Les théories du complot autour d’Alexandre Bissonnette

Le 29 janvier 2017, Alexandre Bissonnette perpétrait un acte terroriste contre la Grande Mosquée de Québec, visant à éliminer le plus grand nombre de musulmans.es possible. L’acte était prémédité, et l’on dit qu’il aurait fait du repérage sur les lieux quelques jours avant l’attentat.

Ç’aurait pu être encore pire : une arme semi-automatique qu’il avait en sa possession se serait heureusement enrayée.

Bissonnette plaide finalement coupable, ce qui évitera la tenue d’un procès. S’il a écrit une lettre pour s’excuser envers les familles, sa déclaration laisse croire qu’il vit toujours dans une bulle : « Je ne suis ni un terroriste ni un islamophobe. Plutôt, je suis une personne qui a été hantée par la peur » (pourtant, « islamo-phobie » = crainte irrationnelle de l’islam).

Est-il entré dans une mosquée par hasard? Deux jours avant l’attentat, Bissonnette publiait sur sa page Facebook une image de templier en train de prendre d’assaut des musulmans – référent habituel des forums anti-islam :

 z2 Bissonette templier
« Hallelujah! »…

 

Malgré les faits évidents, il se trouve bien des gens pour faire preuve de déni, surtout du côté des islamophobes.

Parmi les tenants du conspirationnisme, on trouve des militants.es de groupes d’extrême-droite (La Meute, Révolution PTRK, etc.), puis des personnes non-affiliées s’exprimant sur les réseaux sociaux, mais aussi des influenceurs plus médiatisés tels que Djemila Benhabib, Dominic Maurais, Sophie Durocher et Fatima Houda-Pepin, qui espèrent toujours des thèses alternatives (nulle surprise, car ce sont des auteurs et autrices dont l’islamophobie est souvent le fonds de commerce).

Bien sûr, les radios-poubelles ne sont pas en reste :

z1 maurais live

 

Thèse des deux tireurs

Peu après l’attentat, alors que la poussière n’était pas encore retombée, des médias ont rapporté un témoignage (unique) selon lequel un deuxième « homme cagoulé » était sur place, et aurait crié « Allahu Akbar » (« Dieu est grand »), avec un accent québécois. Parallèlement à ça, les policiers attrapaient un deuxième suspect Mohammed Belkhadir (parfois nommé erronément Khadir) qui aurait fui en voyant les policiers.

Bien que les policiers relâcheront M. Belkhadir le jour-même, précisant qu’il s’agit d’un témoin et non d’un suspect, les conspirationnistes s’accrocheront à la première impression. Pour eux, il faut absolument qu’un arabo-musulman soit impliqué.

z2a homme au teint foncé

z2b étrangers arabes

Oui, pour eux, ces arabo-musulmans (incluant les six victimes) sont des sous-humains qui ne méritent aucune sympathie :

z2a

Afin de sauver leurs préjugés les plus racistes, ils se mettent rapidement à tisser des théories du complot à partir d’éléments narratifs infondés et n’ayant pas de liens entre eux. Voici une version assez courante du récit, calquée vaguement sur des rumeurs au sujet du tueur d’Orlando, en Floride :

«  Alexandre Bissonnette avait un amoureux secret, arabo-musulman, soit « Mohammed Khadir ». Ils entretenaient une torride relation secrète étant donné que l’homosexualité serait proscrite par l’islam. Au bout de 6 mois, le père de Mohammed aurait appris le terrible secret et aurait voulu mettre fin à leur relation. Alexandre, fou de rage, se serait rendu à la Grande Mosquée où se trouvait le père en question, pour tuer le plus de gens possible. « Khadir » a tenté d’arrêter Alexandre ou était carrément complice ».

Il existe plusieurs variantes de ce récit. Les conspirationnistes ont par exemple essayé de greffer à l’histoire un professeur de l’Université Laval qui est mort durant la tragédie. Ce prof enseignait toutefois en agriculture, il n’avait aucun lien avec Bissonnette. Cette donnée fut donc rejetée de l’équation, pour que la supercherie ait l’air crédible.

z3 andré arthur

À l’émission 100% Normandeau, l’animateur-poubelle André Arthur avait apporté de l’eau au moulin des adeptes du complot, en affirmant que « dans les milieux relativement informés, on commence à parler de drame passionnel. Un ptit chum chez les musulmans. Que Bissonnette se serait fait dire de laisser tranquille parce que le papa voulait pu qu’il sorte avec (…). Cette rumeur qui rôde autour des milieux policiers » (7 février 2017).

Cette version restera imprégnée dans les esprits :

z3b amour passionné

 

À l’extrême-droite

Les islamophobes tiennent donc à expurger l’aspect raciste de l’événement. Bissonnette se serait vengé d’une cruelle injustice. Il est la « victime » d’un drame humain. Il est même victime d’une religion si barbare qu’elle empêcherait l’expression des amours interdits :

z3c gays

Mais en fin de compte, la narration porte en elle-même des aspects islamophobes et homophobes, car on se fonde sur des préjugés à tort et à travers pour refuser la portée idéologique de l’acte terroriste. Le militant de droite radicale Erik Grenier – membre du groupe Révolution PTRK, né d’une scission au sein de La Meute – a fait circuler une image bidon des soi-disant amoureux, qui a connu un vif succès dans la fachosphère :

z4a erik grenier.PNG

z4a une victime

À l’extrême-droite, Bissonnette n’est pas qu’une « victime », sa figure prend souvent la forme d’un authentique « héros », se tenant debout face à l’ « invasion musulmane ». Ce Meuton demande ainsi la libération du meurtrier :

z4b richard boudreault admin Meute

Cet autre activiste de La Meute souhaitait un nouveau carnage en début d’année :

z4c mickeymike-1

 

Derrière chaque « loup solitaire » se trouve une meute

Le carnage, motivé par la haine de l’islam, s’inscrit dans l’idéologie d’une époque. Même si Bissonnette n’appartenait pas à un groupe haineux organisé, les commentaires méprisants abondent sur le web. Le jeune homme a pu se radicaliser de tous côtés.

Les tribunes anti-islam sont innombrables. Tous les « haters » se défoulent. Il existe par exemple le groupuscule « Lutton contre l islam et le troriste », où Bissonnette est adulé :

z5 weird2

z5b weird1

D’autres pages sont mieux structurées et les rendent encore plus inquiétantes, telles « Québécois debout contre l’islam radical » appuyée par plus de 34 000 « likes ».

z6a
Nous verrons qu’ils s’opposent à l’islam tout court, bien entendu

À propos d’Ayman Derbali, des membres de « Québécois debout » vont jusqu’à se plaindre qu’il ne soit pas mort sous les balles de Bissonnette.

Comme le rappelle la page « Vigile RS sur la tolérance », M. Derbali a été « le héros de la mosquée de Québec, ce père de famille qui a survécu malgré 7 balles du tireur, mais qui est resté tétraplégique… » :

z6c
Daigneault souhaite davantage de massacres…

Peu importe où s’abreuvait le tueur, ce ne sont pas les choix qui manquent, ni en français ni en anglais. On sait qu’il tenait souvent des propos anti-immigration et anti-féministes – il aurait pu aussi bien s’attaquer à des femmes? – qu’il admirait Donald Trump, Marine Le Pen, et l’armée israélienne.

Si l’on parcourt la liste des pages qu’il « aimait » sur Facebook, on peut voir que ses préférences étaient assez éclectiques, notamment le Parti québécois au provincial, mais le NPD au fédéral? J’ai fait le tri des pages qui peuvent être pertinentes d’un point de vue idéologique, en éliminant celles ayant trait au loisir et à la consommation (p.ex. musique, jeux vidéos, boissons gazeuses):

z7 alexandre_bissonnette-likes-idéologiques
(Liste complète ici)

Parmi les découvertes, Bissonnette semble admirer Jean-Paul II et autres leaders chrétiens (William Lane Craig, Edward Feser, etc.), ce qui a fait dire au média Patheos qu’il s’avère être un « terroriste chrétien ».

