Réplique à Marc Lebuis de Point de bascule

La semaine dernière, j’écrivais sur la candidate de Québec solidaire, Ève Torres, ayant subi une intense campagne de diffamation tirant son origine d’un texte de Point de bascule, publié en octobre 2017.

Point de bascule est un site d’extrême-droite islamophobe de type complotiste, sévissant depuis 2007. L’homme derrière ces articles, Marc Lebuis — s’il n’écrit pas en son propre nom, c’est probablement pour éviter des poursuites en diffamation — est un véritable parano estimant que toute personne arborant le hidjab est infailliblement radicale : « Le voile représente la radicalisation. C’est un porte-étendard qui représente la radicalisation. Même si c’est un choix de la femme ».

À ce compte-là, aussi bien dire que toute femme voilée est une djihadiste en puissance, surtout que le mode de fonctionnement de Point de bascule est la culpabilité par association.

z1 Marc Lebuis
Bien accueilli par plusieurs médias, Marc Lebuis est surtout prisé chez Québecor

Jamais il n’a pu démontrer qu’Ève Torres est une « islamiste » et/ou valoriserait l’islamisme. En fait, ses valeurs y sont tout à l’opposé : féministe, elle milite à Québec solidaire qui défend les droits LGBTQ+, le droit à l’avortement, l’abolition du financement public des écoles privées confessionnelles, et ainsi de suite. Si des islamistes la connaissent, ils ne l’aiment sûrement pas…

Dans un article récent, Marc Lebuis contre-attaque donc mon billet en essayant de discréditer l’émission Enquête de Radio-Canada et en me traitant de « malhonnête ». C’est bien beau, mais il ne prouvera aucunement qu’Ève Torres serait liée à de dangereux intégristes. Et ses arguments sont du recyclage d’allégations qui avaient été réfutées d’emblée en 2014.

z1aa

 

L’argumentaire de Point de bascule

Selon Lebuis, ma défense d’Ève Torres serait « malhonnête » sous prétexte que je n’ai cité qu’une seule émission Enquête, alors qu’une autre, « deux ans plus tard », la contredirait :

z1b malhonnête

 

C’est farfelu car (1) ces reportages ne concernent pas Ève Torres (2) il est faux d’affirmer qu’Enquête niait la menace islamiste. L’émission a même présenté, à de multiples occasions, des cas récents de terrorisme au Canada, ajoutant que « ce que nous avons clairement établi cependant c’est que cette croissance de l’intégrisme islamiste au Québec comme au Canada est un phénomène très marginal, facilement monté en épingle ici comme partout en Occident » (lettre de Jean Pelletier adressée à Lise Ravary, qui reprend les thèses de Lebuis).

On peut comprendre que Point de bascule fait partie de ces petits médias conspirationnistes grossissant la menace islamiste de manière exponentielle.

Dans sa contre-attaque, M. Lebuis répète sa vieille cassette selon laquelle une recherchiste travaillant sur le reportage de 2014 l’aurait ensuite désavoué :

z1c long passage sur Zouaoui

Rien n’est plus faux. La recherchiste elle-même avait pris la peine d’écrire une lettre pour contredire les machinations de Point de bascule :

« À qui de droit, moi, Nadia Zouaoui, journaliste, réalisatrice et recherchiste, voudrais affirmer que je n’ai jamais commenté ou remis en question l’enquête de Radio-Canada. » « Le site Point de bascule qui prétend que j’ai critiqué Enquête le fait sous de fausses déclarations ». « Je trouve leurs propos diffamatoires. Il est écrit que j’ai critiqué Enquête le 5 novembre alors qu’il n’a été diffusé que le 27 novembre »… « Les commentaires que Point de bascule ont transcrit à mon sujet portaient sur d’autres événements que j’ai commenté bien avant la sortie du reportage, bien avant que je ne le visionne ».

Qui est malhonnête ici, M. Lebuis?

L’objectif du reportage était plutôt d’aller vérifier les étonnantes affirmations d’une autre pyromane, Fatima Houda-Pepin, convaincue que la menace intégriste est pire au Canada qu’au Maroc, où elle dit avoir pu grandir en harmonie avec des gens de toutes les confessions :

« Au Canada lorsque je suis arrivée, c’est ici que j’ai rencontré les groupes les plus endurcis, les plus organisés, les plus structurés, les mieux financés » (Tout le monde en parle, janvier 2014).

z2 Fatima Houda-Pepin

C’est en réponse à cette déclaration incendiaire que Radio-Canada conclura qu’ « après des mois d’enquête, nous n’avons pas trouvé de groupes intégristes organisés qui auraient comme objectif secret de détruire la démocratie et ses valeurs. Existent-ils? ».

Mme Houda-Pepin aurait pu faire connaître ses sources aux journalistes, mais comme par hasard, elle a préféré garder le mystère : « Nous avons tenté de rejoindre Mme Houda-Pepin (…), elle n’a pas répondu à nos nombreuses demandes ». Quelle surprise…

 

L’art de la culpabilité par association

Dans l’univers de Marc Lebuis, tout le monde est lié à un réseau connecté à d’autres réseaux, faisant en sorte qu’on a tous quelque chose à se reprocher, comme il l’a expliqué à la reporter Johanne Faucher, lui demandant pourquoi son site web met des gens et des organisations « à l’index ». Posent-ils problème? :

« Pas nécessairement. Y’a des gens qui posent pas problème. Mais qui ont choisi de s’associer avec d’autres personnes qui posent problème ».

Marc Lebuis est très fort en associations d’idées. Par exemple, lorsqu’il me présente, ça ne lui prendre que deux phrases pour me lier à un réseau financé par des Jésuites (!) :

 

z3 Jésuites

Encore heureux qu’il ne considère pas les Jésuites comme des terroristes sinon je me retrouverais illico « à l’index ». Il poursuit tout de même en traitant n’importe qui de « compagnon de route des islamistes », tel ce prof très respecté de l’UQÀM :

z3b compagnons des islamistes

En ce sens, il laissa donc entendre que la candidate solidaire Ève Torres fréquenterait des gens très dangereux, même s’il est incapable d’en nommer un seul appartenant à son entourage immédiat.

Dans la présentation qu’il en fait en octobre 2017, il l’associe indirectement aux termes « lobby islamiste », « recours à la violence », « offensives militaires islamiques », « attentats-suicides », « organisation terroriste », « kidnapping », « condamnation à mort », « fusils mitrailleurs Uzi afin qu’ils mènent le jihad dans les rues américaines », etc. Bien que Mme Torres n’ait aucun rapport avec tout ça, on peut entendre les bombes sauter en lisant le texte…

Donnons un exemple fictif : « Monsieur X achète un croissant dans une boulangerie. Savez-vous qu’un des fournisseurs de cette boulangerie a déjà eu à son service un musulman dont la belle-mère a fréquenté une mosquée liée aux Frères musulmans. Qui eux-mêmes financent des organisations lançant des roquettes sur des enfants affamés? Monsieur X est donc un compagnon de route des islamistes ».

z3c Caricature d'Alex Fatta

C’est ainsi que M. Lebuis reproche à Ève Torres de ne pas avoir lu la liste de tous les contributeurs passés du Conseil National des Musulmans canadiens (CNMC), avant de travailler pour eux durant quelques mois :

z3d les exégètesb

 

Précisons que la fameuse liste d’exégètes dont il parle remonte à plusieurs années avant l’arrivée en poste d’Ève Torres et qu’il n’a rien à redire des dirigeants.es et employés.es du CNMC. Tout n’est que diffamation gratuite.

 

Marc Lebuis se fait planter trois fois

Passons au contenu même de l’émission Enquête de novembre 2014, qui contredisait les allégations paranoïaques de Fatima Houda-Pepin et Marc Lebuis. Ce dernier est persuadé que de graves menaces planent sur la société québécoise :

« Si la tendance se maintient, ce sera pas facile à vivre dans pas grand temps à Montréal. Y’a des gens qui veulent implanter la charia, ou qui se réfèrent ouvertement à des idéologues qui eux disent qu’à un moment donné, quand les conditions sont favorables, il est justifié d’utiliser la violence et la coercition, pour combattre le Mal. Leur agenda c’est de faire avancer la charia et, ultimement, établir un califat »

Un Califat au Québec? Miloud Chenouffi, professeur au Collège des Forces canadiennes, rejette l’argument du revers de la main : « Ils sont incapables de le faire dans des pays à majorité musulmane. Qui s’oppose à eux? D’autres musulmans. Alors vous imaginez au Canada? ».

D’après les chiffres avancés, au Québec, il y a environ 300 000 musulmans.es, dont 90% d’entre eux vivent à Montréal. Contrairement à la croyance populaire, ils ne sont pas très pratiquants : 60% ne fréquentent jamais les mosquées, 15% y vont sur une base hebdomadaire.

z4 Frédéric Castel

Doit-on s’inquiéter des 15% qui fréquentent les mosquées? Pas du tout, insiste le religiologue Frédéric Castel : « 40% des musulmans.es ont un diplôme universitaire, ce qui les rend peu réceptifs aux discours intégristes. Ce sont des gens qui veulent s’insérer dans leur milieu professionnel ». M. Castel explique aussi que les mosquées ne sont pas des lieux de radicalisation : il y a « une poignée de mosquées qui prônent le repli communautaire », mais « il n’y a pas de discours de violence en général. Si ça advient, ce sera en dehors d’une mosquée ».

Ray Boisvert, ex-directeur adjoint au SCRS, abonde dans le même sens : « souvent c’est un membre du public qui va alerter les agences de renseignement, qu’il y a un problème chez eux, dans leur communauté, leur mosquée, leur Centre culturel ». Agenda caché chez les immigrants.es? « En général, à 99,5%, les gens qui viennent ici ont juste l’idée de s’installer, développer une vie pour eux et leurs enfants ».

