Dans un article sur Ricochet, je tentais une cartographie des principaux appuis politiques de La Meute, qui se révélaient être le parti Citoyens au Pouvoir (CAP) – dont Rambo Gauthier est le chef – et le Mouvement républicain du Québec, qui organise des colloques afin d’unir les nationalistes identitaires.

Ces deux appuis sont en voie de s’effondrer, pour des raisons distinctes : le premier vit une crise dans son équipe de direction (opacité décisionnelle et détournements de fonds), le deuxième en a marre d’être associé à La Meute et lui a tourné le dos.

 

Citoyens au Pouvoir : Rambo Gauthier

La raison d’être du parti CAP est de prôner la démocratie directe et une transparence absolue. Mais ces idéaux ne sont pas respectés par les dirigeants actuels, qui gèrent le parti comme s’il leur appartenait.

Parlons tout d’abord du chef Bernard «Rambo» Gauthier, aspirant premier ministre du Québec. Celui-ci avait admis, en août dernier, être membre de La Meute «depuis les tout débuts». Il ajouta: « la ligne de pensée de La Meute me rejoint» (11 août).

Son aveu n’a nullement ébranlé son statut au sein de CAP, puisque la grande majorité de leurs dirigeants sont également membres ou sympathisants de La Meute. Il peut donc se permettre des déclarations outrancièrement islamophobes comme lorsqu’il laissa entendre, cette semaine, que le président du Centre culturel islamique de Québec avait incendié sa propre voiture :

1 Rambo1

 

Sa réaction est odieuse quand on pense à tout ce qu’a subi M. Labidi depuis l’attentat meurtrier du 29 janvier, lors duquel il était présent. Mais Rambo Gauthier persiste et signe. Le lendemain, il appuya le commentaire d’un membre de La Meute affirmant que TOUS les actes haineux commis sur les musulmans sont perpétrés par eux-mêmes :

1a Rambo2

Rambo Gauthier a-t-il la légitimité morale pour se lancer en politique? Il semblerait que la question ne se pose même pas, car tout son passage à Citoyens au pouvoir ne serait que de la frime.

Selon un haut responsable de CAP avec lequel je me suis entretenu, Rambo Gauthier n’aurait aucun rôle dans le parti. Il ne sert qu’à donner de la visibilité à la formation grâce à sa notoriété. Son nom ne sert qu’à aller chercher des dons et son apport s’arrête là.

Bref, il ne connaît pas grand-chose à la politique et il serait erroné de croire qu’il se présentera aux prochaines élections, même s’il a prétendu le contraire. S’il se dit en « sabbatique » de la politique – lui qui n’a jamais rien fait – c’est uniquement pour éviter une éventuelle course à la chefferie.

 

Citoyens au Pouvoir : Yvon Simard

À la vérité, le véritable chef de CAP est Yvon Simard, qui a imposé sa mainmise sur l’exécutif du parti. C’est lui qui était allé chercher Rambo Gauthier en décembre 2016, puis il avait promu sa propre fille à l’exécutif afin de s’assurer d’un plein contrôle sur les prises de décisions.

Fier partisan de La Meute, on l’a notamment vu à la manif du 20 août à Québec, où il passa tout l’après-midi dans un brûlant parking souterrain :

3 Yvon Simard

Comme il favorisa le rapprochement du parti avec La Meute, personne ne lui reprocha sa présence à Québec, il fut même accompagné de Mario Roy, officiel de CAP.

Néanmoins, dans les jours qui suivirent, une véritable crise éclata au grand jour quand une membre de l’exécutif accusa Yvon Simard de fraude : selon les allégations, il aurait détourné plusieurs milliers de dollars en sa faveur, ce qui est énorme compte tenu du maigre budget du parti.