On pourrait difficilement spéculer sur ses influences exactes, car les discours anti-islam sont de plus en plus répandus. Comme l’a mesuré la spécialiste Barbara Perry, la plus grande menace, au Canada, ne vient pas de l’ « islamisme radical », mais bien davantage de l’extrême-droite :

z8 Barbara Perry1

Québec et l’extrême-droite italienne

En Italie, quatrième puissance économique d’Europe, les partis d’extrême-droite connaissent un fort gain de popularité grâce aux vagues xénophobes anti-migrants. Le phénomène excite quelques-uns de nos groupes racistes locaux, d’autant plus qu’ils ont tissé des liens avec l’Italie au cours des dix dernières années, berceau historique du fascisme.

Au centre de cette toile se trouve la Fédération des Québécois de souche (FQS), véritable organisatrice « culturelle » des échanges entre groupuscules québécois et idéologues européens.

Dans une sortie récente, la FQS espère la victoire du néofascisme, mais craint que le controversé Silvio Berlusconi s’avère un « boulet » dans cette marche vers la « reconquête » identitaire :

z1b fqs élections italie

 

Casapound, un modèle pour néofascistes québécois

La FQS jette en fait son dévolu sur une formation ouvertement « fasciste » nommée Casapound Italia. Par deux fois elle a invité des représentants à venir présenter leurs idéologies lors de conférences à Québec (2015, 2016).

C’est en imitant ce modèle qu’Atalante Québec a été formé entre-temps en fédérant plusieurs groupuscules de boneheads néonazis. Atalante soutient d’ailleurs explicitement leurs « amis » de Casapound sur Facebook :

z2a Atalante Casapound1

Des dizaines de partisans de Casapound ont « liké » le statut qui fut aussi partagé par leur organisation :

z2b Atalante Casapound3

Qu’est-ce que Casapound? Il s’agit d’un mouvement rassemblant plus de 5000 dévots.es répartis dans une centaine de villes d’Italie. Ses membres prônent un modèle socio-économique indépendant de l’État, qui aurait tendance à négliger les « de souche », en particulier ceux des classes populaires.

Les partisans de Casapound affectionnent tout spécialement les rassemblements où l’on peut déployer des saluts fascistes en public :

z2c 7 janvier à Rome
(L’usage de ce salut est puni par la loi en Allemagne et en Autriche, mais pas en Italie).

Casapound est né de l’occupation d’un immeuble à Rome, en 2003, qui deviendra leur quartier général. 23 familles y sont relogées. Les premiers occupants avaient baptisé l’immeuble « casa » pour maison, et « Pound » en l’honneur du poète américain Ezra Pound, qui admirait tellement le fascisme qu’il était allé s’installer en Italie (1924 à 1943) durant les belles années de Mussolini.

z2d quartier général

Le mouvement Casapound essaie de contenir de nombreux paradoxes, du fait qu’on a intégré les idéaux « socialistes » de logements appartenant à tous, d’une monnaie alternative et d’une banque parallèle sans but lucratif, de la distribution de denrées aux sans-abris, des médecins bénévoles qui offrent des soins gratuits, etc. Leur pseudo-socialisme ne vaut toutefois que pour les Italiens pure laine.

z2e Casapound2
(voir l’excellente courte vidéo sur le mouvement Casapound)

 

Premiers échanges avec Casapound

Un des premiers fervents québécois de Casapound semble avoir été Maxime Taverna, leader du groupuscule d’extrême-droite La Bannière Noire. D’après des sites antiracistes, son groupe musical Trouble Makers aurait eu une émission de radio sur la chaîne de Casapound, « Radio Bandiera Nera » (RBN).

Dès septembre 2007, on pouvait voir cette annonce d’une performance de Trouble Makers sur les ondes de RBN :

z3 Bannière noire Taverna2

Quant à Maxime Taverna lui-même, il s’affiche avec le t-shirt du groupe musical officiel de Casapound, Zetazeroalfa :

z3 Bannière noire Taverna

Devenant le chef de La Bannière Noire (fondée en 2012), ce n’est sûrement pas un hasard s’il s’agit de la traduction littérale de « Bandiera Nera » en français, chaîne radiophonique de Casapound.

C’est donc cette même Bannière Noire qui organisera une conférence de Casapound au Québec, en février 2015, avec la collaboration de la Fédération des Québécois de souche (FQS) :

z4a casapound1

z4b casapound3
(le Blocco Studentesco est une association étudiante, sorte de club-école de Casapound. Le logo de ce dernier est une tortue, car elle porte sa « maison » sur son dos).

À noter que d’après d’autres sources antiracistes, Maxime Taverna aurait formé son jeune protégé Félix Crusson, qui l’a ensuite suivi à la Bannière Noire et même au sein de l’équipe de la FQS, où ils contribueraient à la revue de propagande, Harfang. On peut apercevoir ici Crusson en Europe, en compagnie d’un membre de Casapound d’origine ukrainienne (d’ailleurs lié au Bataillon Azoz, milice d’extrême-droite) :

z5 félix crusson Casapound
Crusson, à gauche, le milicien, à droite. Les deux brandissent le drapeau de Casapound.

 

Atalante et la FQS

Au cours des dernières années, la Bannière Noire semble s’être effacée au profit d’Atalante Québec, qui a notamment fédéré les Québec Stompers, le plus important groupe bonehead de Québec.

Comme le porte-parole d’Atalante l’affirma en entrevue, les voyages culturels entre Québec et l’Italie sont monnaie courante chez leurs militants.es :

« Atalante est née il y a environ trois ans, lorsqu’un groupe d’amis pris conscience du mouvement politique grandissant de plus en plus actif en Europe, bâtissant des projets idéalistes et mettant en pratique des actions sérieuses. Quelques-uns parmi nous (…) ont visité Rome et en sont revenus très motivés par leur expérience auprès de Casapound (…). Nous avons eu de nombreux militants qui sont d’ailleurs allés à la rencontre de Casapound en mai dernier, et nous y avons vu aussi un grand nombre de membres de Blocco Studentesco ».

Voici par exemple des images du leader d’Atalante « Raf Stomper » (chanteur de Légitime Violence), lors de pérégrinations en Italie :

z1a raf stomper en Italie
(Images tirées de cet article sur Atalante)

 

z5c raf italie1

 

Enfin, remarquons que le théoricien fasciste Gabriele Adinolfi, grand inspirateur des membres de Casapound, était de passage dans le quartier Limoilou, à Québec, en août 2016, pour éduquer les boneheads d’Atalante Québec :

 

z6a Adinolfi Limoilou
(Adinolfi accorda aussi une entrevue sur Casapound au magazine Harfang, organe de la FQS)

z6b Adinolfi Limoilou2

En conclusion, nous avons donc pu voir à quel point Atalante et la Fédération des Québécois de souche (FQS) sont des formations complémentaires, voire interreliées, et qu’elles font beaucoup d’efforts pour raccorder le Québec aux mouvements fascistes internationaux. Le cas Casapound en constitue un exemple frappant.

Ces loups qui aiment les nazillons d’Atalante

Le groupe d’extrême-droite Atalante Québec est l’un des plus violents qui soient au Québec, prônant carrément la révolution afin d’instaurer un régime fasciste, ce qui mettrait supposément un terme à la « décadence » du monde moderne.