Dans le reportage, Marc Lebuis se verra ridiculisé une deuxième fois, alors qu’il compare des musulmans aux nazis.

La reporter lui demande combien sont les Frères musulmans? Réponse de Lebuis : « Ce n’est pas le nombre qui est important. Lorsque les nazis sont arrivés au pouvoir, qu’ils ont commencé, ce n’était pas une majorité ». Réfutation de la journaliste : « Des comparaisons boiteuses, des propos qui choquent ». « Quelle formation académique (ou autre) lui permet de se présenter comme un expert de la question musulmane? Il a refusé de répondre » Ouch…

z5 Lebuis réfuté
Marc Lebuis, contredit durant toute l’émission

Plus loin, le directeur de Point de bascule a l’air fou à une troisième reprise. Enquête nous apprend qu’ « environ 3% des enfants musulmans fréquentent les écoles (confessionnelles privées) ». Lebuis croit que la majorité des musulmans se trouvent dans ces écoles-là : « Mais où avez-vous vos chiffres? », rétorque-t-il, « bin, le Ministère de l’Éducation », oups…

 

Conclusion

Bien que M. Lebuis n’ait aucune crédibilité, il fut l’invité de bien des médias depuis 2007 (LCN, Sun News, TVA, etc.) et même d’un comité sénatorial piloté par Daniel Lang, un conservateur du Yukon.

La crise des accommodements raisonnables, puis la période de la « Charte des valeurs », ont créé un terreau fertile pour ces démagogues comme Marc Lebuis qui vivent de l’ « industrie de l’islamophobie ». À voir aller certains chroniqueurs du Journal de Montréal, d’autres profitent également de ce climat de peur et de suspicion.

Ève Torres est une candidate féministe et progressiste, qui ne choque que par son hidjab, bien malgré elle. Comme l’a philosophé Charles Taylor cette semaine :

« Plusieurs « Québécois de souche » croient à tort que les gens qui portent les signes religieux veulent imposer leurs croyances, alors que ce n’est qu’une pratique inhérente à la religion. « La raison du port des signes est mal comprise. En Occident, on a cette idée que la religion est quelque chose d’intérieur qu’on n’a pas besoin d’afficher », soutient-il. Or, chez certains juifs, la pratique (la kippa, le shabbat, manger casher, etc.) est aussi importante, sinon plus, que la croyance. « Ce malentendu donne l’impression d’une mauvaise volonté ou d’une volonté de s’imposer de la part [des croyants] et c’est cette méprise qui crée beaucoup de difficulté » ».

Les médias ont donc la responsabilité de dissiper les malentendus et les préjugés, et non d’inviter des amplificateurs de haine, endurcissant ces préjugés.

Sur la campagne de diffamation contre Ève Torres

Dans les jours suivants l’annonce de la candidature d’Ève Torres, une énergique levée de bouclier s’est faite entendre, des grands médias jusqu’aux réseaux sociaux. Le Québec est-il prêt à accepter qu’une femme arborant le hidjab puisse représenter une circonscription?

Tout d’abord, Mme Torres est légalement en droit de se présenter. Ce sera aux électeurs.trices de trancher, sur la base de leurs valeurs. À Ottawa, cinq députés fédéraux portent le turban, dont le ministre de la Défense nationale. Pensons aussi au chef du NPD, Jagmeet Singh, ou au chef de l’opposition à l’hôtel de ville de Montréal, Lionel Perez, qui porte la kippa de son côté.

Pourquoi est-ce Ève Torres en particulier qui suscite des angoisses, alors qu’elle n’est, pour l’instant, que candidate à l’investiture dans Mont-Royal–Outremont.

À mon avis, elle est la cible, d’une part, des groupes islamophobes qui veulent tout faire pour freiner la présence des femmes « voilées » dans l’espace public. Puis elle est également victime de la partisannerie anti-QS, comme s’il était vertueux pour la CAQ et le Parti québécois de fermer leurs portes aux personnes affichant des signes religieux (ce qui serait pourtant contraire à la loi).

Pour mettre en lumière la machine de répression médiatique contre Ève Torres, je proposerais d’y aller en ordre chronologique, du premier article de Point de bascule contre elle en octobre 2017, en passant par les chroniques du Journal de Montréal, jusqu’aux mensonges éhontés circulant copieusement sur les réseaux sociaux.

z2a Point de bascule

Les délires de Point de bascule

Point de bascule est un blogue québécois islamophobe, qui sévit depuis 2006 sur internet. L’homme derrière ce site est Marc Lebuis, qui a en quelque sorte importé le modèle de « Jihad Watch » qui existait aux États-Unis depuis 2003.

z2b1 Marc Lebuis

Le mode de fonctionnement de ces blogues est de présenter des faits ayant plus ou moins rapport les uns avec les autres, pour aboutir à des conclusions toujours catastrophistes.

Ainsi, tout être humain est lié à un.e musulman.e, qui sera lié à un réseau d’individus comptant au moins un « islamiste », ayant lui-même un ou des contacts, à l’étranger, soupçonné d’avoir des liens avec des groupes plus radicaux liés au djihadisme international. Autrement dit, nous sommes toutes et tous coupables par association.

À l’émission Enquête du 27 novembre 2014, Marc Lebuis s’est vu démasqué par toutes les informations complètement fausses qu’il alléguait. À chaque fois ses affirmations étaient contredites par l’épreuve des faits.

L’influence de Lebuis est toutefois réelle, de grands médias l’ont accueilli favorablement, notamment par l’entremise de Mario Dumont qui l’a reçu en entrevue, en tant qu’expert de l’islam radical.

z2b2
(Entrevue partagée sur Youtube par nul autre qu’Éric Duhaime)

Richard Martineau est aussi un fan, l’ayant reçu en entrevue et faisant des chroniques l’encensant. Par exemple celle-ci en 2010 :

z2b3

Lebuis était aussi considéré comme une référence incontournable sur la défunte Sun News, propriété de Québecor Média :

z2b4

Tout ça pour dire que Point de bascule est le site ayant diffamé Ève Torres une première fois en octobre 2017, parce qu’il apprenait qu’elle remplissait un mandat de « coordonnatrice aux affaires publiques » pour l’organisme CNMC / CAIR-Canada (Conseil national des musulmans canadiens). Cet organisme lutte notamment contre l’islamophobie, le racisme et les crimes haineux.

Point de bascule part en peur et va tout faire pour associer le CNMC au « Hamas » et au djihadisme international, alors qu’en réalité l’organisme est canadien, il évite le financement extérieur et est même une référence pour d’autres communautés – notamment juives –qui subissent également des crimes haineux.

Mentionnons d’ailleurs qu’Ève Torres, qui est une amie, m’a confirmé ne connaître aucun des imams évoqués dans l’article, par exemple un certain Sirraj Wahhaj qui serait un amoureux des « fusils mitrailleurs Uzi afin que les jeunes mènent le jihad dans les rues américaines » (!!!). L’article de Point de bascule ne mériterait rien d’autre qu’une poursuite en diffamation.

Comme Ève Torres n’est plus à l’emploi du CNMC depuis janvier, on s’attaque aussi à son passé d’animatrice radio, où elle aurait interviewé les imams Tariq Ramadan et Mahdi Tirkawi. Encore là, par association, Point de bascule y voit des liens lointains avec les Frères musulmans. On néglige tous les autres invités.es, souvent des militantes féministes, ou même une sœur franciscaine, Pierrette Bertrand ou l’excellente chroniqueuse Rima Elkoury.

Notons enfin que les calomnies de Point de bascule ont connu un regain de popularité dans les derniers jours. Marc Lebuis est même allé défendre son brûlot sur les ondes de CHOI Radio-X (émission de Dominic Maurais) :

 

 

 

La reprise de Point de bascule

Plusieurs citoyens apeurés par l’islam ont partagé l’article de Marc Lebuis dans la dernière semaine. Un média xénophobe plus influent l’a aussi relayé récemment, en en proposant une synthèse :

z3 Le Peuple

Le Peuple – Les vrais enjeux est un média émergent à surveiller. On y véhicule de vraies nouvelles à travers le prisme déformant d’une xénophobie décomplexée. Ces publications font le bonheur de l’extrême-droite identitaire, puisqu’elle offre un degré d’intolérance plus élevé que les médias de Québecor, tout en ayant les allures d’un vrai média de qualité.

L’homme derrière Le Peuple est Pascal Bergeron, dont 41 articles ont été retransmis sur Vigile.quebec (de Richard Le Hir). Son billet contre Ève Torres est donc paru le 10 avril et ne fait rien d’autre que résumer la bouette de Point de bascule. Il a ensuite republié son torchon sur le journal web Dixquatre.com, qui, à l’instar de Vigile.quebec, accueille à bras ouverts tous ses articles provenant du Peuple.

L’équipe de blogueurs de Dixquatre.com compte de nombreux idéologues conservateurs tels Pierre-Hugues Boisvenu et l’amoureux des armes à feu Guy Morin :

z3c collaborateurs de dixquatre.com

On y trouve une intéressante description de l’idéologue derrière Le Peuple, Pascal Bergeron :

z3d Le Peuple1 Pascal Bergeron

Bergeron a donc l’intention de mettre sur pied un média sérieux contre « les défis que doivent affronter les sociétés occidentales ». À lire les textes du Peuple, on comprend vite qu’on parle de l’islam et de l’immigration, phobies affectionnées par l’extrême-droite. Pascal Bergeron ambitionne-t-il de devenir une sorte d’Ezra Levant (père de The Rebel Media) à l’échelle québécoise?

