Yvon Simard au parti CAP…):

saint-lazre

(2) Alors que Guy Boulianne préparait son deuxième colloque, il avait invité M. Lamine Foura, un intellectuel musulman, comme conférencier. Des sympathisants racistes de La Meute crièrent d’horreur en entendant la nouvelle et multiplièrent les menaces de boycott. L’invitation de M. Foura fut donc cancellée, au grand dam de l’organisateur.

(3) Le prochain colloque devait se tenir à Montréal, le 23 septembre, et promettait un autre beau festival de conférenciers blancs et nationalistes identitaires. La réservation de la salle fut toutefois annulée:

5 mrq annulé

Peu après, M. Boulianne décida de jeter la serviette : sur la page du MRQ, la généreuse section consacrée à La Meute disparut du jour au lendemain, puis M. Boulianne ne figurait plus parmi la liste officiel des loups. On semble avoir coupé les ponts!

Il ne faut toutefois pas trop se leurrer, car la page Facebook du MRQ est toujours fréquentée par de nombreux loups. On y partage toutes sortes de thèses réactionnaires, conspirationnistes et même des opinions de Jeff Fillion…

Le prochain colloque ne sera finalement qu’un entretien à trois, qui sera mis en ligne par vidéo-conférence. Le Mouvement bat de l’aile :

6f

Les errements vers l’extrême-droite, pour CAP et le MRQ, semblent voués à l’échec… et c’est tant mieux!