Comme l’a déjà noté un article de La Presse, plusieurs de leurs membres ont un passé criminel impliquant des actes sanglants à caractère raciste :

z2a

Au cours de l’été, les activistes néonazis d’Atalante ont réalisé quelques coups d’éclat, notamment en posant des banderoles « Remigration » à Québec et au Stade Olympique, qui accueillait des demandeurs d’asile principalement d’origine haïtienne:

z2 banderole-remigration-stade-olympique

 

Leur sortie spectaculaire, samedi dernier, sur les remparts à Québec, a vivement impressionné les manifestants.es identitaires qui voient désormais Atalante comme un précieux allié.

Si le chef de la Meute – Sylvain « Maikan » Brouillette – essaie de nous faire croire qu’il n’y a aucune sympathie entre les deux groupes, cela est démenti par la présence massive de militants.es de La Meute sur la page FB d’Atalante Québec.

Même le co-dirigeant Meuton, Éric Proulx, est allé y exprimer son enthousiasme par un gros cœur :

z3 Éric Proulx like Atalante

Je partage le statut d’Anarchopanda qui résume bien la situation :

z4

 

Une mosaïque de sympathie

Est-ce vrai qu’Éric Proulx n’est pas le seul Meuton à s’être laissé séduire par les boneheads d’Atalante? Après vérification, les loups se comptent par dizaines sous la dernière publication d’Atalante, qui a dépassé les 430 « J’aime »…

J’ai constitué une mosaïque de nombreux « profils FB », associés directement à La Meute, qui ont « liké » le statut d’Atalante Québec.

Leur nombre est renversant et inquiétant: il ne faudrait surtout pas que ces gens se radicalisent encore plus qu’ils ne le sont déjà, et ce n’est qu’un échantillon, car je n’ai pas examiné la totalité des 433 profils concernés.

Voici donc cette mosaïque de 54 Meutons.nes (et quelques fidèles de l’ex-chef Patrick Beaudry) :

 

Tous ces 54 individus, associés à La Meute, ont donc apprécié le dernier statut d’Atalante, appelant à défendre notre identité comme si nous voulions faire revivre la Nouvelle-France:

« La ville de Québec est un bastion nationaliste et le restera. Elle est le symbole de la civilisation européenne en Amérique, un joyau historique et identitaire. Ce ne sont pas quelques autobus remplis de parasites qui changeront ce fait ».

Le chef de La Meute a beau nous faire accroire que leur groupe anti-islam se veut parfaitement « pacifiste », nous savons très bien que leurs membres sont agressifs sur les réseaux sociaux, alors que d’autres aiment jouer aux paramilitaires durant les manifs.

Je vous laisse avec ce message récent d’André Pitre (alias Stu Pitt), propagandiste de La Meute, message passablement menaçant:

z7

Sur la couverture médiatique des manifs d’extrême-droite

Une grande absente, lors de la manif du 25 novembre, fut la notion d’« extrême-droite », pratiquement passée sous silence à RDI et LCN, qui couvraient l’événement en direct.

Pourquoi ne pas appeler un chat un chat? Tout le gratin des forces néo-fascistes québécoises était là, rassemblé : Soldiers of Odin, Storm Alliance, III%, La Meute et son imposante « cellule de sécurité », Northern Guard, Front patriotique du Québec, Atalante Québec… Les mastodontes amateurs en tenue parapolicière (pour ne pas dire paramilitaire) étaient partout :

z2 paramilitare

Les médias francophones, timorés, osaient à peine les qualifier, du bout des lèvres, de « droite identitaire », ou simplement de groupes « de droite ».

Du côté anglophone, les médias n’ont guère hésité à utiliser le terme « far right » qui était tout à fait approprié (CBC, CTV, Montreal Gazette, Global News, The Link, RT, National Post, etc.) :

z3far right3

far right1

Certes, ces groupes (spécialistes du déni) vont plaider la “québécophobie”, mais c’est plutôt l’inverse qui doit inquiéter : pourquoi les médias francophones hésitent-ils à heurter la sensibilité de nos fachos locaux? En leur accordant le bénéfice du doute, on les normalise, en utilisant des termes qui leur plaisent, on les rend socialement acceptables.

 

Quelques faux pas

Le Journal de Montréal semblait impatient de couvrir les échauffourées appréhendées.

Dès le vendredi soir, il a publié un article annonçant que des manifestants.es étaient « déjà sur place », sans prendre la peine de préciser s’ils étaient dans le camp des antifas ou de l’extrême-droite :

z4 déj`sur place

Le hic c’est qu’en regardant les photos, la manifestation n’avait rien à voir avec La Meute et la Storm Alliance. Il s’agissait clairement d’une manif écologiste pour la défense de l’eau. Oups…

z4z

 

Mais bon, pour Québécor, c’est du pareil au même: tiens-toi tranquille ou, encore mieux, reste donc chez vous…

Pour ce qui est de la couverture de la manif le lendemain, c’était tout aussi laborieux.

Il y eut par exemple le chef d’antenne à LCN qui nous éclaira : « On reconnaît la patte d’ours, emblématique de La Meute »…

z5 la-meute-meme
(On sait tous que les loups ont des pattes d’ours, et que les ours se tiennent en « Meute »)

Et quand les néo-nazis d’Atalante Québec et des Soldats d’Odin montèrent sur les remparts, une journaliste de LCN nous expliqua qu’il s’agissait d’antifas venus crier « très fort » contre La Meute…

 

L’effet perroquet

En plus d’un traitement erratique de l’information, LCN et RDI se contentèrent trop souvent de rapporter mot pour mot les messages de propagande véhiculés par les différents porte-parole, qui avaient muselé leurs membres.

Une journaliste nous rassurait en ce sens en répétant « qu’ils tiennent à dire qu’ils ne sont pas « contre l’immigration » ».

Le chef de La Meute, Sylvain « Maikan » Brouillette, sortait les violons en affirmant qu’il aimait les discours de gauche comme de droite, tant qu’ils étaient constructifs, alors que le président de Storm Alliance, Dave Treggett, trébuchait dans ses phrases :

« Ce qu’on demande aux gens c’est de venir dénoncer leur mécontentement envers les Libéraux » (TVA Nouvelles).

À Radio-Canada, une jeune journaliste présenta aussi un reportage qui manquait cruellement de mordant, de sorte qu’on faisait plus de publicité à La Meute qu’autre chose. Même l’invraisemblable « Général Lee de la Mauricie » fut interviewé et passa pour un manifestant raisonnable :

 

z6

Dans ce même reportage, la chef de Clan de la Mauricie, Johanne Beaulieu raconta que les propos racistes ne sont pas tolérés dans La Meute, les membres exclus pouvant ainsi se retrouver dans d’autres groupes plus radicaux, comme la Storm Alliance ou les Soldiers of Odin… Pourquoi manifester avec eux alors?

 

Ce qu’il en est vraiment

Les gens exclus de La Meute, par exemple René Blaireau – qui a déjà déclaré être un admirateur d’Adolf Hitler – peuvent réintégrer le groupe dès que l’attention médiatique s’estompe :

z7 blaireau

 

Comme l’a remarqué Le Troupeau, les Meutons jouent sur deux tableaux, en prétendant officiellement être tout à fait distincts des autres groupes racistes, tout en manifestant à leurs côtés et en ne tarissant pas d’éloges à leur endroit, en privé.