 

Dans les grands médias

Les chroniqueurs du Journal de Montréal avoir été particulièrement traumatisés par la candidature d’Ève Torres, comme si le croque-mitaine venait de sonner à leur porte. J’en donnerai quelques exemples.

z4a Bombardier

Dans son billet « Notre sombre avenir », Denise Bombardier tremble devant les demandeurs d’asile qui se présentent à la frontière canadienne, ainsi qu’à la vue du « chef enturbanné du NPD » (Jagmeet Singh) et de la « candidate voilée » (Ève Torres). Elle y voit des « chocs annonciateurs  de notre inquiétant avenir ».

z4b

Mathieu Bock-Côté saute aussi, bien sûr, dans la mêlée, car Mme Torres ferait « la promotion active du multiculturalisme, une idéologie soutenant que la société d’accueil doit s’effacer pour accueillir la diversité ». Doit-on rappeler à MBC qu’elle représente Québec solidaire, un parti indépendantiste opposé au « multiculturalisme fédéraliste » qui nie le caractère distinct de la société québécoise? Pour MBC, la simple vue d’un hidjab semble être un affront à l’identité québécoise de tradition chrétienne.

z4c

Parmi tous ces chroniqueurs qui ont critiqué Mme Torres, Lise Ravary avance les arguments qui se rapprochent le plus de Point de bascule. Elle souligne son passage au CNMC et relie ça gratuitement aux Frères musulmans, sans énoncer de preuves:

« Donc, Ève Torres. Ex-coordonnatrice aux affaires publiques pour le Conseil national des musulmans canadiens, un lobby islamiste sympathique aux Frères musulmans, mais peu sympathique au Québec, elle appartient à l’élite médiatique islamiste québécoise ».

Ravary poursuit son article en traînant tout aussi gratuitement dans la boue Haroun Bouazzi, candidat à l’investiture dans Maurice-Richard.

Trois jours plus tard, elle revient à l’assaut avec un titre franchement islamophobe, « Ras le bol de l’islam » :

z4d

 

Sur les réseaux sociaux

Au Huffington Post, la polémiste islamophobe Djemila Benhabib s’est également mise de la partie. Le titre et le sous-titre de son texte appelle déjà à la révolte contre Ève Torres, à la manière de Point de bascule.

z5a Benhabib

Benhabib traite Mme Torres de « lobbyiste au service de l’islam politique » et Québec solidaire de « parti islamo-gauche, faussement indépendantiste », sans autre forme de procès. Quelle rigueur!

Puis, subtilement, au lieu de citer directement Marc Lebuis, elle s’en remet à la parole de sa  camarade anti-islam, Louise Mailloux : « Comme le rappelle la militante laïque, Louise Mailloux, ses faits d’armes en qualité de lobbyiste sont nombreux. Elle a œuvré comme coordonnatrice aux affaires publiques pour le Conseil national musulman canadien (CNMC) ».

Benhabib a beau ouvrir les guillemets, elle n’indique nulle part d’où viennent ces mots de Mme Mailloux…

Venons-en finalement aux médias sociaux, qui abritent leurs propres relais de propagande. Il y a par exemple un citoyen engagé – contre l’islam et la gauche – nommé Guy Guay. Il présente un statut adjoignant Ève Torres à Jaggi Singh, pour conclure qu’ils appartiennent tous deux à « LA PESTE BRUNE DU QUÉBEC ». Ce statut fut partagé plus de 1120 fois!

z6a Guy Guay
(Remarquons le lien vers Point de bascule qui donne supposément de la profondeur à ces accusations)

Nombre de commentaires trash et violents s’en sont suivis, en voici quelques-uns au hasard (trigger warning):

z6a2 50 000 islamistes et viols

Une dame, pas raciste du tout, affirme que les Arabes aiment les pots-de-vin:

z6a3les arabes

 

z6a33 morts aux rats3

Il y a le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu, jamais loin des conversations islamophobes, qui est intervenu pour défendre Guy Guay suite à un quiproquo:

z6a5 boisvenu1

z6a5 morts aux rats2

z6a21 terroriste4

Comment est-ce possible de rejoindre des milliers de gens donnant du crédit à pareilles absurdités? L’islamophobie ambiante? De grands médias cultivant cette phobie? Et la partisanerie anti-QS? Ajoutons qu’il existe également des relais facilitant de la portée de ces publications. Par exemple la page Facebook « Réveillons-nous Québécois », ayant un bassin de plus de 27 000 abonnés.es.

z6c Réveillons-nous Québécois

Le statut de Guy Guay a été mis en ligne sur cette page, accélérant des centaines de partages supplémentaires. Bien entendu, cette page retransmet des tonnes de publications du média Le Peuple et les capsules vidéos de leaders d’extrême-droite comme Dave Treggett (ex-chef de Storm Alliance).

Le gourou derrière « Réveillons-nous Québécois » est un certain François, qui raffole lui-même des égo-vidéos :

z7 François de Réveillons-nous québécois

Petite surprise pour Guy Guay et les quelque 1130 personnes à avoir poussé des hauts cris contre Ève Torres en partageant le statut haineux: ce n’est même pas elle sur la photo! Faut croire que pour les islamophobes, toutes les « femmes voilées » sont du pareil au même…

Ceci dit, il existe une autre photo d’elle aux côtés de Jaggi Singh, qu’elle avait croisé lors d’un festival Hoodstock à Montréal-Nord. Ça n’implique rien, à part qu’elle était à l’événement pour soutenir l’antiracisme.

 

Conclusion

J’espère avoir donné un bon aperçu de comment ces différents réseaux peuvent passer une personne à la moulinette en la harcelant et en s’en prenant de manière ignominieuse à sa réputation. Même le chef péquiste Jean-François Lisée, sur LCN, a sommé la candidate à s’expliquer sur le port de signes religieux dans la fonction publique…

La route sera ardue, mais bon courage à Ève Torres pour la suite des choses!

 

Nouvelle crise dans La Meute : pour mettre fin au « règne de Maikan »

Depuis quelques jours, trois dissidents y vont de révélations fracassantes sur l’organisation de La Meute, qui s’avère le plus important groupe d’extrême-droite au Québec. Ils souhaitent faire tomber le chef Sylvain « Maikan » Brouillette, qui se comporte en véritable petit dictateur.

Par le biais de ces dénonciations, nous découvrons la structure interne du groupe, des documents secrets, une culture de menaces et d’intimidation. « Maikan » se trouve au cœur de ce système répressif. L’ex-chef de La Meute, Patrick Beaudry, le surnomme d’ailleurs « Mein Kampf » :

z1 Maikan MeinKampf

Dans une lettre qu’Éric Proulx vient de publier – ex #2 de La Meute – il témoigne de la vraie nature de Maikan, en plus de dévoiler des informations compromettantes à son sujet. Commençons par un résumé de cette lettre, pour ensuite passer aux nouveaux documents rendus publics.

z1c
Maikan a géré une sorte de Nascar dans le coin de Québec

 

Le gourou Maikan

Dès les premières lignes, Éric Proulx accuse son ancien chef d’avoir toujours abusé de son pouvoir et d’être un ex-Témoin de Jéhovah :

z2c témoin de Jéhovah

En septembre dernier, Maikan avait orchestré un putsch contre Patrick Beaudry, qui s’est soldé par l’expulsion de 400 membres mécontents. Puisque l’organisation est de type anti-démocratique, seuls les coups d’État permettent de renverser le pouvoir :

z2d autoritaire

z2e purge

Éric Proulx ajoute que le bras droit de Maikan – Stéphane Roch – serait une sorte d’abruti facile à manipuler, ce qui simplifie la dictature du chef :

z2f1 roch l'idiot

 

z2f2 abruti
Stéphane Roch, #2 de La Meute

Depuis le putsch, Maikan règne surtout par l’entremise d’une surveillance constante de ses membres et par les menaces, qu’il transmet via ses « messagers » WolfRic Ouellet et Sébastien Chabot :

z3 les menaces

z3b menaces de Chabot, messager de Maikan2

Les langues commencent à se délier, une dame affirme avoir subi le même sort (ce n’est que la pointe de l’iceberg, voir cet article d’On Jase):

z3c MmeTremblay menacée

 

L’organisation interne dévoilée

Parallèlement à cette lettre ouverte, les dissidents ont publié des documents secrets, qui se trouvent normalement entre les mains des plus hauts dirigeants. L’une des dissidentes les possède, puisqu’elle était commandante de La Garde :

z4a1 200 fichiers Capturede

z4a2 tout

On apprend d’ailleurs que ces documents étaient classés « RIC » :

z4aa La fonction du RIC selon Proulx

z4b Le RIC

C’est-à-dire que la commandante en chef a formé ses 35 « gardes » à prendre des captures d’écran à l’aide de « drones », qui accumulent les informations dans des fichiers en moins de 4 minutes.

z5 drones de la Garde qui font des screenshots

z7-maikan2
Sous le règne de Maikan, l’appareil de surveillance et de répression s’est intensifié

Ce travail rigoureux, qui exige ainsi des centaines et des centaines d’heures de bénévolat chaque semaine, sert-il à freiner l’« islam radical »? Les documents démontrent plutôt qu’il ne semble y avoir aucun islamiste dans leur mire. Sur cette capture, entre mille autres, je compte 42 noms qui font l’objet d’une surveillance obsessive, dont 1 seul à consonance arabe, et absolument aucun « islamiste ».

z5a

La Meute sert d’abord et avant tout à contrôler ses propres membres et se protéger des médias et des militants.es antiracistes. Un autre document explique pourtant que la fameuse « Cause » défendue par l’organisation était censée être la guerre à la Charia : « L’essence du mandat de La Meute, soit empêcher l’islam radical de s’implanter au Canada et d’y établir la Charia ».