L’accusatrice, qui exige la destitution d’Yvon Simard, fut bloquée de la page Facebook du parti et tous ses codes d’accès lui ont été retirés sans qu’elle en soit avisée. M. Simard l’a bannie en dictateur, et il reçoit le soutien indéfectible du pantin politique qu’est Rambo Gauthier :

3b Rambo appuie Yvon

Humiliée et ayant reçu nombre de messages haineux, la dénonciatrice promet de s’en remettre à la Sûreté du Québec et possiblement à l’UPAC.

Le loup Mario Roy a également rendu sa démission et publia une série de trois vidéos déplorant l’autoritarisme d’Yvon Simard. Il reproche en outre à Yvon Simard de s’être entouré de deux nouvelles recrues agressives (fort appréciées dans les cercles xénophobes), soit Jean François Dubois et Sophie Robichaud :

3d fin

 

Ces loups voraces, se nourrissant de haine au quotidien, s’entre-dévorent désormais. On anticipe même la mort prochaine du parti :

3c fin

 

Le Mouvement républicain

Le Mouvement républicain (MRQ), lancé par M. Guy Boulianne en mai 2017, était l’autre grand pilier politique de La Meute.

Le but de cette organisation était d’organiser des colloques rassemblant divers intellectuels de droite nationaliste afin de mettre de l’avant la «république» québécoise de demain.

M. Boulianne avait prestement conclu un pacte avec les loups, tant d’un point de vue sécuritaire qu’idéologique : La Meute allait fournir des agents de sécurité pour leurs événements, tandis que le site officiel du MRQ vantait la pertinence et les valeurs de La Meute.

4
On peut apercevoir Boulianne, à gauche, serrant la main d’un loup, lors d’un BBQ de La Meute. L’alliance fut scellée durant ce meeting à Sainte-Sophie (27 mai).

 

Guy Boulianne était devenu membre en règle de La Meute, et André Pitre (alias Stu Pitt) – propagandiste en chef du groupe islamophobe – s’impliquait avec enthousiasme dans le MRQ.

L’alliance semblait solide, jusqu’à ce que Boulianne réalise que ses colloques devenaient de vrais casse-tête en raison de la présence des loups. En voici trois illustrations :

(1) Le premier colloque devait se tenir au Collège de Maisonneuve, le 17 juin. Devant le tollé médiatique, le cégep annula la réservation. Le colloque eut finalement lieu dans une écurie de Saint-Lazare, chez Mme Sophie Robichaud (oui oui, celle-là même qui est rendue une défenderesse de l’autoritaire Yvon Simard au parti CAP…):

saint-lazre

(2) Alors que Guy Boulianne préparait son deuxième colloque, il avait invité M. Lamine Foura, un intellectuel musulman, comme conférencier. Des sympathisants racistes de La Meute crièrent d’horreur en entendant la nouvelle et multiplièrent les menaces de boycott. L’invitation de M. Foura fut donc cancellée, au grand dam de l’organisateur.

(3) Le prochain colloque devait se tenir à Montréal, le 23 septembre, et promettait un autre beau festival de conférenciers blancs et nationalistes identitaires. La réservation de la salle fut toutefois annulée:

5 mrq annulé

Peu après, M. Boulianne décida de jeter la serviette : sur la page du MRQ, la généreuse section consacrée à La Meute disparut du jour au lendemain, puis M. Boulianne ne figurait plus parmi la liste officiel des loups. On semble avoir coupé les ponts!

Il ne faut toutefois pas trop se leurrer, car la page Facebook du MRQ est toujours fréquentée par de nombreux loups. On y partage toutes sortes de thèses réactionnaires, conspirationnistes et même des opinions de Jeff Fillion…

Le prochain colloque ne sera finalement qu’un entretien à trois, qui sera mis en ligne par vidéo-conférence. Le Mouvement bat de l’aile :

6f

Les errements vers l’extrême-droite, pour CAP et le MRQ, semblent voués à l’échec… et c’est tant mieux!

Une réflexion sur “La déconfiture des appuis politiques de La Meute

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s