Le co-dirigeant de La Meute, Éric Proulx, a ainsi fait preuve d’un manque de discernement inouï en « likant » le dernier statut du groupuscule de boneheads néonazis Atalante, par un « gros cœur » :

z8 Éric Proulx like Atalante

 

Ce même Éric Proulx y est aussi allé d’un vibrant hommage aux Soldiers of Odin, eux aussi formés essentiellement de boneheads haineux :

z8 Éric Proulx remercie SoO
(Norm SoO est le chef des Soldiers of Odin)

Bref, il s’agissait vraiment d’une manifestation d’extrême-droite et nous avons besoin de la vigilance des grands médias pour freiner leur essor, et non pour leur faire de la pub…

Les fachos se préparent pour la bataille, le 25 novembre

Que se trame-t-il pour samedi prochain à Québec : une manif ou une guerre? Par peur des antifascistes, l’extrême-droite québécoise semble plus unie que jamais afin de livrer bataille à ses opposants.es.

z storm alliance et meute
Rencontre au sommet dans les derniers jours, Stu Pitt qui semble servir de médiateur

À l’origine, il y a environ deux mois, La Meute et la Storm Alliance annonçaient un événement commun, devant l’Assemblée nationale, contre la Commission sur le racisme systémique :

z2a manif du 25

La commission ne sera jamais mise sur pied – sa forme ayant été complètement dénaturée par le PLQ – mais les xénophobes tiennent tout de même à se faire entendre, sans quoi leurs groupes respectifs risqueraient de s’effondrer. Ils ont besoin d’événements rassembleurs.

z2b noel

 

La Meute se réorganise

Les chefs meutons tentent de se faire rassurants par tous les moyens possibles. Leur porte-parole Sylvain «Maikan» Brouillette bombe le torse en affirmant que son organisation (parapolicière) a raffiné ses stratégies et est bien équipée :

z3a Maikan stratégies
(Quelles stratégies, sauteront-ils en parachute cette fois-ci?)

En fait, ils ont emprunté 3000$ pour équiper leur « cellule de sécurité » et ont ajouté un « bouton de don » à cet effet, sur leur site web. Ils n’avaient amassé que 1365$ aux derniers nouvelles.

Le groupe haineux nous apprend également qu’on vient d’inventer un nouveau grade hiérarchique, la « papatte jaune », qui permettra aux loups de mieux marquer leur territoire :

z3b papatte jaunes
C’est ça le raffinement de leurs stratégies?

Les mensonges de La Meute

La Meute et la Storm Alliance avaient laissé entendre, dans des messages de propagande, qu’ils allaient œuvrer «en partenariat» avec la Sûreté du Québec pour se défendre contre d’éventuels protestataires.

La SQ a contacté les chefs de ces formations afin de les obliger à se dédire publiquement : jamais la SQ n’appuierait des groupes racistes. Maikan et Dave Tregget ont dû ainsi démentir leurs publicités dans un message officiel.

Un autre chef, Éric Proulx, en rajoute toutefois en prétendant travailler « de concert » avec le SPVQ et l’escouade anti-émeute :

z4 proulx1

Le communiqué de M. Proulx est d’ailleurs fort instructif sur le déroulement de la manif à venir. Se préparant au pire, il prévient les manifestants.es qu’une sorte d’apocalypse pourrait survenir :

z4d proulx

Puis il décrète que les manifestants.es n’auront pas le droit de s’exprimer, les membres devront se taire «comme d’habitude» :

z4e proulx3

À quoi bon manifester si on les prive du droit de s’exprimer librement? Ah oui, bien sûr, on craint que des opinions extrémistes puissent être entendues à la caméra…

 

La Storm Alliance se cherche une raison d’être

Les partenaires de La Meute accepteront-ils de marcher en silence eux aussi? Cette fois-ci, la coopération entre diverses formations d’extrême-droite devenait nécessaire, car elles sont toutes effrayées par les antifas, dans la foulée de la manif du 20 août dernier.

Dave Tregget, fondateur de la Storm Alliance (et ex-Soldier of Odin) justifie leur alliance par une pensée digne d’un Confucius pour les nuls:

z5 dave treg confucius

Ce même Tregget a ensuite multiplié les capsules vidéos afin de donner un sens à leur manif, qui en manque cruellement : protester contre les maudits impôts, contre le registre des armes à feu, contre les failles du système de santé… Trouvez-vous des raisons, tant que vous êtes là, ça va faire la job :

z5 dave treg contre le registre des armes à feu
(tristement pour Tregget, il s’est fait dénoncer par le Troupeau pour s’être égo-filmé au volant de sa voiture, sur la route)

Mais trop, c’est comme pas assez. Le gourou de la S.A. peine à mobiliser ses troupes autour d’un objectif commun, comme s’en est plaint un membre avisé, qui trouve tout cela trop « cacaphonique » :

z5b dave treg cacaphonique

 

Les Patriotes d’extrême-droite à la rescousse

Les groupuscules indépendantistes d’extrême-droite évitent habituellement de marcher aux côtés des fédéralistes/binationalistes. Mais comme ils tremblent également devant les antifas, ils n’ont plus d’autres choix que de faire front commun, pour réaffirmer leur haine des musulmans.es.

Le chef du Front patriotique du Québec, Guy Bélanger, invite tous ses membres à le joindre devant l’Assemblée nationale, pour affronter ces « macaques » anti-racistes en leur souhaitant « Joyeux Noël !» :

z6 front patriotes boulanger

Dans un autre communiqué, on annonce qu’une « équipe de sécurité complète » a été conçue au sein des Patriotes :

z6b patriotes paquette

 

Un membre zélé appelle à écraser les antifas, à « leur foncer dedans » :

z6a front patriotique du qc panique

Notons au passage que plusieurs autres groupuscules extrémistes promettent aussi d’être présents, telle la Northern Guard, qui n’accepte que des hommes dans ses rangs :

z6c northern

 

Un succès à prévoir?

Les différents chefs prévoient bien sûr une foule record, ça fait partie de leur stratégie de mobilisation. Dave Tregget affirme qu’il a convaincu 1000 personnes à lui seul, tandis que Maikan y va d’une vision prophétique :

z7 vision de Maikan

La réalité risque d’être plus cruelle, car des clans régionaux ont de la misère à remplir leurs autobus, pouvant coûter jusqu’à 1500$ chacun :

z8 autobus vides

Chose certaine, ils se préparent pour la guerre et ils seront prêts. Ils manifestent pourquoi? Who cares?

Des paravents pour l’extrême-droite

L’extrême-droite québécoise se dote parfois de jolis paravents pouvant paraître attrayante pour des personnalités publiques pourtant situables au centre-gauche.

Lors d’un événement de rue organisé par Fondation Équipe-Québec le mois dernier, des invités tels Martine Ouellet (cheffe du Bloc québécois) et Jean-François Lessard (ex-candidat au porte-parolat masculin de Québec solidaire) devaient être entendus.

Les paravents dont il sera question dans cet article sont liés à La Meute et la Storm Alliance.

 

Je suis Québécois

Un rassemblement avait donc lieu le 14 octobre, devant le Centre Bell. Nommée « Je suis Québécois », cette manifestation visait à convaincre les propriétaires du CH et les partisans à adopter une politique de discrimination positive envers les joueurs d’origine québécoise : 10 Québécois minimum.

Précisons que l’affiche promotionnelle mettait en exergue une grosse bière et des logos aux allures de Front National. Voici la liste des invités.es telle qu’annoncés à l’origine :

z2a liste
(Jean-François Lessard, de QS, devait y être à titre de musicien. Je tiens à préciser qu’il était là de bonne foi, tel qu’il me l’a confirmé par la suite)

Une deuxième liste, plus exhaustive, prévoyait la présence de Josée Rivard :

z2b liste des invités

Que viendrait faire Martine Ouellet, sur scène, aux côtés de l’ineffable Josée Rivard?

Décrite ci-dessus avec enthousiasme comme « Youtubeuse la plus populaire du Québec », il conviendrait plutôt de cataloguer Josée Rivard comme authentique agente de haine, dont les vidéos incitent régulièrement à la rébellion des «de souche» contre les «migrants».

En fin de compte, ni Martine Ouellet ni Josée Rivard se sont pointés à l’événement, qui avait été mis sur pied par Fondation Équipe-Québec, appuyé par le Mouvement républicain du Québec (MRQ).