 

Les Standard Operating Procedure (SOP)

Pour maquiller la structure totalitaire de l’organisation, La Meute se réclame des hiérarchies militaires, alors que les chefs actuels n’ont jamais fait l’armée. L’ex-dirigeant déclare à cet égard :

z6 beaudry clowns

Une première capture d’écran explique comment les ordres viennent d’en haut – donc de Maikan – et ne peuvent être contestés :

 

« Chaîne de commandement (CC) : Les cellules de La Meute fonctionnent comme une structure militaire. Le Conseil décide des objectifs et la direction que doit prendre La Meute. Il transmet ses instructions au Commandement de la Garde, qui de son côté donne instruction aux capitaines de chaque cellule qui eux donneront instruction à leurs subalternes ». « Souvenez-vous que nous sommes unis par une même Cause et qu’en temps normal, peu d’entre nous auraient des affinités ».

z7b

On ajoute ensuite qu’il faut beaucoup de mérite pour devenir un « garde » (en d’autres termes, un modérateur de pages FB qui donne sa vie à suivre les ordres du Conseil) : « Chaque nouveau Garde doit traverser une période de 30 jours avant de recevoir ses privilèges respectifs ».

Pour bien remplir ses fonctions, à chaque grade de La Meute, l’on doit suivre à la lettre les « SOP ». Au lieu d’avoir une charte ou une constitution qui explicite les règles communes de La Meute, ces SOP s’imposent à toutes et à tous, par dictat militaire. Une ex-membre éclaircit ce que sont les SOP :

z6c sop définition3

Évidemment, ces règles internes ne peuvent être discutées, on obéit aveuglément, tandis que les chefs peuvent se permettre de les changer quand ça ne fait plus leur affaire : « Les SOP sont en évolution constante en fonction des expériences vécues (…). Tout manque de respect envers un Garde ou un membre du Conseil doit résulter en une expulsion immédiate ».

 

Conclusion

La Meute est une patente qui fut créée pour pouvoir exercer un contrôle total sur les membres, en permanence. Plusieurs l’ont noté, y compris la militante xénophobe Josée Rivard :

z7c Josée Rivard La Meute doit mourir

Comme nous l’avons vu dans mon précédent billet, tous les officiels, petits et grands, doivent signer une « entente de confidentialité » qui les musèlent légalement, autant lorsqu’ils sont membres, qu’après avoir quitté (pour une période de 12 mois).

Même la cheffe du commandement ne comprenait pas vraiment ce qu’elle signait :

 

z7a ontrat signé sans le lire

La « Cause » qui rassemble cette communauté de croyants.es est une fumisterie : aucun « islamiste radical » n’est dans la mire de La Meute et le Québec n’est pas du tout en danger d’être sous l’emprise de la Charia.

En fait, il n’y a que 3% de musulmans.es au Québec et ils ne parlent même pas de « charia » entre eux. De plus, ils ne sont pas portés au prosélytisme, aucune chance qu’ils puissent convertir « nos enfants » à la charia.

Combien de temps encore Maikan maintiendra-t-il sa secte nommée La Meute?

 

D’ex-dirigeants de La Meute révèlent sa structure sectaire et répressive

Johane Cayer, alias Jo Caya, a été membre de La Meute pendant longtemps, presque depuis sa fondation. Si bien qu’elle a grimpé dans la hiérarchie, au point d’atteindre le grade de « commandante » de La Garde.

Mère monoparentale, elle a donc dû diriger une troupe de 35 fiers-à-bras – « de 12h à 17h par jour, 7 jours sur 7 ». Le rôle principal de La Garde consiste à modérer leurs pages Facebook, en utilisant la menace et l’intimidation à l’occasion. Lors des manifs, c’est la cellule de « Sécurité » qui prend le dessus, on y trouve encore moins de femmes. Johane Cayer n’a d’ailleurs jamais accédé au Conseil, malgré tous ses sacrifices pour « la Cause ».

z1d Cayer7c sacrifice à temps plein

 

Telle une secte, tous les ordres venaient d’en haut, c’est-à-dire de Sylvain « Maikan » Brouillette qui a la mainmise sur le Conseil (exécutif de La Meute).

z1d Grand Gourou Maikan
(Grand Gourou Maikan, adoré des adeptes meutons)

Il y a une culture d’omertà au sein d’une structure qui se veut de type « militaire » :

z1e 9b2 secte comme armée

 

En réalité, tout cet ordre militaire n’est que de la poudre aux yeux pour masquer la véritable nature « sectaire » de l’organisation. Un gourou au sommet, un silence forcé, des menaces faites aux membres et aux gardes, une mission transcendante qu’ils nomment La Cause – c’est-à-dire freiner l’invasion de l’islam dans une perspective apocalyptique – et des enjeux financiers et sexuels au sommet.

Johane Cayer ne fait plus partie de La Meute depuis la dernière crise de décembre 2017. Elle s’est jurée de déballer toute la vérité dans les derniers jours, mais les dirigeants l’ont menacé elle et son enfant, de sorte qu’elle a retiré ses publications. Je les ai sauvegardé à temps, voici un résumé des révélations.

z1f johane cayer

 

Des ententes de confidentialité

Pour s’assurer le silence absolu des membres, surtout quand ils se hissent aux postes de pouvoir, il existe une « entente légale » qu’ils doivent signer. Celle-ci était tenue dans le plus grand secret. L’ancien co-chef de La Meute, Éric Proulx, qui s’est fait mettre dehors en décembre, est le premier à entrouvrir la porte :

z2a 9b3 entente légaleb

 

Johane Cayer va alors plus loin et met carrément en ligne ce contrat qu’elle avait été contrainte de signer.

z2b contrat

En voici des extraits : « Je reconnais que La Meute Inc. est l’unique propriétaire de ses renseignements confidentiels. Ce qui comprend tous les renseignements, quelle qu’en soit la forme (…). Les méthodes, pratiques et stratégies de travail de La Meute, et les renseignements connexes ». Les renseignements « financiers », les renseignements sur les « ressources humaines y compris les SOP, les techniques d’entrevue et les manuels de formation ». « Tous les secrets, formules et procédés secrets, le savoir-faire, les idées et les processus de La Meute ».

Bref, tout appartient à La Meute ou presque, sous peine de poursuite judiciaire. Les membres doivent s’engager à ne rien divulguer, même s’ils sont exclus de la secte : « Je conviens que, durant mon implication et en tout temps après la cessation de cette implication, je ne ferai pas de copies ni de synthèses des renseignements confidentiels ». « J’accepte de retourner promptement à La Meute toutes les notes de service, les autres notes ».

z1b secte

Dans la Partie II du contrat, les membres exclus doivent ensuite garantir leur loyauté à La Meute « pour une période de 12 mois », durant laquelle ils n’ont pas le droit de faire « concurrence » à La Meute en invitant d’autres membres à quitter eux aussi. C’est une sorte de clause « touche pas à ma secte » : « ne pas directement ou indirectement recruter, solliciter, ou autrement persuader ni tenter de persuader tout membre de La Meute de cesser son implication ».

« Je reconnais que les restrictions contenues dans cette entente sont nécessaires pour la protection et la survaleur de La Meute ». La « survaleur »… « Dans le cas d’une telle violation, je conviens que La Meute (…) est en droit d’exiger une exécution en nature ou d’obtenir une injonction ».

On doit ensuite signer ce document à la fin, nous muselant légalement ou, du moins, par la crainte créée par ledit contrat.

z2c entente de confidentialité6

 

Les dirigeants menacent les familles des membres

Une fois le document divulgué, Johane Cayer n’a pas reçu une mise en demeure, mais bien des menaces tout à fait répugnantes contre son enfant qu’elle élève seule:

z3a

Croulant sous la pression, elle a donc effacé ses statuts des derniers jours, mais elle a mis en ligne les menaces qu’elle a reçues de Sébastien Chabot, un exécutant bien connu des ordres provenant du gourou Maikan :

z3b1

 

z3b2

z3d

Soit dit en passant, La Meute est réputée pour menacer la famille de ses contradicteurs et de ses membres récalcitrants. Un billet d’On Jase a révélé quelques exemples le mois dernier, et ce n’est que la pointe de l’iceberg car la plupart des victimes n’osent pas parler.

z1 eric-proulx-la-meute-manifestation-quebec

 

Un putsch en septembre sur des motifs inventés

En septembre 2017, Maikan avait orchestré un putsch contre le dirigeant de l’époque, Patrick Beaudry. C’est Johane Cayer qui était alors « commandante » officielle de La Garde.

z4 le putsch

Elle révèle que l’organisation sectaire fut manipulée par Maikan pour virer Patrick Beaudry – alias Ptrk – à l’aide de désinformation et de mensonges éhontés. Maikan et son bras droit Stéphane Roch sont les seuls à connaître leurs combines, afin de prendre le contrôle financier de « La Meute Inc. ».

z4b Cayer2

Johane Cayer reçoit l’appui des ex-dirigeants Patrick Beaudry et Éric Proulx, qui confirment que tout ce qu’elle dit est vrai :

 

 

z4c Cayer5e

z4c Cayer5j

 

La Meute est en purge constante

La crise actuelle avait démarré alors que le Conseil faisait encore preuve d’un autoritarisme aveugle, contrôlant les contacts FB de tous les membres, leur interdisant d’être amis avec telle ou telle personne :

z5 Cayer6a

 

Il paraît que la direction meutonne est rendue pire que le gouvernement, les antifascistes et moi-même, c’est tout dire :

z5b Cayer6e

z1 caricature
Il s’agit d’une image de leur site officielle, vive Hitler!

Ce qui ressort le plus des témoignages de Mme Cayer, c’est la structure sectaire et oppressive du groupe d’extrême-droite. Après avoir passé deux ans à se donner corps et âme, elle réalise qu’au bout du compte, toutes les énergies sont dépensées dans les purges internes (ils appellent ça de la « dératisation », une chasse aux rats) plutôt qu’à s’occuper d’une soi-disant islamisation du Québec, ce pour quoi La Meute n’a jamais rien fait de constructif, à part persécuter des personnes racisées par-ci, par-là :

z5c Cayer7c secte

z5d Cayer7c vraie menace

 

 

z1 sainte-sophie

z5f Cayer7d purge dératisation

Sur le plan tactique, Johane Cayer révèle également que la direction est outillée d’une dizaine de pages Facebook afin de fomenter et mettre à exécution leurs purges, par mille et un moyens crapuleux :

z5e Cayer7cz

z5g Cayer8a dizaine de pages à traquer les traîtres

 

z5g Cayer8a2

Dans un énième témoignage, elle explique que c’est exactement comme dans les documentaires où des femmes « sont prises dans des sectes ». En dehors de sa secte, elle est si détruite qu’elle n’arrive plus à manger :

z5h Cayer9b exactement une secteb

 

En dernière analyse, j’aimerais rappeler que Johane Cayer, alias Jo Caya, a été au cœur du leadership de La Meute depuis sa fondation. Elle reçoit aussi les appuis de l’ex-gourou et #1 du groupe, Patrick Beaudry, ainsi que d’Éric Proulx – ancien #2 et gourou tout-puissant au Saguenay – qui avait pourtant fait partie du coup d’État contre ce même Beaudry.

La Meute est une organisation fascisante, tout aussi toxique pour ses membres que pour le reste de la société.

Roméo Bouchard, apôtre de l’intolérance

Roméo Bouchard est cette sorte de héros de la gauche, qui méprise la gauche. Il se perçoit comme un libérateur du peuple, mais cultive une vision si étriquée de ce qu’est son « peuple », qu’il en vient à maudire la diversité et les inclusifs.

Pour les non-itinitiés.es, qui est M. Bouchard? Il fut tout d’abord prêtre dans les années 60’, avant de défroquer et faire une maîtrise en sciences politiques. Militant écologiste, il deviendra agriculteur biologique et doit sa célébrité à la cofondation de l’Union paysanne – rivale écologiste de l’UPA – qu’il préside de 2001 à 2004.

1 roméo écologiste

Par la suite, M. Bouchard ajoutera à ses combats un travail actif pour « la Constituante », c’est-à-dire qu’il rêve « d’une Assemblée constituante citoyenne et représentative mandatée pour proposer une première constitution pour le Québec et permettre ainsi au peuple québécois de reprendre le contrôle des décisions qui le concernent ».

Jusque-là, son parcours paraît sans tache, un véritable progressiste souhaitant redonner le pouvoir au peuple tout préconisant un sain mode de vie.

Mais le parti politique qu’il fonde, La Coalition pour la Constituante (2012), critique des « élites », changera de nom, puis glissera peu à peu vers l’extrême-droite, lorsqu’il tombera aux mains d’Yvon Simard, Rambo Gauthier.

Si Roméo Bouchard n’est plus impliqué dans le parti depuis des années, on observe toutefois une évolution constante de son propre discours, se refermant dans l’identitarisme. La Constituante devient pour lui un moyen de renverser le « multiculturalisme » ambiant, de redonner le pouvoir aux régions contre l’influence des méchantes villes, des jeunes, des intellectuels inclusifs et de la modernité.

1a jean gladu artiste

 

L’aut’gauche

Le nouveau combat de Roméo Bouchard – qui semble fortement influencé par l’oracle Mathieu Bock-Côté – est de scinder la gauche en deux, par son mouvement intitulé « L’aut’gauche ». Ce bock-côtisme de gauche a tendance à voir chaque revendication de groupes de défenses comme étant la manifestation de la main du méchant multiculturalisme canadien. Quelques passages de son manifeste co-signé dans Le Devoir:

1b

1b2

1b3

Bock-Côté sera le premier à applaudir cette démarche, ajoutant qu’on devrait se débarrasser, tant qu’à y être, de l’étiquette de gauche, qui lui semble désuète :

1a MBC clivage gauche droite

Déjà que la gauche politique peine à percer au Québec, les grands partis occupant presque tout l’espace médiatique, M. Bouchard plaide ainsi pour une plus grande marginalisation de Québec solidaire, qu’il décrit comme « multiculturaliste ». Ses posts s’attaqueront désormais à Gabriel Nadeau-Dubois, Jagmeet Singh (chef du NPD) et Valérie Plante (mairesse de Montréal), entre nombre d’images de « voile intégral ».

Ajoutons qu’il est suivi par plus de 5600 sympathisants.es sur Facebook, son influence est réelle.

 

Inspiré par Che Guevara

Depuis aussi loin que je le connais sur Facebook, en 2015, Roméo Bouchard se comporte tel un Zeus qui crache la foudre lorsqu’il est question de la diversité. Sur mon mur, quand une amie tente d’ouvrir un dialogue pour lui demander d’être plus ouvert à l’accueil des réfugiés syriens, il la retire de ses contacts FB. Quand une autre lui demande des explications, il lui dit méchamment de se taire, remettant en cause son intelligence :

2 bouc se taire

Puis lorsque mon ami Éric Raif Dubois intervient, il le soupçonne d’être un musulman en raison de son nom et se met à se réclamer inopinément de Che Guevara, Mao Tsé Toung et le FLQ (?) :

2 bouc vs raif2

 

L’ami en question lui rétorque qu’il porte simplement le nom de Raif en solidarité pour Badawi, M. Bouchard est rassuré…

2 bouc vs raif3

 

Islamophobie larvée

Bouchard est si énervé contre la gauche inclusive, qu’il va jusqu’à parler de « fascisme de gauche » :

2 facho de gauche2 confusionnisme

Cette semaine, il s’est brusquement cabré contre l’annonce d’une candidate solidaire – mon amie Ève Torres – qui se présentera à l’investiture de Mont-Royal—Outremont, alors qu’elle porte le hidjab. Une femme voilée, c’est la fin du monde!

3a point de bascule

Pour appuyer ses pires craintes, il citera et partagera un billet de « Point de bascule », le site raciste et conspirationniste bien connu :

3aa point de bascule

Selon Roméo Bouchard, l’arrivée d’une seule femme portant le hidjab – reconnue pour être féministe d’ailleurs – serait le symptôme de ce qui met en danger la nation québécoise, vouée à « la disparition », rien de moins :

3b arrêt disparition

Pour montrer le peu d’empathie qu’il réserve aux femmes musulmanes, il avait déjà reproché à l’une d’elle de se plaindre d’être injuriée et persécutée, car elle n’a qu’à enlever son voile au lieu de se lamenter, concluant « on ne rend service à personne à se voiler les yeux » :

3c mon voile et moi

Dans la même veine, à propos du terroriste Alexandre Bissonnette, il déclare que c’est l’islam qui est la cause de toutes ces « tensions culturelles » dans la société québécoise, au lieu de plaider l’ouverture et la tolérance:

3e bissonnette faute de l'islam

Valérie « Laplante » et le charmeur de serpents

Parmi ses autres cibles favorites, se trouve Valérie Plante, qu’il conçoit être une autre terrible multiculturaliste. Pire encore, il incarnerait « la trahison de nos élites ».

4a laplante
(il commence par l’appeler Laplante, puis se ravise)

4b laplante2

 

Il s’en prend aussi fréquemment à Jagmeet Singh, autre menace à notre fragile identité québécoise. Ça l’air que la vue d’un turban provoque une « commotion dans notre cerveau politique » :

5 vs singh

 

Pour finir, j’estime que la nouvelle croisade de Roméo Bouchard s’avère la moins noble de son long parcours, qui avait été louable jusqu’alors. Ses nouvelles envolées anti-inclusives, anti-QS et anti-gauche le rapprochent de plus en plus de courants qui vont dans le sens d’un repli identitaire à la Bernard « Rambo » Gauthier.

Espérons qu’il va délaisser cette lutte indigne et xénophobe pour revenir à ses anciennes préoccupations progressistes.

Scandale à Montréal : Bock-Côté a entendu du bruit

Beaucoup de choses énervent Mathieu Bock-Côté dans la vie : le multiculturalisme, les réseaux sociaux, les féministes, les lobbies LGBTQ+, la Commission des droits, les trans, les antiracistes, le cours ECR… Bref, tout ce qui ne se plie pas à son idéal identitaire d’homme blanc privilégié de tradition chrétienne.

Dans une chronique récente publiée sur sa page Facebook, MBC ajoute une nouvelle cible à sa longue liste : les jeunes d’aujourd’hui, qu’il qualifiera de « nouvelle barbarie ».