Les organisateurs tenaient à ce que les messages ultranationalistes soient entrecoupés d’orateurs et musiciens.es « issus » de la diversité, comme l’a compris un participant :

z2c

Mais une fois les projecteurs éteints, il n’y avait que des hommes blancs au bar pour fêter ça :

z2e

 

Fondation Équipe-Québec

L’organisme derrière la soirée était Fondation Équipe-Québec, dont les principaux administrateurs s’avèrent être ces deux hommes :

z3 conseil exécutif

Stefan Allinger et Daniel St-Hilaire ont fait partie des six principaux orateurs. L’objectif du collectif est de « promouvoir et défendre les intérêts de notre élite sportive québécoise sur les scènes internationales ». Pour ce faire, on n’hésite pas à tisser des liens avec des organisations fort douteuses.

Les deux larrons sont d’ailleurs membres du groupe secret de La Meute :

z3 ctre

z3 ctre2

Ne reculant devant rien, M. St-Hilaire avait d’ailleurs porté les couleurs d’Équipe-Québec lors du colloque du Mouvement républicain (MRQ) qui avait lieu cet été, dans une écurie de Saint-Lazare:

z3a st0hilaire1

De son côté, M. Allinger tenait une table au milieu de la grange, qui semblait avoir un succès fou :

z3Fondation équipe québec

Rappelons qu’il s’agissait d’un événement ultranationaliste directement lié à La Meute, qui en assurait la sécurité. Des participants.es avaient leur t-shirt avec pattes de loup et Sylvain « Maikan » Brouillette – porte-parole du groupe raciste – avait prononcé l’un des discours de clôture les plus appréciés.

zz caricature fatta
Caricature par mon ami Alex Fatta

Dans la foulée du colloque, Daniel St-Hilaire deviendra un très grand fan de Guy Boulianne (alias le Prince fou), qui fera lui aussi partie des orateurs ayant performé devant le Centre Bell :

z3St Hilaire1c

Ils cultiveront notamment une haine commune sans borne pour les « antifas » et les « burquas », tout en se partageant allégrement des « fake news » provenant du site Infowars d’Alex Jones :

z4 ami de boulianne

st-hilaire infowars 4 nov2

 

Le MRQ fut un pilier de la soirée « Je suis Québécois », que nous disions avoir affiché une belle « diversité ». Mais cette ouverture de façade s’écroule aussitôt que l’on retourne devant nos militants.es xénophobes. Voir par exemple cet article odieux partagé par le MRQ la semaine dernière, s’opposant au « métissage des races » :

z5 mouv rép contre le métissage

 

Daniel St-Hilaire

Examinons en dernière analyse le cas de Daniel St-Hilaire, qui s’avère le véritable idéologue derrière la Fondation Équipe-Québec.

Il s’agit d’un ex-candidat déçu du Bloc québécois, aux élections d’octobre 2015. C’est donc dire que s’il avait gagné, il serait présentement en train de réaliser son premier mandat de député.

St-Hilaire jouit d’une bonne réputation dans le monde sportif, à tel point qu’il a reçu une médaille de l’Assemblée nationale pour son engagement et son dévouement auprès des athlètes québécois en tant qu’entraîneur.

Ceci dit, il est aussi réputé pour prôner la théorie conspirationniste du « Grand remplacement » avancée par le propagandiste d’extrême-droite identitaire, Renaud Camus. C’est-à-dire que nos élites veilleraient à substituer nos habitants.es « blancs » et « de souche » par une population immigrante :

z6 st-hilaire grand remplacement

Il apparaît aussi favorable aux « milices » citoyennes venant nous défendre contre les méchants migrants :

z6b st-hilaire milices anti migrants

 

Puis quand on jette un rapide coup d’œil à ses abonnements FB, on se rend bien compte que les « milices » de chez nous lui plaisent :

z6c st0hilairestorm alliance

Notons enfin que Daniel St-Hilaire co-anime aussi une émission radiophonique – avec son camarade Stefan Allinger – sur Radio InfoCité, spécialisée dans les tribunes ultranationalistes et conspirationnistes.

C’est à ce titre qu’il s’est rendu à Saint-Bernard-de-Lacolle, cet été, afin d’applaudir une manifestation de la Storm Alliance, venue contester l’arrivée de migrants.es haïtiens.

L’illustre entraîneur sportif arborait fièrement son chandail d’Équipe-Québec, comme si le contexte s’y prêtait… Il était accompagné de Martin Joseph Lamontagne (chapeau feutre noir), celui-là même qui avait animé la soirée devant le Centre Bell :

z7a st-hilaire lamontagne et beauvais mcdonald
(on peut apercevoir le néonazi Shawn Beauvais-McDonald, à gauche, portant son légendaire casque rouge)

Peu après, St-Hilaire est allé prendre un bon bain de foule :

z7b st-hilaire lamontagne et beauvais mcdonald2
« Il y a convergence… La colle commence à prendre! » …

Enfin, l’ex-candidat bloquiste a eu l’immense honneur de rencontrer le chef de la Storm Alliance en personne, le facho Dave Treggett. Ils ont même levé le poing ensemble en guise de réjouissance. Vive Équipe-Québec!

z7c st-hilaire avec dave tregget

Daniel Laprès et les Insoumis

Daniel Laprès est un influent intellectuel identitaire, fort actif et agressif sur les réseaux sociaux. Parmi ses prouesses, on peut compter sa contribution à la victoire de Jean-François Lisée dans la course à la chefferie péquiste, en répandant toutes sortes de rumeurs contre le «zinzinclusif» Alexandre Cloutier dans divers groupes Facebook.

Tel que révélé sur Vigile rs sur la tolérance, M. Laprès est pourtant un ex-fédéraliste convaincu, qui fut conseiller aux Affaires étrangères pour le compte du gouvernement canadien, de 1998 à 2004. Il fonda également le Réseau Démocratique Canadien, qui prônait les belles valeurs fédéralistes, « multiculturalistes », sur nombre de tribunes, incluant La Presse.

 

Laprès l’harceleur

Une fois devenu brusquement militant islamophobe sur Facebook – par exemple, il gère tout seul un groupe public intitulé « Québec Anti-Charia » – il se métamorphose soudain en ardent indépendantiste, et un intimidateur radical. Parmi ses victimes, l’on pourrait citer en exemple les témoignages d’un certain Steven sur Youtube.

z anticharia
Notez le virage nationaliste québécois, où l’on ne présente désormais que le fleurdelisé

Pour ma part, bien que je n’aie jamais discuté avec ce M. Laprès et qu’aucun de mes textes ne l’ait jamais mentionné, il s’est acharné sur mon cas durant le mois de septembre, me traînant dans la boue de mille et une manières.

Tout d’abord, le 11 septembre dernier, il lança contre moi une rumeur tout à fait diffamatoire affirmant que je fomenterais des actes de violence envers des « femmes racisées ». Quel est ce délire?

zz insulte3 à l'avance

En guise d’explication, il se montra incapable de citer une seule ligne de mes articles. Tout ce qu’il a fait, c’est m’insulter en me traitant de facho, en taxant mes amis.es facebookiens de tarés sociopathes, puis en donnant des informations sur mon emploi au passage :

zz insulte3 f facho

 

zz crétin insulte3 i

zz insulte3 mon emploi

Étrangement, ces accusations referont surface une semaine plus tard, dans un brûlot mensonger signé par son amie Djemila Benhabib : elle y déclarait faussement qu’une source policière l’avait mise en garde du fait que je préparais la «casse» de son prochain colloque. Devant l’énormité de sa diffamation, elle retira le billet de son blogue le lendemain. Mais Laprès, entre-temps, me calomniait encore sur ses tribunes :

insulte2 devoir d'hair

 

 

Pourquoi cet acharnement haineux?

La seule chose qui m’était reprochée, en réalité, c’était d’avoir révélé, dans Ricochet, que La Meute avait fait la sécurité de l’événement Benhabib au mois de mai dernier. Liberté d’expression? De surcroît, ce sont des leaders de La Meute eux-mêmes qui s’en étaient vantés sur les réseaux sociaux…

Suite au colloque Benhabib du 28 septembre, un ami m’a rejoint pour partager son témoignage : des gardes de sécurité amateurs faisaient toujours des fouilles à l’entrée de la salle, et des policiers lui ont confié qu’ils n’étaient pas là pour surveiller les antifas, mais bien des groupes d’extrême-droite…

Après avoir publié mon entretien avec M. Émond, Daniel Laprès l’assiégea sur son mur, en le taxant de tous les noms. Il fit alors un aveu étonnant : il assure connaître personnellement chacun des goons en poste ce soir-là et même connaître leur idéologie.

zz sécurité amis personnels

Comment diable a-t-il mis la main sur la liste des gardiens de sécurité? Comment sait-il qu’ils s’opposent à La Meute?

Dans une autre conversation, un dénommé Steve Graindlair assure que c’est lui qui était responsable de la sécurité sur le terrain.

zz sécurité steve graindlair

On le voit effectivement ici, à droite, non loin de Stéphane Roch (numéro 2 de La Meute), qui se tient debout à gauche.

 

zzz la sécurité5
Un autre à s’être démasqué est Pier-michel Pelo Tardif, qui clame haut et fort avoir joué au « Garda » amateur, tout en détestant La Meute :

zzz sécurité - pelo tardif

Mais bon, si ce M. Tardif réprouve tant La Meute, c’est peut-être parce qu’il porte les couleurs d’un groupe d’extrême-droite rival, les Insoumis, comme l’indique sa photo de profil :

PierMichel Pelo Tardif

 

Le Mouvement des Insoumis

La différence entre les Insoumis et les rivaux que sont La Meute, la Storm Alliance et les Soldiers of Odin, réside en ce qu’ils sont farouchement pro-souverainistes, tandis que les autres sont pan-canadiens.

Pour le reste, les Insoumis forment tout de même un regroupement d’extrême-droite identitaire, activiste, obsédé par la supposée « islamisation » du Québec (voir le bref portrait que j’en ai tracé).

Ceci dit, les membres se rencontrent habituellement à Noël, afin de festoyer en bonne compagnie. Sur la prochaine photo, on peut voir leur rencontre de Noël 2016, où Daniel Laprès, Pier-michel Pelo Tardif et Steve Graindlair sont en train de banqueter ensemble :

zzzz STEVE GRAINDLAIR et laprès

On comprend ainsi un peu mieux pourquoi Daniel Laprès prétend les connaître personnellement, et pourquoi il sait pertinemment que ces gens ne sont pas dans La Meute (M. Laprès était aussi sur place lors du Noël 2014).

Sur les autres photos, M. Laprès multiplie les commentaires familiers, démontrant qu’il les connaît de près. Ici il encense le chef ultra-xénophobe des Insoumis, Sylvain Meunier, en l’appelant « Sieur Sylvain » :

zzzz Méchoui 2016 Laprès4 même Sylvain est un sieur

La prochaine remarque est encore plus intrigante : Daniel Laprès reconnaît la valeur d’un certain Jack Gosselin en tant qu’excellent responsable de la région Mauricie.

zzzz clanMéchoui

Comment peut-il savoir que Gosselin fait un bon job comme leader des Insoumis en Mauricie? Notons aussi tous les égards qu’il prend à leur endroit, en les appelant toujours « Sieurs ».

Enfin, observons une dernière fois avec quelle camaraderie il commente la soirée:

 

zzzz Méchoui 2016 Laprès5b familier durant le repas

 

Quelques parallèles

Nous avions dit en introduction que M. Laprès s’était démarqué durant la course à la chefferie du Parti québécois en faisant une campagne de salissage en règle contre Alexandre Cloutier.

Comme par hasard, Les Insoumis avaient mis la main à la pâte, faisant circuler l’une des affiches les plus efficaces pour effectuer ce travail de sape :

zzzzz propagande de Laprès
(notez la qualité d’écriture de cette propagande)

Autre coïncidence. M. Laprès fit une sortie stupéfiante le 4 août dernier en annonçant qu’après « mûres réflexions » il prenait sa « retraite » du combat anti-islam – est-ce possible de congédier son islamophobie comme ça? – pour se préoccuper d’autres choses à l’avenir, dont ses capsules historiques qui aident à mieux faire connaître nos héros nationaux.

Or, quatre jours plus tôt, le Mouvement des Insoumis fit une annonce fort similaire, stipulant qu’après une « longue réflexion », il abandonnait « la lutte à l’islam politique » pour se consacrer à la promotion de la culture québécoise.

 

Comment cet homme, en une seule décennie, a-t-il pu passer d’ardent défenseur du «multiculturalisme canadien» à partisan du nationalisme identitaire le plus fermé? Mystère, mystère, mystère…

Pétitions délirantes contre les antifas

Dans les dernières semaines, une pétition fut lancée par le père du Mouvement républicain du Québec, Guy Boulianne. Elle dépasse maintenant les 3000 signatures.

zz boulianne pétition1

 

M. Boulianne (alias le Prince fou) souhaite ainsi faire interdire l’organisation «AntiFa» au Canada, en s’adressant directement au premier ministre Trudeau et au ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale.

Sa démarche est d’emblée risible, car le terme «AntiFa» désigne tout simplement n’importe quel citoyen.es s’opposant à la montée de l’extrême-droite dans le monde. Ce n’est pas une organisation, personne n’en a une carte de membre. Un peu comme s’il souhaitait faire reconnaître le mouvement féministe comme «terroriste»…

N’empêche qu’il croit qu’AntiFa est financée directement par George Soros:

zz soros et antifa

 

Un petit délire qui en cache de plus gros

On peut comprendre M. Boulianne d’être en rogne contre les antifas, lui qui a vu ses ambitieux colloques être déplacés dans une écurie (en juin) ou carrément annulés (en septembre). À chaque fois, il imputa la raison aux méchants antifas, sans reconnaître que c’est lui qui provoqua un tollé généralisé en pactisant avec La Meute.
Comme plusieurs groupes d’extrême-droite québécois, le Mouvement républicain fait une véritable fixation morbide sur les antifas, les voyant partout. À titre d’exemple, M. Boulianne les accusa d’avoir participé directement à la tuerie de Las Vegas:

zz las vegas initial - Copie
Bon, vous croyez qu’il disjoncte? Il publia un statut Facebook encore plus hallucinant dimanche soir, annonçant un véritable apocalypse à venir, le 4 novembre prochain.

z apocalypse1
En se basant sur un site farfelu tout droit sorti de la fachosphère (intitulé «Silent is Consent»), Boulianne panique royalement. Selon lui, des hordes d’anarchistes entreront dans nos foyers pour saisir des armes et semer le chaos absolu. Ce sera pire qu’une émeute violente, pire que l’enfer! :

z apocalypse2

La Meute suit le pas

Remarquons tout d’abord que Sylvain «Maikan» Brouillette, nouveau chef de La Meute, avait fait la promotion de la pétition de Boulianne:

zzzla meute pétition de boulianne

L’un des leaders putschistes de La Meute, Éric Proulx, tente également de démarrer une pétition en se cherchant deux élus de l’Assemblée nationale qui voudront bien la parrainer:

zzz éric proulx

Il s’en prend au financement d’organismes de l’Université Concordia, en espérant ainsi atteindre Jaggi Singh et des proches. Toutefois, le pôvre leader de La Meute a reçu un refus de la part de Sylvain Gaudreault du PQ. Il promet de le lui faire payer aux prochaines élections:

zzz éric proulx2

Parions que cela n’empêchera pas M. Gaudreault de dormir la nuit.