Pour comprendre sa logique conservatrice, référons-nous à une sortie à Tout le monde en parle, en 2012, où il expliquait pourquoi le « multiculturalisme » est son cheval de bataille :

« Je parle d’une idéologie qui est l’inversion du devoir d’intégration. Dans les sociétés occidentales, jusqu’à tout récemment, c’était la vocation du nouvel arrivant de prendre le pli de la société qu’il rejoignait, c’était normal, (…). Aujourd’hui, par mauvaise conscience et par « politiquement correct », c’est la société d’accueil qui décide de transformer ses institutions pour être sûre de jouer à l’ouverture maximale. Je crois qu’on en est venu à confondre « ouverture à l’autre » avec le « reniement de soi » ».

mbc tlmep4

 

MBC agressé sur Parc

L’intellectuel Bock-Côté perçoit ainsi toute différence dans un entourage comme étant une atteinte à son identité. Lors d’une marche courageuse sur l’avenue du Parc à l’heure du souper, il a fini par croiser trois jeunes qu’il a immédiatement catalogués comme étant extérieurs à la « société » qu’il chérit :

z2 MBC2 - Copie

Quelque chose l’énerve au plus haut point, mais il ne sait même pas quoi :

z3 MBC2 - Copie

Si la musique résonne si fortement, pourquoi ne l’a-t-il pas entendue avant? Personnellement je réside à Montréal depuis toujours et je n’ai jamais eu à me plaindre de trucs semblables. MBC appliquera son pattern anti-multiculturaliste aux événements les plus anodins :

z4 MBC2 - Copie

En d’autres termes, ce petit trio, minoritaire, occupe tout « l’espace public » par leur musique envahissante et leur look antisocial. De vrais punks, des anarchistes! Ou pire, des rejetons du multiculturalisme…

Bock-Côté semblera particulièrement offensé de s’être fait dominer ainsi par une quidam qui jouit du malaise qu’elle provoque. La « politesse » deviendra un obstacle à son désir de vengeance :

z5 MBC5 - Copie

Conclusion : cet acte isolé, grossi à la puissance 1000 par un MBC intolérant, serait le symbole de la « nouvelle barbarie », rien de moins :

z6 MBC3 - Martineau
(Évidemment Martineau a trouvé ça très fort)

 

Les commentaires

Les fans de MBC crieront au génie, comme à l’accoutumée, car les brutes seraient presque la norme de nos jours. Ils sont même menaçants et armés de pistaches :

z7a MBC4

z7a pistaches

Si certains ont peur de la jeunesse, d’autres pensent qu’on devrait les battre comme dans le bon vieux temps :

z7c MBC5b

Un autre y ajoute des accents racistes :

z7d rap de merde

Il y a même un Français qui estime que les fines analyses sociologiques de MBC valent aussi pour sa contrée :

z7e pareil en france

Heureusement, à l’autre bout du spectre, il y a des commentaires qui remettent en cause les obsessions du chroniqueur :

z8 MBC5a

Une autre relève une incohérence dans le texte, qui évoquait les « ghetto blasters » d’il y a 25 ans :

z8a MBC5c

Je laisse le mot de la fin revient à ce contradicteur de MBC, qui y voit une attitude classiste et méprisante :

z8b détracteur

 

Merci encore à Alex Fatta pour sa caricature originale :

z9 Caricature d'Alex Fatta - Copie

Les théories du complot autour d’Alexandre Bissonnette

Le 29 janvier 2017, Alexandre Bissonnette perpétrait un acte terroriste contre la Grande Mosquée de Québec, visant à éliminer le plus grand nombre de musulmans.es possible. L’acte était prémédité, et l’on dit qu’il aurait fait du repérage sur les lieux quelques jours avant l’attentat.

Ç’aurait pu être encore pire : une arme semi-automatique qu’il avait en sa possession se serait heureusement enrayée.

Bissonnette plaide finalement coupable, ce qui évitera la tenue d’un procès. S’il a écrit une lettre pour s’excuser envers les familles, sa déclaration laisse croire qu’il vit toujours dans une bulle : « Je ne suis ni un terroriste ni un islamophobe. Plutôt, je suis une personne qui a été hantée par la peur » (pourtant, « islamo-phobie » = crainte irrationnelle de l’islam).

Est-il entré dans une mosquée par hasard? Deux jours avant l’attentat, Bissonnette publiait sur sa page Facebook une image de templier en train de prendre d’assaut des musulmans – référent habituel des forums anti-islam :

 z2 Bissonette templier
« Hallelujah! »…

 

Malgré les faits évidents, il se trouve bien des gens pour faire preuve de déni, surtout du côté des islamophobes.

Parmi les tenants du conspirationnisme, on trouve des militants.es de groupes d’extrême-droite (La Meute, Révolution PTRK, etc.), puis des personnes non-affiliées s’exprimant sur les réseaux sociaux, mais aussi des influenceurs plus médiatisés tels que Djemila Benhabib, Dominic Maurais, Sophie Durocher et Fatima Houda-Pepin, qui espèrent toujours des thèses alternatives (nulle surprise, car ce sont des auteurs et autrices dont l’islamophobie est souvent le fonds de commerce).

Bien sûr, les radios-poubelles ne sont pas en reste :

z1 maurais live

 

Thèse des deux tireurs

Peu après l’attentat, alors que la poussière n’était pas encore retombée, des médias ont rapporté un témoignage (unique) selon lequel un deuxième « homme cagoulé » était sur place, et aurait crié « Allahu Akbar » (« Dieu est grand »), avec un accent québécois. Parallèlement à ça, les policiers attrapaient un deuxième suspect Mohammed Belkhadir (parfois nommé erronément Khadir) qui aurait fui en voyant les policiers.

Bien que les policiers relâcheront M. Belkhadir le jour-même, précisant qu’il s’agit d’un témoin et non d’un suspect, les conspirationnistes s’accrocheront à la première impression. Pour eux, il faut absolument qu’un arabo-musulman soit impliqué.

z2a homme au teint foncé

z2b étrangers arabes

Oui, pour eux, ces arabo-musulmans (incluant les six victimes) sont des sous-humains qui ne méritent aucune sympathie :

z2a

Afin de sauver leurs préjugés les plus racistes, ils se mettent rapidement à tisser des théories du complot à partir d’éléments narratifs infondés et n’ayant pas de liens entre eux. Voici une version assez courante du récit, calquée vaguement sur des rumeurs au sujet du tueur d’Orlando, en Floride :

«  Alexandre Bissonnette avait un amoureux secret, arabo-musulman, soit « Mohammed Khadir ». Ils entretenaient une torride relation secrète étant donné que l’homosexualité serait proscrite par l’islam. Au bout de 6 mois, le père de Mohammed aurait appris le terrible secret et aurait voulu mettre fin à leur relation. Alexandre, fou de rage, se serait rendu à la Grande Mosquée où se trouvait le père en question, pour tuer le plus de gens possible. « Khadir » a tenté d’arrêter Alexandre ou était carrément complice ».

Il existe plusieurs variantes de ce récit. Les conspirationnistes ont par exemple essayé de greffer à l’histoire un professeur de l’Université Laval qui est mort durant la tragédie. Ce prof enseignait toutefois en agriculture, il n’avait aucun lien avec Bissonnette. Cette donnée fut donc rejetée de l’équation, pour que la supercherie ait l’air crédible.

z3 andré arthur

À l’émission 100% Normandeau, l’animateur-poubelle André Arthur avait apporté de l’eau au moulin des adeptes du complot, en affirmant que « dans les milieux relativement informés, on commence à parler de drame passionnel. Un ptit chum chez les musulmans. Que Bissonnette se serait fait dire de laisser tranquille parce que le papa voulait pu qu’il sorte avec (…). Cette rumeur qui rôde autour des milieux policiers » (7 février 2017).

Cette version restera imprégnée dans les esprits :

z3b amour passionné

 

À l’extrême-droite

Les islamophobes tiennent donc à expurger l’aspect raciste de l’événement. Bissonnette se serait vengé d’une cruelle injustice. Il est la « victime » d’un drame humain. Il est même victime d’une religion si barbare qu’elle empêcherait l’expression des amours interdits :

z3c gays

Mais en fin de compte, la narration porte en elle-même des aspects islamophobes et homophobes, car on se fonde sur des préjugés à tort et à travers pour refuser la portée idéologique de l’acte terroriste. Le militant de droite radicale Erik Grenier – membre du groupe Révolution PTRK, né d’une scission au sein de La Meute – a fait circuler une image bidon des soi-disant amoureux, qui a connu un vif succès dans la fachosphère :

z4a erik grenier.PNG

z4a une victime

À l’extrême-droite, Bissonnette n’est pas qu’une « victime », sa figure prend souvent la forme d’un authentique « héros », se tenant debout face à l’ « invasion musulmane ». Ce Meuton demande ainsi la libération du meurtrier :

z4b richard boudreault admin Meute

Cet autre activiste de La Meute souhaitait un nouveau carnage en début d’année :

z4c mickeymike-1

 

Derrière chaque « loup solitaire » se trouve une meute

Le carnage, motivé par la haine de l’islam, s’inscrit dans l’idéologie d’une époque. Même si Bissonnette n’appartenait pas à un groupe haineux organisé, les commentaires méprisants abondent sur le web. Le jeune homme a pu se radicaliser de tous côtés.

Les tribunes anti-islam sont innombrables. Tous les « haters » se défoulent. Il existe par exemple le groupuscule « Lutton contre l islam et le troriste », où Bissonnette est adulé :

z5 weird2

z5b weird1

D’autres pages sont mieux structurées et les rendent encore plus inquiétantes, telles « Québécois debout contre l’islam radical » appuyée par plus de 34 000 « likes ».

z6a
Nous verrons qu’ils s’opposent à l’islam tout court, bien entendu

À propos d’Ayman Derbali, des membres de « Québécois debout » vont jusqu’à se plaindre qu’il ne soit pas mort sous les balles de Bissonnette.

Comme le rappelle la page « Vigile RS sur la tolérance », M. Derbali a été « le héros de la mosquée de Québec, ce père de famille qui a survécu malgré 7 balles du tireur, mais qui est resté tétraplégique… » :

z6c
Daigneault souhaite davantage de massacres…

Peu importe où s’abreuvait le tueur, ce ne sont pas les choix qui manquent, ni en français ni en anglais. On sait qu’il tenait souvent des propos anti-immigration et anti-féministes – il aurait pu aussi bien s’attaquer à des femmes? – qu’il admirait Donald Trump, Marine Le Pen, et l’armée israélienne.

Si l’on parcourt la liste des pages qu’il « aimait » sur Facebook, on peut voir que ses préférences étaient assez éclectiques, notamment le Parti québécois au provincial, mais le NPD au fédéral? J’ai fait le tri des pages qui peuvent être pertinentes d’un point de vue idéologique, en éliminant celles ayant trait au loisir et à la consommation (p.ex. musique, jeux vidéos, boissons gazeuses):

z7 alexandre_bissonnette-likes-idéologiques
(Liste complète ici)

Parmi les découvertes, Bissonnette semble admirer Jean-Paul II et autres leaders chrétiens (William Lane Craig, Edward Feser, etc.), ce qui a fait dire au média Patheos qu’il s’avère être un « terroriste chrétien ».

On pourrait difficilement spéculer sur ses influences exactes, car les discours anti-islam sont de plus en plus répandus. Comme l’a mesuré la spécialiste Barbara Perry, la plus grande menace, au Canada, ne vient pas de l’ « islamisme radical », mais bien davantage de l’extrême-droite :

z8 Barbara Perry1

Pour des élections non-discriminatoires : entretien avec Éric Émond

Cette semaine, un collectif a fait publier une lettre ouverte dans Le Devoir pour s’insurger contre le fait qu’on permettra désormais que des citoyens.nes puissent se porter candidats même s’ils portent des couvre-chefs pour des raisons religieuses (hidjabs, turbans, kippas, etc.).

D’après le collectif, on « mine le long cheminement vers la laïcité de l’État », rien de moins. La laïcité doit-elle être synonyme de discrimination envers celles et ceux dont l’appartenance religieuse est plus visible que d’autres?

z2

Pour répondre au collectif, j’ai pensé y aller sous forme de dialogue avec Éric Émond – chef du parti CINQ – qui fut l’un des premiers instigateurs de la démarche visant à permettre à toutes et à tous de participer aux élections provinciales.

 

XC : Bonjour M. Émond, depuis 1989, pour plusieurs, il n’est plus possible au Québec de se présenter aux élections provinciales, en raison d’un règlement stipulant que l’on doit fournir une photographie obligatoire à « tête découverte ». Comment s’est enclenché le processus de contestation de cette règle?

Émond : C’est parti d’un meeting, fin 2017, auquel participaient tous les « partis émergents » de la scène provinciale. Le chef du Parti vert, Alex Tyrrell, avait demandé au président si le règlement était toujours en vigueur, car l’une de ses candidates (Fatimata Sow) avait dû renoncer à se présenter en 2014, à cause de la photo.

J’ai alors posé 4-5 questions au président Pierre Reid, car j’estimais que ça contrevenait à la Charte des droits et libertés. En plus ça pourrait discriminer autant les personnes qui se couvrent la tête pour des raisons religieuses que médicales.

 

XC : Pourquoi une personne voilée (avec un simple hidjab) ne pourrait pas se porter candidate? C’est partout comme ça?

Émond : Absolument pas, le pire c’est que même au Québec, quand il y a les élections municipales ou fédérales, il n’y a pas cette clause-là.

 

XC : Il me semble que l’aspect discriminatoire est évident. Par exemple un gars comme Jagmeet Singh ne pourrait pas se présenter, lui qui est rendu chef du NPD, ainsi que cinq députés fédéraux, dont le ministre de la Défense.

Émond : Imaginez si une candidate merveilleuse comme Malala Yousafzai – prix Nobel de la paix – était bloquée juste à cause d’un signe religieux. Et surtout c’est contre la Charte des droits et libertés.

 

XC : Comment ont réagi les grands partis politiques, ont-ils participé activement au processus?

Émond : C’est d’abord Alex Tyrrell et moi qui avons démarré les démarches, en contactant Ève Torres de Québec solidaire (et impliquée dans l’organisme LaVOIEdesfemmes). Elle a ensuite fait un travail formidable pour faire avancer le dossier auprès de la Commission des institutions et du DGEQ.

 

XC : On entend Jean-François Lisée affirmer que ce sera aux électeurs de décider. Mais on ajoute aussitôt que « le Parti québécois ne croit toutefois pas qu’il aura de tels candidats dans ses rangs étant donné l’existence d’une politique interne qui commande la réserve sur le port de signes religieux » (Le Devoir, 13 mars).

Émond : On ne peut pas attendre grand-chose de Lisée qui a surpassé Alexandre Cloutier (dans la course à la chefferie) en jouant la carte de la peur des musulmans. Il était 15 points derrière Cloutier et, en misant là-dessus, a terminé plus de 15 points devant…

 

XC : Maintenant que le règlement a été adopté à l’unanimité de tous les partis et entrera en vigueur le 22 mars, un collectif crie au non-respect de la laïcité. Les signataires y voient une reddition devant les intégristes :

z3 intégristes

Émond : Totalement absurde! C’est Alex Tyrrell et moi qui avons parti ce bal-là. On cède devant les intégristes? AUCUN groupe religieux n’est intervenu. On défend la Charte des droits et libertés pour tout le monde et ça inclut Mme Benhabib et les autres.

 

XC : En lisant sur les revendications de ce « Rassemblement pour la laïcité », on remarque qu’il prône l’interdiction des signes religieux dans toute la fonction publique et même pour les enfants sur les bancs d’école :

z4 interdiction chez les enfants

Émond : Ils propagent l’intolérance et l’incompréhension de l’autre. On doit vivre avec autrui, en connaissant son voisin. Pour faire avancer l’acceptation, il faut fréquenter des écoles multiculturelles (quand c’est possible), ça ouvre l’esprit et ça fait disparaître les peurs infondées (terrorisme, gangs de rue, etc.).

 

XC : Aviez-vous rencontré d’autres opposants.es durant le processus?

Émond : Pas du tout. Ce sont eux seulement, ils sont venus en retard et j’en reviens pas que Le Devoir les ait publiés.

 

Pour la liste des signataires de la fameuse lettre ouverte:
signataires2

Le Journal de Montréal à la défense des hommes blancs hétérosexuels

Prenant prétexte d’un fait divers, un escadron de chroniqueurs du Journal de Montréal s’est encore une fois rué à la barricade afin de venir en aide aux pauvres « hommes blancs hétérosexuels » injustement malmenés par les féministes et antiracistes d’aujourd’hui…

Mardi, un dossier spécial est ainsi annoncé à la une : « Sommes-nous coupables d’être des hommes blancs? ». Martineau et Facal, deux droitistes privilégiés, se prononceront. Tout un débat en perspective…

Mathieu Bock-Côté ajoutera son grain de sel, tandis que Sophie Durocher écrivit deux chroniques sur le même sujet, tellement elle ne pouvait rater l’occasion de casser du sucre sur le dos des féministes.

Que s’est-il passé de si catastrophique?

L’histoire à l’origine de cette pseudo-crise est assez banale : le chanteur Louis-Jean Cormier avait affirmé dans un premier temps (dans La Presse+ du samedi) qu’il ne croyait pas qu’il fallait imposer la parité hommes-femmes dans les grands festivals de musique, les choix artistiques étant plus fondamentaux selon lui. Après s’être fait rabroué par quelques amies, Louis-Jean Cormier changea son fusil d’épaule :

z2 cormier1 j'ai l'air de

Le « mea-culpa » de Cormier découle d’une décision libre et personnelle comme il le dit dans son statut. Il croit avoir fait une bourde, juste après la Journée internationale des femmes par surcroît. Mais il faut croire que certains n’ont pas aimé qu’il admette avoir « l’air d’un gros mononc débile et arriéré », certains se sont peut-être sentis visés.

 

Martineau le révolté

Pour Richard Martineau, on ne devrait jamais chercher à comprendre quels avantages l’on pourrait tirer du fait d’être « un homme blanc hétérosexuel » (citation d’un passage de Cormier). Voici le titre de sa chronique :

z2a
(l’ennemi « numéro un » étant l’homme blanc hétéro)

Au lieu de reconnaître que les femmes, les personnes racisées et les minorités sexuelles et de genres subissent des discriminations, Martineau se réfugie dans un argumentaire simpliste visant à prouver que bien des blancs privilégiés souffrent eux aussi :

z2b les hommes blancs souffrent

Le problème avec son argumentaire, c’est que (1) les personnes discriminées sont « sur-représentées » dans ces différentes sphères, même si nous avons tous les mêmes qualités à la naissance, les personnes discriminées se retrouveront avec davantage d’obstacles sur leur chemin. Et (2) si des hommes blancs hétérosexuels se trouvent parfois dans la misère eux aussi, ce n’est pas à cause des minorités ou des personnes qui réclament l’égalité. Ils ne vivent pas le racisme ni le sexisme systémique.

Ce qui fait de Martineau un réactionnaire, c’est qu’il est convaincu qu’un tel état de fait inversé existe, à cause des maudits gauchistes :

z2c racisme anti-blanc et sexisme anti-homme

z2d martineau durocher

 

Facal et le multiculturalisme

Pour Joseph Facal, tout est la faute du « multiculturalisme » canadien. Celui-ci forcerait l’homme blanc au silence :

z3
(tellement que ces chroniqueurs se déchaînent à l’année longue contre le « multiculturalisme » du haut des plus belles tribunes…)

Facal s’intéresse au cas spécifique d’une députée fédérale qui a reproché au conservateur Maxime Bernier d’avoir condamné le terme « Canadiens racisés ». Bernier a jugé que cela était une forme de racisme inversé qui divise les Canadiens (Lise Ravary a d’ailleurs répliqué dans le Journal de Montréal en soutenant elle aussi que « l’antiracisme est un racisme »).