Portrait des Insoumis, groupe d’extrême-droite identitaire

Le mouvement des Insoumis est né en janvier 2012, suite à une scission du Réseau de Résistance du Québécois (RRQ) qui perdait ainsi la plupart de ses plus ardents militants. En tête des premiers leaders, il y avait les activistes agressifs Rhéal Mathieu (ex-felquiste) et Denis Ratté.

À la différence de La Meute – qui se veut pancanadienne – Les Insoumis se positionnent fièrement en faveur de l’indépendance du Québec. Ils se battent principalement pour la défense de la Loi 101, pour la valorisation de «notre histoire nationale» et «nos traditions ancestrales», contre la monarchie et ses symboles, puis contre l’ «islam politique» qui nous menacerait.

Ils affectionnent tout particulièrement les reconstitutions historiques où ils peuvent « shooter » allègrement de méchants britanniques.

zz shooter des britanniques

Leur lutte acharnée au «multiculturalisme», à l’islam et à l’ «immigration massive» en fait une formation ultra-identitaire qui multiplie les dérapages rhétoriques et les actions racistes. Ils avaient par exemple tout fait pour faire barrage à Alexandre Cloutier, candidat à la chefferie du Parti québécois en 2016, qui leur paraissait dangereusement « inclusif » :

zz vs Cloutier copie de Couillard

Leur portée

Le mouvement des Insoumis est un petit groupe de quelques dizaines de radicaux menés actuellement par leur gourou Sylvain Meunier, adepte de Kung Fu et résidant en Estrie.

zMeunier seul Kong fu

Divisée en 17 pages régionales, leur organisation Facebook essaie d’étendre ses tentacules aux quatre coins de la province. Ça fonctionne plus ou moins bien pour l’instant, mais Les Insoumis parviennent tout de même à se rapprocher du parti Citoyens du pouvoir (CAP), dont Rambo Gauthier a été nommé porte-parole, et d’Horizon Québec Actuel d’Alexandre Cormier-Denis et Philippe Plamondon (grand fans de Marine Le Pen au Québec).

C’est ainsi que le 26 août dernier, ils recevaient en grande pompe Cormier-Denis et Yvon Simard (chef effectif de CAP) qui y sont allés d’une performance éblouissante devant une foule en délire :

 

zzcolloque 1er sept1 délire
Le gars de la sécurité surveillait bien les lieux

À noter que l’événement était organisé dans le patelin de M. Meunier, en Estrie, là où les Insoumis rencontrent leurs plus grands succès populaires.

Pour rejoindre davantage de gens, leur première tribune est un site web visant à contrer les méchants médias fédéralistes et les «merdes d’antifas islamistes». Ils ont aussi une page Facebook consacrée à la réinformation – Sentinelle des patriotes – comptant une trentaine d’abonnés. Cette page est essentiellement un véhicule promotionnel des Insoumis, de CAP et du groupe de Cormier-Denis.

Sylvain Meunier peine à faire décoller son mouvement dans un contexte où les groupes d’extrême-droite anti-islam ne cessent de proliférer. C’est pourquoi, dans un communiqué officiel, il a promis de laisser le champ libre à ces groupes comme La Meute, la Storm Alliance et les Soldiers of Odin, sur le terrain identitaire, alors que les Insoumis mettront surtout l’accent – en principe – sur la défense de la langue française et «nos traditions».

Voici deux exemples de tentatives de nouer des liens avec des formations rivales :

zzInsoumis et la meute - Copie
Au Kung Fu avec La Meute
zz Insoumis et SOO - Copie
Ici avec les Soldats d’Odin

Le hic c’est que ça ne lève toujours pas. Sylvain Meunier est alors devenu chroniqueur à Radio InfoCité, un média qui semble raffoler des discours conspirationnistes et réactionnaires. Il a trouvé sa niche à l’émission «Le journal du soir», animé par François Saint-Louis.

Les têtes vont rouler

Pour vérifier si les Insoumis ne s’intéressent désormais qu’à la promotion du français, analysons quelques judicieux extraits à propos du Safarigate en juillet dernier, lors duquel des musulmans avaient été aperçus au Parc Safari.

Le maître spirituel des Insoumis commence tout d’abord par se plaindre de la fermeture de sa page Facebook pour 24 heures, «à cause de 2-3 mangeux de marde» qui l’ont signalé suite à un statut hautement raciste qu’il avait écrit, même si pourtant il n’«incitait pas au meurtre, rien!».

Message à ces antiracistes : «Vous vous faites complices des pires terroristes de notre siècle!».

Selon l’avis de Sylvain Meunier, le fait de prier quelques minutes sur un terrain privé et réservé est clairement un acte de barbarie :

« J’ai toujours été très complaisant (sic) avec toutes les nationalités. Pis ça on parle pas d’une nationalité, on parle d’une idéologie. C’est une idéologie qui est vraiment arriérée. Déficiente, parce que tu recules des centaines d’années en arrière! Pis y’ont rien changé à leur philosophie. Pis si tu dis le contraire de ça, là, tu te fais couper la tête, dans leur religion! »

–L’animateur y va d’une réflexion perspicace: « J’sais pas à Montréal si tu te ferais couper la tête… » .

–M. Meunier relativise les choses: « Bin pas encore. Mais laisse-les gagner du terrain, pis ils vont nous couper la tête à grandeur de la planète! » (…).

–L’animateur concède que les musulmans sont comme ça : « Pour mettre les haut-parleurs, c’est un manque de classe. Pis si ils veulent me couper la tête, ils me couperont la tête ».

–Réponse de M. Meunier : « Un peuple doit se tenir debout contre l’envahisseur quand ils veulent s’imposer ».

Et sur la proposition de QS de donner le droit de vote aux résidents canadiens qui sont au pays depuis plus de 2 ans : « Après ça Québec solidaire essaie de nous faire accroire qu’ils sont nationalistes estie! Ça c’est vraiment le grand remplacement de population ».

 

Leurs actions

À part s’énerver contre les musulmans et les antifas, ils ne paraissent pas très constructifs.

Ils organisent à l’occasion des conférences BBQ, des manifs anti-gouvernement et des rassemblements de patriotes, parfois pour honorer des sites historiques évoquant les héros canadiens-français. Sur la prochaine image, on peut les voir avec un Bernard Landry qui semble plutôt crispé :

 

Insoumis avec Bernard Landry
Pour eux, nous devons combattre les deux grands fléaux de notre époque, soit l’anglicisation et l’islamisation du Québec…  C’est dans cette optique qu’en 2014, ils avaient été accusés de méfait pour avoir posé des pancartes « Oui à la Charte, Non à l’islam », à Sherbrooke, en Estrie.

L’on est forcé de conclure que Les Insoumis forment réellement un groupe d’extrême-droite xénophobe, obsédé par l’islam, comme tant d’autres groupes. Leur originalité tient à leur affirmation indépendantiste claire, mais même sur ce terrain, de nombreux autres groupuscules leur livre une solide concurrence (par exemple le Front patriotique du Québec, qui est plus gros qu’eux).

Souhaitons leur bonne chance (ou pas).

Le colloque Benhabib (encore) sous la protection de militants islamophobes

En juillet dernier, j’avais publié un article dans Ricochet déplorant le fait que le dernier colloque organisé par Mme Djemila Benhabib – ayant eu lieu le 9 mai 2017 – ait fait appel à La Meute pour assurer la sécurité de l’événement.

Comme je l’ai fait valoir à plusieurs reprises, La Meute est un groupe d’extrême-droite raciste qui utilise ce type d’événements pour normaliser sa présence dans l’espace public.

pitre 2 couteaux tournevis

 

Bien que mes articles sur le sujet étaient solidement fondés sur de nombreuses preuves et témoignages, ils provoquèrent un « backlash » d’une sévérité inouïe, culminant avec une lettre de Benhabib elle-même – tout à fait diffamatoire à mon endroit – publiée il y a deux semaines sur Facebook.