Joseph Facal ne mâche pas ses mots :

z3a antiracisme raciste et multiculturaliste

z3b antiracisme raciste

De quoi parle-t-il? Les discriminations sont une réalité sociale. En tenir compte est faire preuve de lucidité et d’humilité.

 

Durocher et la castration

Du côté de Sophie Durocher, elle fustige sévèrement Louis-Jean Cormier, l’accusant d’avoir retourné sa veste. À l’entendre parler, le pauvre Cormier aurait subi une véritable castration de la part des méchantes féministes :

z4 sermon2 castréz4 sermon2 castré3

z4 sermon2 castré2

Dans sa brillante chronique, Durocher pointe ainsi du doigt « nos féministes », qu’elle nomme aussi « les inquisitrices du Plateau », secondées par les « Donneurs de leçon du Mile-End » (quessé ça?) :

z4d Plateau et Mile End

Bref, elle semble surtout furieuse des mots employés par M. Cormier, qui affirme s’être senti comme un « mononc débile ». Après tout, les positions anti-parité sont fréquemment entendues dans les pages du Journal de Montréal :

z4e mononc débile arriéré

z4e mononc débile arriéré2

z5 MBC Péladeau

Bock-Côté contre l’égalitarisme

Quant à MBC, il utilise un discours victimaire comme si les hommes blancs souffraient à notre époque, en raison des deux grands courants « médiatiquement dominants », l’antiracisme et le féminisme :

z5a antiracisme haineux et contris

Où a-t-il pêché qu’il s’agissait d’idéologies dominantes? Ni les médias, ni la classe politique, ne sont particulièrement « gauchistes » au Québec. Les médias sont toujours trop progressistes au goût des réactionnaires. MBC perçoit les féministes comme étant trop présentes et trop puissantes dans l’espace public :

z5b féminisme radical policière

À noter aussi que M. Bock-Côté qualifie ce féminisme ordinaire de « féminisme radical »  – où ça des féministes radicales? La chanteuse Laurence Nerbonne et les Sœurs Boulay? – et qualifie l’anti-racisme de « racisme haineux ». Cette stratégie de diabolisation lui permettra de ne pas passer pour un antiféministe ou un raciste.

En vaillant combattant conservateur, MBC réprimande Cormier pour avoir fléchi sous la pression. Il n’a pas de « colonne » et s’est livré à une autocritique « délirante », donc insensée :

z5c féministes radicales et sermon1

 

En conclusion, on peut remarquer l’étonnante harmonie musicale entre tous ces choristes chantant le mépris de la justice sociale. On croirait n’entendre qu’une seule voix, tant il y a concordance d’un texte à l’autre. Une chance que les médias dominants sont vendus au progressisme…

Québec et l’extrême-droite italienne

En Italie, quatrième puissance économique d’Europe, les partis d’extrême-droite connaissent un fort gain de popularité grâce aux vagues xénophobes anti-migrants. Le phénomène excite quelques-uns de nos groupes racistes locaux, d’autant plus qu’ils ont tissé des liens avec l’Italie au cours des dix dernières années, berceau historique du fascisme.

Au centre de cette toile se trouve la Fédération des Québécois de souche (FQS), véritable organisatrice « culturelle » des échanges entre groupuscules québécois et idéologues européens.

Dans une sortie récente, la FQS espère la victoire du néofascisme, mais craint que le controversé Silvio Berlusconi s’avère un « boulet » dans cette marche vers la « reconquête » identitaire :

z1b fqs élections italie

 

Casapound, un modèle pour néofascistes québécois

La FQS jette en fait son dévolu sur une formation ouvertement « fasciste » nommée Casapound Italia. Par deux fois elle a invité des représentants à venir présenter leurs idéologies lors de conférences à Québec (2015, 2016).

C’est en imitant ce modèle qu’Atalante Québec a été formé entre-temps en fédérant plusieurs groupuscules de boneheads néonazis. Atalante soutient d’ailleurs explicitement leurs « amis » de Casapound sur Facebook :

z2a Atalante Casapound1

Des dizaines de partisans de Casapound ont « liké » le statut qui fut aussi partagé par leur organisation :

z2b Atalante Casapound3

Qu’est-ce que Casapound? Il s’agit d’un mouvement rassemblant plus de 5000 dévots.es répartis dans une centaine de villes d’Italie. Ses membres prônent un modèle socio-économique indépendant de l’État, qui aurait tendance à négliger les « de souche », en particulier ceux des classes populaires.

Les partisans de Casapound affectionnent tout spécialement les rassemblements où l’on peut déployer des saluts fascistes en public :

z2c 7 janvier à Rome
(L’usage de ce salut est puni par la loi en Allemagne et en Autriche, mais pas en Italie).

Casapound est né de l’occupation d’un immeuble à Rome, en 2003, qui deviendra leur quartier général. 23 familles y sont relogées. Les premiers occupants avaient baptisé l’immeuble « casa » pour maison, et « Pound » en l’honneur du poète américain Ezra Pound, qui admirait tellement le fascisme qu’il était allé s’installer en Italie (1924 à 1943) durant les belles années de Mussolini.

z2d quartier général

Le mouvement Casapound essaie de contenir de nombreux paradoxes, du fait qu’on a intégré les idéaux « socialistes » de logements appartenant à tous, d’une monnaie alternative et d’une banque parallèle sans but lucratif, de la distribution de denrées aux sans-abris, des médecins bénévoles qui offrent des soins gratuits, etc. Leur pseudo-socialisme ne vaut toutefois que pour les Italiens pure laine.

z2e Casapound2
(voir l’excellente courte vidéo sur le mouvement Casapound)

 

Premiers échanges avec Casapound

Un des premiers fervents québécois de Casapound semble avoir été Maxime Taverna, leader du groupuscule d’extrême-droite La Bannière Noire. D’après des sites antiracistes, son groupe musical Trouble Makers aurait eu une émission de radio sur la chaîne de Casapound, « Radio Bandiera Nera » (RBN).

Dès septembre 2007, on pouvait voir cette annonce d’une performance de Trouble Makers sur les ondes de RBN :

z3 Bannière noire Taverna2

Quant à Maxime Taverna lui-même, il s’affiche avec le t-shirt du groupe musical officiel de Casapound, Zetazeroalfa :

z3 Bannière noire Taverna

Devenant le chef de La Bannière Noire (fondée en 2012), ce n’est sûrement pas un hasard s’il s’agit de la traduction littérale de « Bandiera Nera » en français, chaîne radiophonique de Casapound.

C’est donc cette même Bannière Noire qui organisera une conférence de Casapound au Québec, en février 2015, avec la collaboration de la Fédération des Québécois de souche (FQS) :

z4a casapound1

z4b casapound3
(le Blocco Studentesco est une association étudiante, sorte de club-école de Casapound. Le logo de ce dernier est une tortue, car elle porte sa « maison » sur son dos).

À noter que d’après d’autres sources antiracistes, Maxime Taverna aurait formé son jeune protégé Félix Crusson, qui l’a ensuite suivi à la Bannière Noire et même au sein de l’équipe de la FQS, où ils contribueraient à la revue de propagande, Harfang. On peut apercevoir ici Crusson en Europe, en compagnie d’un membre de Casapound d’origine ukrainienne (d’ailleurs lié au Bataillon Azoz, milice d’extrême-droite) :

z5 félix crusson Casapound
Crusson, à gauche, le milicien, à droite. Les deux brandissent le drapeau de Casapound.

 

Atalante et la FQS

Au cours des dernières années, la Bannière Noire semble s’être effacée au profit d’Atalante Québec, qui a notamment fédéré les Québec Stompers, le plus important groupe bonehead de Québec.

Comme le porte-parole d’Atalante l’affirma en entrevue, les voyages culturels entre Québec et l’Italie sont monnaie courante chez leurs militants.es :

« Atalante est née il y a environ trois ans, lorsqu’un groupe d’amis pris conscience du mouvement politique grandissant de plus en plus actif en Europe, bâtissant des projets idéalistes et mettant en pratique des actions sérieuses. Quelques-uns parmi nous (…) ont visité Rome et en sont revenus très motivés par leur expérience auprès de Casapound (…). Nous avons eu de nombreux militants qui sont d’ailleurs allés à la rencontre de Casapound en mai dernier, et nous y avons vu aussi un grand nombre de membres de Blocco Studentesco ».

Voici par exemple des images du leader d’Atalante « Raf Stomper » (chanteur de Légitime Violence), lors de pérégrinations en Italie :

z1a raf stomper en Italie
(Images tirées de cet article sur Atalante)

 

z5c raf italie1

 

Enfin, remarquons que le théoricien fasciste Gabriele Adinolfi, grand inspirateur des membres de Casapound, était de passage dans le quartier Limoilou, à Québec, en août 2016, pour éduquer les boneheads d’Atalante Québec :

 

z6a Adinolfi Limoilou
(Adinolfi accorda aussi une entrevue sur Casapound au magazine Harfang, organe de la FQS)

z6b Adinolfi Limoilou2

En conclusion, nous avons donc pu voir à quel point Atalante et la Fédération des Québécois de souche (FQS) sont des formations complémentaires, voire interreliées, et qu’elles font beaucoup d’efforts pour raccorder le Québec aux mouvements fascistes internationaux. Le cas Casapound en constitue un exemple frappant.