Mme Benhabib inventa de toutes pièces une histoire de policiers l’ayant mise en garde contre une éventuelle « casse » de son prochain colloque, dont j’en serais moi-même le « grand manitou »!

Capture2b spvm

Non seulement elle a menti sur ce point important pour me salir et promouvoir son événement, mais elle laissa aussi entendre toutes sortes d’autres choses scandaleuses…

 

Le nouveau colloque Benhabib, 28 septembre à Montréal

C’est donc avec surprise que j’entendis le témoignage de trois personnes crédibles m’assurant que (1) les policiers ne se sont rendus sur place que pour garder un œil sur «l’extrême-droite et La Meute» (2) le service de sécurité était encore opéré par des amateurs, faisant des fouilles sans permis légaux, et semblaient conseillés par Stéphane Roch en personne, chef des « opérations » de La Meute…

 

Je vous propose donc cet entretien avec Éric Émond, chef du parti politique provincial Changement Intégrité pour Notre Québec (CINQ). Il a aussi pris des photos et vidéos qui prouvent ses dires.

 

Entretien avec un témoin direct, Éric Émond

XC : Bonjour M. Émond. Premier aspect curieux de votre soirée : vous dites que c’est André Pitre lui-même (alias Stu Pitt, propagandiste de La Meute) qui vous a offert des billets gratuits?

M. Émond : Oui, on s’était parlé il y a quelques semaines. Je lui ai dit que je n’irais pas au colloque à mes frais. Je suis féministe et anti-raciste, ça ne m’intéressait pas de payer de ma poche pour investir dans un truc qui ne correspond pas à mes valeurs. Je sais que lui est dans La Meute et je suis anti-Meute. J’ai dit que j’allais accepter les billets si je venais accompagné de deux personnes. Et il l’a fait avec plaisir.

pitre clan01

XC : Cet événement était organisé par Mme Benhabib. Pourquoi Stu Pitt, qui n’a pas l’air riche, offre ainsi des billets à droite pis à gauche?

M. Émond : Lui-même se présentait accompagné de ses deux « bodyguards » de La Meute. Il a ajouté qu’il pouvait m’en avoir à moi aussi et il a un peu insisté. Moi j’avais pas peur pour ma sécurité. Je pense qu’il essaie de se rapprocher d’amis plus progressistes, pour essayer de convaincre le monde que La Meute est plus de centre-gauche (comme mon parti qui est de centre-gauche).

XC : Donc tu étais assis avec lui pendant le colloque, vous avez parlé?

M. Émond : Non, il m’a juste dit « Salut Éric, comment ça va? », mais c’est tout. Il était assis quelques sièges plus loin, avec ses gardes du corps.

XC : Quand tu es arrivé sur les lieux, au départ, avec deux femmes de ton parti, as-tu noté quelque chose d’inhabituel?

M. Émond : Il n’y avait pas de policiers. C’était bizarre car Benhabib disait qu’elle avait reçu des menaces. À l’entrée nous voyons la sécurité, des gens qui semblent de La Meute qui fouillent les sacoches des femmes (sans montrer leurs permis) j’en compte cinq officiels et plus de deux qui entourent la personne qui nous a invités (Stu Pitt).

 

XC : Comment peux-tu savoir que c’étaient des Meutons?

M. Émond : J’ai déjà fait un débat avec Stu Pitt par le passé et je pense les avoir déjà vus. Il y en a même un qui avait un bandana autour de la tête. Ça faisait pas professionnel. Un gars de la sécurité en arrière de moi a dit à ses acolytes: « Hey, le grand avec des lunettes, check-le! ».

XC : Quelle était l’ambiance?

M. Émond : Voir le monde réagir à ceux qui m’accompagnaient était sans prix : une confusion totale. C’étaient deux femmes racisées. Une arabo-musulmane et une d’origine indienne. Les gens dans la salle arrêtaient pas de les regarder croche. D’ailleurs celle qui est musulmane, qui ne porte pas de hijab, s’est quand même sentie inconfortable et a dû quitter le colloque avant la fin. De mon côté, j’avais vu des policiers et j’étais sorti pour aller leur parler.

XC : T’as parlé directement aux policiers?

M. Émond : Oui, ils étaient dehors. Je suis allé à leur rencontre. Après un temps, je leur ai demandé s’ils étaient là pour les menaces (car je sais qu’un de mes contacts avait préalablement appelé le SPVM pour demander s’il y avait eu menace et ils ont répondu par la négative).

XC : Ils t’ont parlé des « méchants antifas »?

M. Émond : Pas du tout! Je cite textuellement leur réponse (car je l’ai notée sur un papier) : « Nous sommes ici à cause de l’extrême-droite et La Meute, il n’y a eu aucune menace envers le colloque ou Benhabib dont nous sommes au courant et donc aucun inspecteur n’y a été assigné »…

XC: Ils t’ont donc dit qu’ils venaient surveiller La Meute?

M. Émond: Oui. L’homme qui était debout avec les services de sécurité (Stéphane Roch) est même venu me parler directement. Il m’a demandé si j’allais faire d’autres débats comme dans le bar (un débat du 28 juin avec Stu Pitt, lors duquel La Meute faisait la sécurité). Son visage me semblait familier. J’ai reconnu plusieurs visages de ce soir-là:

roch au bar
Le débat opposait M. Émond à Stu Pitt

 

XC : Et aucune trace des antifas durant la soirée?

M. Émond : Rien. La salle était composée principalement d’un public d’un certain âge, très peu diversifiée (sauf pour les amis de Benhabib). Ils se retournaient souvent pour dévisager mes amies racisées à côté de moi. D’ailleurs la salle applaudissait surtout quand il y avait des remarques islamophobes.

XC : Par exemple?

M. Émond : Quand Benhabib a présenté les panélistes, elle a salué leur courage malgré les menaces qu’elle aurait reçues de la part de musulmans. Elle a ajouté en blague qu’ils voulaient la « lapider ». La salle a ri fortement.

Peu après, elle a monté le ton en disant que le hijab est le «voile de la honte et de l’indignation». Là encore la foule l’a acclamée.

Ensuite, après les conférences, un homme s’approche du micro et dit : « Je fais mon coming out, j’étais un islamophobe sous médication et là j’ai arrêté les traitements et je m’assume pleinement » et la salle quasi entière applaudit son islamophobie… Étant en ligne un peu derrière lui j’en profite pour «engeler» les gens qui applaudissent, ne pouvant me contenir devant cette affirmation et acclamation de la haine…

L'islamophobe2
L’homme fièrement islamophobe en bleu, avec Stu Pitt en arrière qui attend son tour au micro

 

XC : Une fois que tu étais au micro, qu’as-tu dit?

M. Émond : J’ai posé quatre questions. À ma deuxième, j’ai demandé à Benhabib le nom de l’inspecteur qui l’aurait mise en garde contre de supposées menaces, au cas où j’aurais des informations à lui transmettre. La salle a figé. Je suis du genre à attendre les réponses une minute de temps…

Suite à sa non-réponse, j’ai demandé : « Vu que vous ne croyez pas que les parents devraient rentrer les enfants d’un si jeune âge dans la religion (en leur mettant un hijab) est-ce que c’est l’avis de ce panel que nous ne devrions pas faire baptiser nos enfants? Et aucune première communion, confirmation, etc.? ». Les murmures se sont fait entendre dans la salle, la tension était palpable…

XC : Merci pour cet entretien.

M. Émond : Ça fait plaisir. J’aimerais préciser en terminant que je crois toujours que nous devons combattre la peur, la haine et l’ignorance par l’amour, la communication et l’éducation. Je continuerai d’être un allié du féminisme intersectionnel et de défendre les droits à l’égalité de toutes les femmes sans exception.

 

**Les deux personnes ayant accompagné M. Émond au colloque me confirment que son récit est conforme à leur propre version des faits.